<< Главная страница

Эмиль Верхарн. Избранные стихотворения



Содержание
Table des matieres

Les Flamandes - Фламандки

Les Vieux maitres
Старые мастера
Перевод Г. Шенгели
Art flamand
Фламандское искусство
Перевод Ю. Стефанова
Dimanche matin
Воскресное утро
Перевод Е. Полонской
Les Gueux
Нищие
Перевод Е. Полонской
Les Porcs
Свиньи
Перевод В. Брюсова
Cuisson du pain
Выпечка хлеба
Перевод А. Ибрагимова
Les Espaliers
Шпалеры
Перевод Е. Полонской
La Vache
Корова
Перевод Г. Шенгели
Les Paysans
Крестьяне
Перевод Г. Шенгели
Marines (I)
Марины (I)
Перевод С. Шервинского
Aux Flamandes d'autrefois
Фламандкам былых времен
Перевод Ю. Денисова

Les Moines - Монахи

Les Moines
Монахи
Перевод В. Микушевича
Moine epique
Монах эпический
Перевод В. Микушевича
Moine simple
Монах простодушный
Перевод В. Микушевича
Rentree des moines
Возвращение монахов
Перевод В. Микушевича
Moine sauvage
Дикий монах
Перевод Н. Рыковой
Aux moines
Монахам
Перевод Ю. Денисова
К монахам
Перевод Н. Паниной

Les Bords de la route - Обочины дороги

En Decembre
Декабрь
Перевод Ф. Мендельсона
Vaguement
Смутное
Перевод Ф. Мендельсона
Cantique
Гимн
Перевод Ф. Мендельсона
Artevelde
Артевельде
Перевод Б. Томашевского
Les Horloges
Часы
Перевод В. Брюсова
Parabole
Притча
Перевод Ф. Мендельсона
Sais-je ou?
Не знаю, где
Перевод В. Брюсова
L'Heure mauvaise
Дурной час Перевод Г. Шенгели
Al Novembre
Ноябрь
Перевод Г. Шенгели

Les Soirs - Вечера

Humanite
Человечество
Перевод В. Брюсова
Sous les porches
Под сводами
Перевод М. Донского
Le Gel
Холод
Перевод Г. Шенгели
Les Chaumes
Соломенные кровли Перевод М. Донского
Londres
Лондон
Перевод В. Брюсова
Лондон
Перевод Г. Русакова
Au loin
Вдали
Перевод Б. Томашевского
Infiniment
Бесконечное
Перевод Р. Дубровкина

Les Debacles - Крушения

Dialogue
Разговор
Перевод Р. Дубровкина
Le Glaive
Меч
Перевод М. Донского
Меч
Перевод М. Березкиной
Si morne!
Как горько!
Перевод Р. Дубровкина
Eperdument
Исступленно
Перевод М. Донского
Pieusement
Молитвенно
Перевод В. Брюсова
Heure d'automne
Осенний час
Перевод Г. Шенгели
Fleur fatale
Роковой цветок
Перевод В. Брюсова
La Tete
Голова
Перевод В. Брюсова

Les Flambeaux noirs - Черные факелы

Les Lois
Законы
Перевод Ю. Александрова
La Revolte
Мятеж
Перевод В. Брюсова
Les Villes
Города
Перевод Ю. Денисова
Le Roc
Скала
Перевод Г. Русакова
Les Nombres
Числа
Перевод В. Брюсова
La morte
Мертвец
Перевод Г. Кружкова

Les Apparus dans mes chemins - Представшие на моем пути

Celui de l'horizon
Видение на горизонте Перевод Р. Дубровкина
La Peur
Страх
Перевод Ю. Александрова
Celui du rien
Вестник праха
Перевод Ю. Стефанова
Dans ma plaine
Моя равнина
Перевод Ю. Стефанова
Saint Georges
Святой Георгий
Перевод Г. Шенгели
L'Autre plaine
Иная равнина
Перевод Р. Дубровкина

Les Campagnes hallucinees - Обезумевшие деревни

La Ville
Город
Перевод Ю. Стефанова
Le Donneur de mauvais conseils
Поставщик дурных советов
Перевод Г. Кружкова
Pelerinage
Паломничество
Перевод В. Шора
Chanson de fou
Песня безумного
Перевод Г. Шенгели
Le Peche
Грех
Перевод О. Седаковой
Le Fleau
Мор
Перевод В. Брюсова
Le Depart
Исход
Перевод Э. Линецкой

Les Villes tentaculaires - Города-спруты

La Plaine
Равнина
Перевод Ю. Левина
L'Ame de la ville
Душа города
Перевод M. Волошина
Душа города
Перевод Ю. Александрова
Le Port
Порт
Перевод Г. Шенгели
Une Statue
Статуя
Перевод Г. Русакова
Les Usines
Заводы
Перевод Г. Русакова
La Bourse
Биржа
Перевод Г. Русакова
La Revolte
Восстание
Перевод Ю. Денисова
La Recherche
Искания
Перевод Ю. Александрова
Vers le futur
К будущему
Перевод Б. Лившица

Les Villages illusoires - Призрачные деревни

Les Pecheurs
Рыбари
Перевод А. Парина
Le Meunier
Мельник
Перевод Ю. Александрова
Le Menuisier
Столяр
Перевод А. Голембы
Le Sonneur
Звонарь
Перевод Ю. Стефанова
Le Forgeron
Кузнец
Перевод В. Брюсова
Les Meules qui brulent
Пылающие стога
Перевод Г. Шенгели

Les Douze mois - Двенадцать месяцев

Fevrier. Les Pauvres
Февраль
Перевод В. Брюсова
Decembre. Les Hotes
Декабрь. Гости
Перевод В. Брюсова

Les Vignes de ma muraille - Лозы моей стены

Au Nord
На Север
Перевод M. Волошина

Les Visages de la vie - Лики жизни

Au Bord du quai
На набережной
Перевод Ю. Александрова
La Foule
Толпа
Перевод М. Волошина
L'Action
Деяние
Перевод Ю. Корнеева
Vers la mer
К морю
Перевод В. Брюсова

Petites legendes - Маленькие легенды

La Statuette
Статуэтка
Перевод Вс. Рождественского

Les Forces tumultueuses - Буйные силы

L'Art
Искусство
Перевод Вал. Дмитриева
Le Tribun
Трибун
Перевод В. Брюсова
Le Banquier
Банкир
Перевод В. Брюсова
Les Villes
Города
Перевод М. Волошина
La Science
Наука
Перевод А. Ибрагимова
L'Erreur
Заблуждение
Перевод Э. Линецкой
Les Cultes
Религии
Перевод Н. Рыковой
Les Heures ou l'on cree
Часы творчества
Перевод М. Березкиной
Les Bagnes
Остроги
Перевод Е. Полонской
L'Impossible
Невозможное
Перевод М. Донского
L'En-Avant
Вперед
Перевод В. Давиденковой

La Multiple Splendeur - Многоцветное сияние

Le Monde
Мир
Перевод В. Брюсова
Les Penseurs
Мыслители
Перевод Ю. Александрова
La Louange du corps humain
Хвала человеческому телу
Перевод Г. Шенгели
Les Reves
Мечтания Перевод Ю. Денисова
La Conquete
Завоевание
Перевод М. Волошина
La Mort
Смерть
Перевод Ю. Александрова
La Joie
Радость
Перевод Ю. Александрова
Les Idees
Идеи
Перевод М. Березкиной

Les Rythmes souverains - Державные ритмы

Michel-Ange
Микеланджело
Перевод Г. Шенгели
La Priere
Молитва
Перевод Вал. Дмитриева

Toute la Flandre - Вся Фландрия

Les Pas
Шаги
Перевод А. Блока
Un Toit, la-bas
Кровля вдали
Перевод А. Корсуна
Guillaume de Juliers
Гильом де Жюлье
Перевод Г. Шенгели
L'Escaut
Эско (Шельда)
Перевод В. Брюсова
Les Fumeurs
Курильщики
Перевод Е. Полонской

Les Heures - Часы

Les Heures claires - Ранние часы

Au temps ou longuement j'avais souffert...
Когда меня подстерегала злоба...
Перевод Э. Линецкой
Pour nous aimer des yeux...
Чтобы любовь жила в глазах у нас...
Перевод Э. Линецкой
Au clos de notre amour, l'ete se continue...
У нас, в саду любви, не увядает лето...
Перевод Э. Линецкой

Les Heures d'apres-midi - Послеполуденные часы

L'ombre est lustrale et l'aurore irisee...
Прозрачна тень и радужна заря...
Перевод Э. Линецкой
Je t'apporte, ce soir, comme offrande, ma joie...
Я радость бытия принес тебе в подарок!..
Перевод Э. Липецкой
Le bon travail, fenetre ouverte...
Окно распахнуто. В смятенье...
Перевод Э. Линецкой
Les baisers morts des defuntes annees...
Лобзанья мертвые годов минувших...
Перевод В. Брюсова
Je suis sorti des bosquets du sommeil...
Я покидаю сна густую сень...
Перевод Э. Линецкой

Les Heures du soir - Вечерние часы

Non, mon ame jamais de toi ne s'est lassee!...
Нет, жить тобой душа не уставала!..
Перевод А. Гатова
Avec mes vieilles mains de ton front rapprochees...
Касаньем старых рук откинув прядь седую...
Перевод А. Гатова
Lorsque tu fermeras mes yeux a la lumiere...
Когда мои глаза закроешь ты навек...
Перевод А. Гатова

Les Bles mouvants - Волнующиеся нивы

Dialogue rustique
Сельский диалог
Перевод В. Давиденковой

Quelques chansons du village - Несколько деревенских песен

Le Sabotier
Башмачник
Перевод Вс. Рождественского
Le Mort
Покойник
Перевод М. Донского

Les Ailes rouges de la Guerre - Алые крылья войны

Ceux de Liege
Герои Льежа
Перевод В. Брюсова

Poemes legendaires de Flandre et de Brabant -
Поэмы и легенды Фландрии и Брабанта

Le Banquet des gueux
Пиршество гезов
Перевод Ю. Александрова

"Русский Верхарн"
Л. Г. Андреев
Комментарии
М. А. Мыслякова


Les Flamandes

Les Vieux maitres

Dans les bouges fumeux ou pendent des jambons,
Des boudins bruns, des chandelles et des vessies,
Des grappes de perdrix, des grappes de dindons,
D'enormes chapelets de volailles farcies
Tachant de leur chair rose un coin du plafond noir,
En cercle, autour des mets entasses sur la table,
Qui saignent, la fourchette au flanc dans un tranchoir,
Tous ceux que pesamment la goinfrerie attable,
Craesbeke, Brakenburgh, Teniers, Dusart, Brauwer,
Avec Steen, le plus gros, le plus ivrogne, au centre,
Sont reunis, menton gluant, gilet ouvert,
De rires plein la bouche et de lard plein le ventre.
Leurs commeres, corps lourds dont se bombent les chairs
Dans la nette blancheur des lignes du corsage,
Leur versent, a jets longs, de superbes vins clairs
Qu'un rai d'or du soleil egratigne au passage,
Avant d'incendier les panses des chaudrons.
Elles, ces folles, sont reines dans les godailles
Que leurs amants, goulus d'amours et de jurons,
Menent comme au beau temps des vieilles truandailles,
Tempes en eau, regards en feu, langue dehors,
Avec de grands hoquets scandant les chansons grasses,
Des poings brandis soudain, des luttes corps a corps
Et des coups assenes a broyer leurs carcasses,
Tandis qu'elles, le sang toujours a fleur de peau,
La bouche ouverte aux chants, le gosier aux rasades,
Apres des sauts de danse a fendre le carreau,
Des chocs de corps, des heurts de chair et des bourrades,
Des lechements subis dans un embrassement,
Toutes moites d'ardeurs tombent depoitraillees.
Une odeur de mangeaille au lard, violemment,
Sort des mets decouverts; de larges ecuellees
De jus fumants et gras ou trempent des rotis,
Passant et repassant sous le nez des convives,
Excitent, d'heure en heure, a neuf, leurs appetits.
Dans la cuisine, on fait en hate les lessives
De plats vides et noirs qu'on rapporte charges.
Le sel brille; les saucieres collent aux nappes;
Les dressoirs sont remplis et les celliers gorges.
Au-dessus des poelons ou cuisent ces agapes
Pendent a des crochets paniers, passoires, grils,
Casseroles, bougeoirs, briquets, cruches, gamelles;
Dans un coin, deux magots exhibent leurs nombrils
Et tronent, verre en main, sur deux tonnes jumelles;
Et partout, a chaque angle ou relief, ici, la,
Aux verroux d'une porte, aux cuivres d'une armoire,
Au pilon des mortiers, aux hanaps de gala,
Sur le mur, a travers les trous de l'ecumoire,
Partout, a droite, a gauche, au hasard des reflets,
Scintillent des clartes, des gouttes de lumiere,
Dont l'enorme foyer - ou trois rangs de poulets
Rotissent embroches sur l'ardente litiere -
Asperge, avec le feu qui rougit le festin,
Le decor monstrueux de ces grasses kermesses.

Nuits, jours, de l'aube au soir et du soir au matin,
Eux, les maitres, ils les donnent aux ivrognesses.
La farce epaisse et large en rires, c'est la leur:
Elle se trousse la, grosse, cynique, obscene,
Regards flambants, corsage ouvert, la gorge en fleur,
La gaite secouant les plis de sa bedaine.
Les uns, Brauwer et Steen, se coiffent de paniers,
Brakenburgh cymbalise avec deux grands couvercles,
D'autres raclent les grils avec les tisonniers,
Affoles et hurlants, tous souls, dansant en cercles
Autour des ivres-morts, qui roulent, pieds en l'air.
Les plus vieux sont encor les plus ardents a boire,
Les plus lents a tomber, les plus goulus de chair;
Ils grattent la marmite et sucent la bouilloire,
Jamais repus, jamais gaves, toujours vidant;
Leur nez luit de lecher le fond des casseroles;
D'autres encor font rendre un son rauque et mordant
Au crincrin, ou l'archet s'epuise en cabrioles.
On vomit dans les coins; des enfants gros et sains
Demandent a teter avant qu'on les endorme,
Et les meres, debout, suant entre les seins,
Bourrent leur nourrisson de leur teton enorme.
Tout gloutonne a crever, hommes, femmes, petits;
Un chien s'empiffre a droite, un chat mastique a gauche;
C'est un dechainement d'instincts et d'appetits,
De fureurs d'estomac, de ventre et de debauche:
Explosion de vie ou ces maitres gourmands,
Trop vrais pour s'affadir dans les affeteries,
Campaient, gaillardement, leurs chevalets flamands
Et faisaient des chefs-d'oeuvre entre deux souleries.


Art flamand

I

Art flamand, tu les connus, toi,
Et tu les aimas bien, les gouges
Au torse epais, aux tetons rouges;
Tes plus fiers chefs-d'оеuvre en font foi.

Que tu peignes reines, deesses,
Ou nymphes emergeant des flots
Par troupes, en roses ilots,
Ou sirenes enchanteresses,

Ou Pomones aux contours pleins,
Symbolisant les saisons belles,
Grand art des maitres, ce sont elles,
Ce sont les gouges, que tu peins.

Et pour les creer, grasses, nues,
Toutes charnelles, ton pinceau
Faisait rougeoyer sous leur peau
Un feu de couleurs inconnues.

Elles flamboyaient de tons clairs,
Fieres et soulevant leurs voiles;
Et leurs poitrines sur tes toiles
Formaient de gros bouquets de chairs.

Les Sylvains rodaient autour d'elles,
Ils se roulaient, suant d'amour,
Dans les broussailles d'alentour
Et les fourres pleins de bruits d'ailes.

Ils amusaient par leur laideur;
Leurs yeux, points ignes trouant l'ombre,
Illuminaient, dans un coin sombre
Leurs sourires, gras d'impudeur.

Ces chiens en rut cherchaient des lices;
Elles, du moins pour le moment,
Se defendaient, frileusement,
En resserrant soudain leurs cuisses.

Et telles, plus folles encor,
Arrondissant leurs hanches nues,
Et leurs belles croupes charnues,
Ou cascadaient leurs cheveaux d'or,

Les invitaient aux assauts rudes,
Les excitaient a tout oser,
Bien que pour le premier baiser
Ces ardentes fissent les prudes.

II

Vous conceviez, maitres vantes,
Avec de larges opulences,
Avec de rouges violences,
Les corps charnus de vos beautes.

Les femmes pales et moroses
Ne miraient pas dans vos tableaux,
Comme la lune au fond des eaux,
Leurs langueurs et leurs chloroses.

Vos pinceaux ignoraient le fard,
Les indecences, les malices
Et les sous-entendus de vices,
Qui clignent de l'?il dans notre art.

Et les Venus de colportage,
Les rideaux a demi tires,
Les seins voiles, mais eclaires,
Dans l'angle d'un decolletage,

Les sujets vifs, les sujets mous,
Les Cytheres des bergeries,
Les pamoisons, les hysteries,
L'alcove. - Vos femmes a vous,

Dans la splendeur des paysages
Et des palais lambrisses d'or,
Dans la pourpre et dans le decor
Somptueux des anciens ages,

Vos femmes suaient la sante
Rouge de sang, blanche de graisse;
Elles menaient les ruts en laisse
Avec des airs de royaute.


Dimanche matin

Oh! les eveils des bourgades sous l'or des branches,
Ou courent la lumiere et l'ombre - et les roseaux
Et les aiguilles d'or des insectes des eaux
Et les barres des ponts de bois et leurs croix blanches.

Et le pre plein de fleurs et l'ecurie en planches
Et le bousculement des baquets et des seaux
Autour de la mangeoire ou grouillent les pourceaux,
Et la servante, avec du cru soleil aux manches.

Ces nets eveils dans les matins! - Des mantelets,
Des bonnets blancs et des sarreaux, par troupelets,
Gagnaient le bourg et son clocher couleur de craie.

Pommes et bigarreaux! - Et, par-dessus la haie
Luisaient les beaux fruits murs, et, dans le verger clair,
Brusque, comme un sursaut, claquait du linge en l'air.


Les Gueux

La misere collant ses loques sur leur dos,
Aux jours d'automne, un tas de gueux sortis des bouges,
Rodaient de bourg en bourg, par les champs au repos;
A l'horizon montait un rang de hetres rouges.

Dans les plaines ou plus ne s'entendait un chant,
Ou les neiges allaient verser leurs avalanches,
Seules encor, dans l'ombre et le deuil s'epanchant,
Quatre ailes de moulin tournaient grandes et blanches.

Les gueux vaguaient, les pieds calleux, le sac au dos,
Fouillant fosses, fouillant fumiers, fouillant enclos,
Devalant vers la ferme et reclamant pature.

Puis reprenaient en chiens pouilleux, a l'aventure,
Leur course interminable a travers pres et bois,
Avec des jurements et des signes de croix.


Les Porcs

Des porcs roses et gras, les males, les femelles,
Remplissaient le verger de leurs grognements sourds.
Elles couraient champs, les fumiers et les cours,
Dans le ballottement laiteux de leurs mamelles.

Pres du purin barre des lames du soleil,
Les pattes s'enfoncant en plein dans la gadoue,
Ils reniflaient l'urine et fouillaient dans la boue,
Et leur peau fremissait sous son lustre vermeil.

Mais novembre approchant, on les tuait. Leur ventre
Trop lourd, frolait le sol de ses tetins. Leurs cous,
Leurs yeux, leurs groins n'etaient que graisse lourde; d'entre

Leurs fesses, on eut dit qu'il coulait du saindoux;
On leur raclait les pieds, on leur brulait les soies
Et leurs buchers de mort faisaient des feux de joies.


Cuisson du pain

Les servantes faisaient le pain pour les dimanches,
Avec le meilleur lait, avec le meilleur grain,
Le front courbe, le coude en pointe hors des manches,
La sueur les mouillant et coulant au petrin.

Leurs mains, leurs doigts, leur corps entier fumait de hate,
Leur gorge remuait dans les corsages pleins.
Leurs poings enfarines pataugeaient dans la pate
Et la moulaient en rond comme la chair des seins.

Une chaleur montait: les braises etaient rouges.
Et deux par deux, du bout d'une planche, les gouges
Sous les domes des fours engouffraient les pains mous.

Mais les flammes soudainement, s'ouvrant passage,
Comme une meute enorme et chaude de chiens roux,
Sautaient en rugissant leur mordre le visage.


Les Espaliers

D'enormes espaliers tendaient des rameaux longs
Ou les fruits allumaient leur chair et leur plethore,
Pareils, dans la verdure, a ces rouges ballons
Qu'on voit flamber les nuits de kermesse sonore.

Pendant vingt ans, malgre l'hiver et ses grelons,
Malgre les gels du soir, les givres de l'aurore,
Ils s'etaient accroches aux fentes des moellons,
Pour monter jusqu'au toit, monter, monter encore.

Maintenant ils couvraient de leur faste les murs
Et sur les pignons hauts et clairs, poires et pommes
Bombaient, superbement, des seins pourpres et murs.

Les troncs geants, creves partout, suaient des gommes;
Les racines plongeaient jusqu'aux prochains ruisseaux,
Et les feuilles luisaient, comme des vols d'oiseaux.


La Vache

Des cinq heures, sitot que l'aurore fit tache
Sur l'entenebrement nocturne, pique d'or,
Un gars traca des croix sur le front de la vache,
Et, le licol fixe, la mena vers la mort.

Tout en haut des clochers sonnaient les reveillees;
Les champs riaient, malgre les brouillards etendus
Sur la campagne ainsi que des laines mouillees,
Et les froids, qui, la nuit, etaient redescendus.

Des valets lourds et mous, a leurs travaux reveches,
Allaient, baillant encor, muets, presque dolents;
Sur leur enorme dos luisait l'acier des beches,
Plaquant le jour brumeux et gris de miroirs blancs.

Les poternes s'ouvraient partout, au long des routes,
Avec des grincements de clefs et de verroux.
Et les betes de clos a clos s'appelaient toutes,
Et la vache passait tres lente et beuglait doux.

Enfin, par un dernier detour de sente verte,
On parvient au village assis sur un plateau:
La boucherie est la, tout en haut, large ouverte,
Dans un encadrement forme d'herbes et d'eau.

La vache brusquement s'arrete au seuil du porche.
Tout est rouge autour d'elle et fumant; sur le sol
Lamentable et visqueux: un taureau qu'on ecorche
Et dont coule le sang par un trou fait au col.

Des moutons appendus au mur, tetes fendues;
Des porcs, gisant sur la paille, moignons en l'air;
Un veau noir sur un tas d'entrailles repandues,
Avec le coutelas profond fouillant la chair.

Et plus loin, au-dela de ces visions rouges,
Ce sont des coins verdis de ble qu'elle entrevoit,
Ou des b?ufs laboureurs, que batonnent des gouges,
Entaillent le terreau gluant d'un sillon droit.

Et voici que se fait la lumiere complete,
Le creusement profond des lointains horizons,
Le grand jour triomphal et dore qui projette
Ses flammes d'incendie au ras des floraisons,

Qui baigne les champs gras d'une sueur fumante,
Les penetre, a plein feu, de ses rayons mordants,
Les brule de baisers d'amour, comme une amante,
Et leur gonfle le sein de germes fecondants.

La vache voit bleuir le grand ciel qui surplombe
L'embrasement du sol ou luit l'Escaut vermeil,
Lorsqu'un coup de maillet l'etourdit; - elle tombe,...
Mais son dernier regard s'est rempli de soleil.


Les Paysans

Ces hommes de labour que Greuse affadissait
Dans les molles couleurs de paysanneries,
Si proprets dans leur mise et si roses, que c'est
Motif gai de les voir parmi les sucreries
D'un salon Louis-Quinze animer des pastels,
Les voici noirs, grossiers, bestiaux - ils sont tels.

Entre eux ils sont parques par villages; en somme
Les gens des bourgs voisins sont deja l'etranger,
L'intrus qu'on doit hair, l'ennemi fatal, l'homme
Qu'il faut tromper, qu'il faut leurrer, qu'il faut gruger.
La patrie? Allons donc! Qui d'entre eux croit en elle?
Elle leur prend des gars pour les armer soldats,
Elle ne leur est point la terre maternelle,
La terre fecondee au travail de leurs bras.
La patrie! on l'ignore au fond de leur campagne.
Ce qu'ils voient vaguement dans un coin de cerveau,
C'est le roi, l'homme en or, fait comme Charlemagne,
Assis dans le velour frange de son manteau;
C'est tout un apparat de glaives, de couronnes,
Ecussonnant les murs des palais lambrisses
Que gardent des soldats avec sabre a dragonnes.
Ils ne savent que ca du pouvoir. - C'est assez.
Au reste, leur esprit, balourd en toute chose,
Marcherait en sabots a travers droit, devoir,
Justice et liberte - l'instinct les ankylose;
Un almanach crasseux, voila tout leur savoir;
Et s'ils ont entendu rugir, au loin, les villes,
Les revolutions les ont tant effrayes,
Que dans la lutte humaine ils restent les serviles,
De peur, s'ils se cabraient, d'etre un jour les broyes.

I

A droite, au long de noirs chemins creuses d'ornieres,
Avec les pres derriere et les fumiers devant,
S'etendent, le toit bas, le mur nu, les chaumieres,
Sous des lames de pluie et des gifles de vent.
Ce sont leurs fermes. La, c'est leur clocher d'eglise,
Tache de suintements vert-de-grises au nord,
Et plus loin, ou le sol fume se fertilise
Grace a l'acharnement des coutres qui le mord,
Sont leurs labours. La vie est prise tout entiere
Entre ces trois temoins de leur rusticite
Qui les ploient au servage et tiennent en lisiere
L'effort de leur labeur et de leur volonte.

II

Ils s'acharnent sur les sillons qu'ils ensemencent,
Sous les grelons de mars qui flagellent leur dos;
L'ete, quand les moissons de seigle se balancent
Avec des eclats d'or tombant du ciel a flots,
Les voici, dans le feu des jours longs et torrides,
Peinant encor, la faux rasant les grands bles murs,
La sueur decoulant de leurs fronts tout en rides
Et maculant leur peau des bras jusqu'aux femurs.
Midi darde ses rais de braise sur leurs tetes:
Si crue est la chaleur, qu'en des champs de meteil
Se cassent les epis trop secs et que les betes,
Le cou crible de taons meuglent vers le soleil.
Vienne novembre avec ses lentes agonies
Et ses rales roules a travers les bois sourds,
Ses sanglots hululants, ses plaintes infinies,
Ses glas de mort - et les voici peinant toujours,
Preparant a nouveau les recoltes futures
Sous un ciel debordant de nuages grossis,
Sous la bise cinglant a ras les emblavures,
Et trouant les forets d'enormes abatis -
De sorte que leurs corps tombent vite en ruine,
Que jeunes, s'ils sont beaux, plantureux et massifs,
L'hiver qui les froidit, l'ete qui les calcine,
Font leurs membres affreux et leurs torses poussifs;
Que vieux, portant le poids renversant des annees,
Le dos casse, les bras perclus, les yeux pourris,
Avec l'horreur sur leurs faces contaminees,
Ils roulent sous le vent qui s'acharne aux debris,
Et qu'au temps ou la mort ferme sur eux ses portes,
Leur cercueil, descendant au fond des terrains mous,
Ne semble contenir que choses deux fois mortes.

III

Les soirs de vent quand decembre bat les cieux fous,
Les soirs de gel aux champs ou de neige essaimee,
Les vieux fermiers sont la, meditant, calculant,
Pres des lampes d'ou monte un filet de fumee.
La cuisine presente un aspect desolant:
On soupe dans un coin; toute une ribambelle
D'enfants sales gloutonne aux restes d'un repas;
Des chats osseux et roux lechent des fonds d'ecuelle;
Des coqs tintent du bec contre l'etain des plats;
L'humidite s'attache aux murs lepreux; dans l'atre
Quatre pauvres tisons rassemblent leur maigreur
Et repandent a peine une clarte rougeatre.
Et les vieux ont au front des pensers pleins d'aigreur.
"Bien qu'en toute saison tous travaillassent ferme,
Que chacun de son mieux donnat tout son appoint,
Voila cent ans, de pere en fils, que va la ferme,
Et que bon an, mal an, on reste au meme point;
Toujours meme train-train voisinant la misere. "
Et c'est ce qui les ronge et les mord lentement.
Aussi la haine, ils l'ont en eux comme un ulcere,
La haine patiente et sournoise qui ment.
Leur bonhomie et leurs rires couvrent leur rage;
La mechancete luit dans leurs regards glaces;
Ils puent les fiels et les rancoeurs que d'age en age
Les souffrances en leurs ames ont amasses;
Ils sont apres au gain minime, ils sont sordides,
Ne pouvant conquerir leur part grace au travail;
La lesine rend leurs coeurs durs, leurs c?urs fetides;
Et leur esprit est noir, mesquin, pris au detail,
Stupide et terrasse devant les grandes choses:
C'est a croire qu'ils n'ont jamais vers le soleil
Leve leurs yeux, ni vu les couchants grandioses
S'etaler dans le soir, ainsi qu'un lac vermeil.

IV

Aux kermesses pourtant les paysans font fete, -
Meme les plus crasseux, les plus ladres. Leurs gars
Y vont chercher femelle et s'y chauffer la tete.
Un fort repas, graisse de sauces et de lards,
Sale a point les gosiers et les excite a boire.
On roule aux cabarets, goussets ronds, coeurs en feu.
On y bataille, on y casse gueule et machoire
Aux gens du bourg voisin, qui voudraient, nom de Dieu?
Lecher trop goulument les filles du village
Et s'adjuger un plat de chair, qui n'est pas leur.
Tout l'argent mis a part y passe - en gaspillage,
En danse, en brocs offerts de sableur a sableur,
En bouteilles, gisant a terre en tas difformes.
Les plus fiers de leur force ont des gestes de roi
A rafler d'un seul trait des pots de biere enormes,
Et leurs masques, marbres de feu, dardant l'effroi,
Avec leurs yeux sanglants et leur bouche gluante,
Allument des soleils dans le grouillement noir.
L'orgie avance et flambe. Une urine puante
Mousse en ecume blanche aux fentes du trottoir.
Des soulards assommes tombent comme des betes;
D'autres vaguent, serrant leurs pas, pour s'affermir;
D'autres gueulent tout seuls quelques refrains de fetes
Coupes de hoquets gras et d'arrets pour vomir.
Des bandes de braillards font des rondes au centre
Du bourg; et les gars aux gouges faisant appel,
Les serrent a pleins bras, les cognent ventre a ventre,
Leur maculent le cou d'un lourd baiser charnel
Tandis qu'elles se defendent, jambes ruantes.
Dans les bouges - ou la fumee en brouillards gris
Rampe et roule au plafond, ou les sueurs gluantes
Des corps chauffes et les senteurs des corps fletris
Etament de vapeur les carreaux et les pintes -
A voir des bataillons de couples se ruer
Toujours en plus grand nombre autour des tables peintes,
Il semble que les murs sous le heurt vont craquer.
La soulerie est la plus furieuse encore,
Qui trepigne et vacarme et tempete a travers
Des cris de flute aigue et de piston sonore.
Rustres en sarreaux bleus, vieilles en bonnets clairs,
Gamins haves, fumant des pipes ramassees,
Tout ca saute, cognant des bras, grognant du groin,
Tapant des pieds. Parfois les soudaines poussees
De nouveaux arrivants ecrasent dans un coin
Le quadrille fougueux qui semble une bataille;
Et c'est alors a qui gueulera le plus haut,
A qui repoussera le flot vers la muraille,
Dut-il trouer son homme a grands coups de couteau.
Mais l'orchestre aussitot redouble ses crieries
Et couvrant de son bruit les querelles des gars,
Les confond tous en des fureurs de sauteries.
On se calme, on rigole, on trinque entre pochards;
Les femmes a leur tour se chauffent et se soulent,
L'acide de l'instinct charnel brulant leur sang,
Et dans ces flots de corps sautants, de dos qui houlent,
L'instinct devient soudain a tel point rugissant
Qu'a voir garces et gars se debattre et se tordre,
Avec des heurts de corps, des cris, des coups de poings,
Des bonds a s'ecraser, des rages a se mordre,
A les voir se rouler ivres-morts dans les coins,
Noues entre eux ainsi que des houblons sauvages,
Suant, l'ecume blanche aux levres, les deux mains,
Les dix doigts saccageant et vidant les corsages,
On dirait - tant ces gars fougueux donnent des reins,
Tant sautent de fureur les croupes de leurs gouges -
Des ardeurs s'allumant au feu noir des viols.

V

Avant que le soleil eclate en brasiers rouges
Et que les brouillards blancs remontent a pleins vols,
Dans les bouges on met un terme aux souleries.
La kermesse s'epuise en des accablements.
La foule s'en retourne, et vers les metairies
On la voit disparaitre avec des hurlements.
Les vieux fermiers aussi, les bras tombants, les trognes
Degoutantes de biere et de gros vin sables,
Gagnent, avec le pas zigzaguant des ivrognes,
Leur ferme assise au loin dans une mer de bles.
Mais au creux des fosses que les mousses veloutent,
Parmi les coins herbus d'un enclos maraicher,
Au detour des sentiers gazonnes, ils ecoutent
Rugir encor l'amour en des festins de chair.
Les buissons semblent etre habites par des fauves.
Des accouplements noirs bondissent par-dessus
Les lins montants, l'avoine en fleur, les trefles mauves;
Des cris de passion montent; on n'entend plus
Que des spasmes ralants auxquels les chiens repondent.
Les vieux songent aux ans de jeunesse et d'ardeurs.
Chez eux, memes appels d'amour qui se confondent:
Dans la grange ou se sont glisses les maraudeurs,
Ou la vachere couche au milieu des fourrages,
Ou chacun cherche un coin pour son amour fortuit,
Memes enlacements, memes cris, memes rages,
Memes accouplements rugissant dans la nuit;
Et des qu'il est leve, le soleil, des qu'il creve
De ses boulets de feu le mur des horizons,
Voici qu'un etalon, reveille dans son reve,
Hennit, et que les porcs ebranlent leurs cloisons
Comme allumes par la debauche environnante;
Crete pourpre, des coqs se haussent sur le foin
Et sonnent le matin de leur voix claironnante;
Des poulains attaches se cabrent dans un coin;
Des chiens maigres, les yeux flambants, guettent leurs lices;
Et les naseaux soufflants, les pieds fouillant le sol,
Des taureaux monstrueux ascendent les genisses.

Alors brules aussi par le rut et l'alcool,
Le sang battant leur coeur et leurs tempes blemies,
Le gosier desseche de spasmes etouffants
Et cherchant a tatons leurs femmes endormies,
Eux, les fermiers, les vieux, font encor des enfants.


Marines

I

Au temps de froid humide et de vent nasillard,
Les flots clairs se chargeaient d'etoupe et de brouillard,
Et trainaient a travers les champs de verdeur sale
Leur cours se terminant en pieuvre colossale.

Les roseaux desseches pendaient le long du bord;
Le ciel, mure de nuit, partout, du Sud au Nord,
Retentissait au loin d'un fracas d'avalanches;
Les neiges vacillaient dans l'air, flammeches blanches.

Et sitot qu'il gelait, des glacons monstrueux
Descendaient en troupeau large et tumultueux,
S'ecrasant, se heurtant comme un choc de montagnes.

Et lorsque les terreaux et les bois se taisaient,
Eux s'attaquaient l'un l'autre, et craquaient et grincaient
Et d'un bruit de tonnerre ebranlaient les campagnes.


Aux Flamandes d'autrefois

Au grand soleil d'ete qui fait les orges mures,
Et qui bronze vos chairs pesantes de sante,
Flamandes, montrez-nous votre lourde beaute
Debordante de force et chargeant vos ceintures.

Sur des tas de foin sec et fauche, couchez-vous!
Vos torses sont puissants, vos seins rouges de seve,
Vos cheveux sont lisses comme un sable de greve,
Et nos bras amoureux enlacent vos genoux.

Laissez-vous adorer, au grand air, dans les plaines,
Lorsque les vents chauffes tombent du ciel en feu,
Qu'immobiles d'orgueil, au bord de l'etang bleu,
Dans les midis vibrants et roux, tronent les chenes.

Au temps ou les taureaux fougueux sentent venir
L'acces du rut, la fievre affolante, hagarde;
Lorsque, dans les vergers des fermes, on regarde
Les jeunes etalons, le cou tendu, hennir;

Lorsque l'immense amour dans les coeurs se decharge
Lorsqu'ils s'enflent, au souffle intense de la chair,
Comme s'ouvre la voile aux rages de la mer,
Aux assauts redoubles d'un vent qui vient du large;

Telles, avec vos corps d'un eclat eternel,
Vos beaux yeux semes d'or, votre gorge fleurie,
Nous vous magnifions, femmes de la patrie,
Qui concentrez en vous notre Ideal charnel.


Les Moines

Les Moines

Je vous invoque ici, Moines apostoliques,
Encensoirs d'or, drapeaux de foi, trepieds de feu;
Astres versant le jour aux siecles catholiques;
Constructeurs eblouis de la maison de Dieu;

Solitaires assis sur les montagnes blanches;
Marbres de volonte, de force et de courroux;
Precheurs tenant leves vos bras a longues manches
Sur les remords ployes des peuples a genoux;

Vitraux avives d'aube et de matin candides;
Vases de chastete ne tarissant jamais;
Miroirs reverberant comme des lacs lucides,
Des rives de douceur et des vallons de paix.

Voyants dont l'ame etait la mystique habitante,
Longtemps avant la mort, d'un monde extra-humain;
Torses incendies de ferveur haletante;
Rocs barbares debout sur le monde romain;

Arches dont le haut cintre arquait sa vastitude,
Avec de lourds piliers d'argent comme soutiens,
Du cote de l'aurore et de la solitude,
D'ou sont venus vers nous les grands fleuves chretiens;

Clairons sonnant le Christ a belles claironnees,
Tocsins battant l'alarme a mornes glas tombants,
Tours de soleil de loin en loin illuminees,
Qui poussez dans le ciel vos crucifix flambants.


Moine epique

On eut dit qu'il sortait d'un desert de sommeil,
Ou, face a face, avec les gloires du soleil,

Sur les pitons brules et les rochers austeres,
S'endort la majeste des lions solitaires.

Ce moine etait geant, sauvage et solennel,
Son corps semblait bati pour un oeuvre eternel,

Son visage, plante de poils et de cheveux,
Dardait tout l'infini par les trous de ses yeux;

Quatre-vingts ans chargeaient ses epaules tannees
Et son pas sonnait ferme a travers les annees;

Son dos monumental se carrait dans son froc,
Avec les angles lourds et farouches d'un roc;

Ses pieds semblaient broyer des choses abattues
Et ses mains ebranler des socles de statues,

Comme si le Christ-Dieu l'eut forge tout en fer,
Pour ecraser sous lui les rages de l'enfer.

*

C'etait un homme epris des epoques d'epee,
Ou l'on jetait sa vie aux vers de l'epopee,

Qui dans ce siecle flasque et dans ce temps batard,
Apotre epouvantant et noir, venait trop tard,

Qui n'avait pu, selon l'abaissement, decroitre,
Et meme etait trop grand pour tenir dans un cloitre,

Et se noyer le coeur dans le marais d'ennui
Et la banalite des regles d'aujourd'hui.

*

Il lui fallait le feu des grands sites sauvages,
Les rocs violentes par de sombres ravages,

Le ciel torride et le desert et l'air des monts,
Et les tentations en rut des vieux demons

Agacant de leurs doigts la chair en fleur des gouges
Et lui brulant la levre avec des grands seins rouges,

Et lui bouchant les yeux avec des corps vermeils,
Comme les eaux des lacs avec l'or des soleils.

*

On se l'imaginait, au fond des solitudes,
Marmorise dans la raideur des attitudes,

L'esprit durci, le coeur bleme de chastete,
Et seul, et seul toujours avec l'immensite.

On le voyait marcher au long des mers sonnantes,
Au long des bois reveurs et des mares stagnantes,

Avec des gestes fous de voyant surhumain,
Et s'en venir ainsi vers le monde romain,

N'ayant rien qu'une croix taillee au coeur des chenes,
Mais la bouche clamant les ruines prochaines,

Mais fixes les regards, mais enormes les yeux,
Barbare illumine qui vient tuer les dieux.


Moine simple

Ce convers recueilli sous la soutane bise
Cachait l'amour naif d'un saint Francois d'Assise.

Tendre, devotieux, doux, fraternel, fervent,
Il etait jardinier des fleurs dans le couvent.

Il les aimait, le simple, avec toute son ame,
Et ses doigts s'attardaient a leurs feuilles de flamme.

Elles lui parfumaient la vie et le sommeil,
Et pour elles il aimait l'ombre et le soleil

Et le firmament pur et les nuits diaphanes,
Ou les etoiles d'or suspendent leurs lianes.

Tout enfant, il pleurait aux legendes d'antan,
Ou sont tues des lys, sous les pieds de Satan,

Ou dans un infini vague, fait d'apparences,
Passent des seraphins parmi des transparences;

Ou les vierges s'en vont par de roses chemins,
Avec de grands missels et des palmes aux mains,

Vers la mort accueillante et bonne et maternelle
A ceux qui mettent l'or de leur espoir en elle.

*

Aux temps de mai; dans les matins aureoles
Et l'enfance des jours vaporeux et perles,

Quand la brume legere a la clarte des limbes
Et que flottent au loin des ailes et des nimbes,

Il etalait sa joie intime et son bonheur,
A parer de ses mains l'autel, pour faire honneur

A la tres douce et pure et benoite Marie,
Patronne de son c?ur et de sa close rie.

Il ne songeait a rien, sinon a l'adorer,
A lui tendre son ame entiere a respirer,

Rose blanche, si frele et si claire et si probe,
Qu'elle semblait n'avoir connu du jour que l'aube,

Et qu'au soir de la mort, ou sans aucun regret,
Jusqu'aux jardins du ciel, elle s'envolerait

Doucement, de sa vie obscure et solitaire,
N'ayant rien laisse d'elle aux buissons de la terre,

Le parfum, exhale dans un soupir dernier,
Serait, depuis longtemps, connu du ciel entier.


Rentree des moines

I

Le site est grave - et son eclat profond et noir
De marais en marais, au loin, se reverbere;
C'est l'heure ou la clarte du jour d'ombres s'obere,
Ou le soleil descend les escaliers du soir.

Une etoile d'argent lointainement tremblante,
Lumiere d'or dont on n'apercoit le flambeau,
Se reflete, mobile et fixe, au fond de l'eau
Ou le courant la lave, avec une onde lente.

A travers les champs verts s'en va se deroulant
La route dont l'averse a creuse les ornieres;
Elle longe les noirs massifs des sapinieres
Et monte au carrefour couper le pave blanc.

Au loin scintille encore une lucarne ronde
Qui s'ouvre ainsi qu'un oeil dans un pignon ronge:
La, le dernier reflet du couchant s'est plonge
Comme, en un trou profond et tenebreux, la sonde.

Et rien ne s'entend plus dans ce mystique adieu,
Rien - le site vetu d'une paix metallique
Semble enfermer en lui, comme une basilique,
La presence muette et nocturne de Dieu.

II

Alors les moines blancs rentrent aux monasteres
Apres secours portes aux malades des bourgs,
Aux laboureurs ployes sous le faix des labours
Aux gueux chretiens qui vont mourir, aux grabataires,

A ceux qui crevent seuls, mornes, sales, pouilleux,
Et que nul de regrets ni de pleurs n'accompagne
Et qu'on enterrera dans un coin de campagne,
Sans qu'on lave leur corps ni qu'on ferme leurs yeux,

Aux mendiants mordus de miseres avides,
Qui, le ventre troue de faim, ne peuvent plus
Se bequiller la-bas vers les enclos feuillus
Et qui se noient, la nuit, dans les etangs livides.

Et tels les moines blancs traversent les champs noirs,
Faisant songer au temps des jeunesses bibliques
Ou l'on voyait errer des geants angeliques,
En longs manteaux de lin, dans l'or pali des soirs.

III

Brusque, resonne au loin un tintement de cloche,
Qui casse du silence a coups de battant clair
Et se meurt et renait, et jette a travers l'air
Un long appel, qui long, parmi l'echo, ricoche.

Il proclame que voici les pieux instants
Ou les moines s'en vont au choeur chanter Tenebres
Et promener sur leurs consciences funebres
L'angoisse et la douleur de leurs yeux repentants.

Et tous sont la, priant; tous ceux dont la journee
S'est consumee au dur hersage, en pleins terreaux,
Ceux dont l'esprit sur les textes preceptoraux,
S'epand, comme un reflet de lumiere inclinee.

Ceux dont la solitude apre et pale a rendu
L'ame voyante et dont la chair seche et brulante
Jette vers Dieu le cri de sa maigreur sanglante,
Ceux dont les tourments noirs ont fait le corps tordu.

IV

Et les moines qui sont rentres aux monasteres
Apres visite faite aux malheureux des bourgs,
Aux laboureurs ployes sous le poids des labours,
Aux gueux chretiens qui vont mourir, aux grabataires,

Un a un, devant tous, disent, a lente voix,
Qu'au-dehors, quelque part, dans un coin de bruyere,
Il est un moribond qui s'en va sans priere
Et qu'il faut supplier, au choeur, le Christ en croix,

Pour qu'il soit pitoyable aux mendiants avides
Qui, le ventre troue de faim ne peuvent plus
Se bequiller au loin vers les enclos feuillus
Et qui se noient, la nuit, dans les etangs livides.

Et tous alors, tous les moines, tres lentement,
Envoient vers Dieu le chant des lentes litanies;
Et les anges qui sont gardiens des agonies
Ferment les yeux - des morts, silencieusement.


Moine sauvage

On trouve encor de grands moines que l'on croirait
Sortis de la nocturne horreur d'une foret.

Ils vivent ignores en de vieux monasteres,
Au fond d'un cloitre, ainsi que des marbres austeres,

Et l'epouvantement des grands bois resineux
Roule, avec sa tempete et sa terreur, en eux.

Leur barbe flotte au vent comme un taillis de verne
Et leur oeil est luisant comme une eau de caverne,

Et leur grand corps drape des longs plis de leur froc
Semble surgir, debout, dans les parois d'un roc.

Eux seuls, parmi ces temps de grandeur outragee,
Ont maintenu debout leur ame ensauvagee;

Leur esprit, herisse comme un buisson de fer,
N'a jamais remue qu'a la peur de l'enfer;

Ils n'ont jamais compris qu'un Dieu porteur de foudre
Et cassant l'univers que rien ne peut absoudre,

Et de vieux Christs hagards, horribles, ecumants,
Tels que les ont grandis les peintres allemands,

Avec la tete en sang et les mains large ouvertes
Et les deux pieds crispes autour de leurs croix vertes;

Et les saints a genoux dans un feu de tourment,
Qui leur brulait les os et les chairs, lentement;

Et les vierges, dans les cirques et les batailles,
Donnant aux lions roux a lecher leurs entrailles;

Et les penitents noirs qui, les yeux sur le pain,
Se laissaient, dans leur nuit rouge, mourir de faim.

Et tels s'useront-ils en de vieux monasteres,
Au fond du cloitre, ainsi que des marbres austeres.


Aux moines

Et maintenant, pieux et monacaux ascetes,
Qu'ont revetus mes vers de longs et blancs tissus,
Hommes des jours lointains et morts, hommes vaincus
Mais neanmoins debout encor, hommes poetes
Qui ne souffrez plus rien de nos douleurs a nous,
Rien de notre orgueil roux, rien de notre paix noire,
Qui rivez vos regards sur votre Christ d'ivoire,
Tel que vous devant lui, l'ame en flamme, a genoux,
Le front pali du reve ou mon esprit s'obstine,
Je vivrai seul aussi, tout seul, avec mon art;
Et le serrant en mains, ainsi qu'un etendard,
Je me l'imprimerai si fort sur la poitrine,
Qu'au travers de ma chair il marquera mon c?ur.
Car il ne reste que l'art sur cette terre
Pour tenter un cerveau puissant et solitaire
Et le griser de rouge et tonique liqueur.

Quand tout s'ebranle ou meurt, l'Art est la qui se plante
Nocturnement bati comme un monument d'or,
Et chaque soir que dans la paix le jour s'endort,
Sa muraille en miroir grandit etincelante
Et d'un reflet rejette au ciel le firmament.
Les poetes, venus trop tard pour etre pretres,
Marchent vers les lueurs qui tombent des fenetres
Et reluisent, ainsi que des plaques d'aimant.
Le dome ascend si haut que son faite est occulte,
Les colonnes en sont d'argent et le portail
Sur la mer rayonnante ouvre au loin son vantail
Et le plain-chant des flots se mele aux voix du culte.
Le vent qui passe et qui s'en vient de l'infini
Effleure avec des chants mysterieux et freles
Les tours, les grandes tours, qui se toisent entre elles
Comme des geants noirs de force et de granit,
Et quiconque franchit le silence des porches
N'apercoit rien, sinon au fond, a l'autre bout,
Une lyre d'airain qui l'attend la, debout,
Immobile, parmi la majeste des torches.
Et ce temple toujours pour nous subsistera
Et longtemps et toujours luira dans nos tenebres,
Quand vous, les moines blancs, les ascetes funebres
Aurez disparu tous en lugubre apparat,
Dans votre froc de lin ou votre aube mystique,
Au pas religieux d'un long cortege errant,
Comme si vous portiez a votre Dieu mourant,
Au fond du monde athee, un dernier viatique.


Les Bords de la route

En decembre

Sous le pale et rugueux brouillard d'un ciel d'hiver
Le froid gerce le sol des plaines assoupies;
La neige adhere encor aux flancs d'un talus vert
Et par le vide entier grincent des vols de pies.

Avec leurs fins rameaux en serres de harpies,
De noirs taillis mechants s'acharnent a griffer;
Des feuillages pourris s'effilent en charpies;
On s'imagine entendre au loin casser du fer.

Oh! l'infini du morne hiver! il incarcere
Notre ame en un etau geant qui se resserre,
Tandis qu'avec un dur et sec et faux accord

Une cloche de bourg voisin dit sa complainte,
Martele obstinement l'apre silence - et tinte
Que dans le soir, la-bas, on met en terre un mort.


Vaguement

Voir une fleur la-bas, fragile et nonchalante,
En cadence dormir au bout d'un rameau clair,
En cadence, le soir, fragile et nonchalante,
Dormir; - et tout a coup voir luire au clair de l'air,
Luire, comme une pierre, un insecte qui danse
Ou bien s'immobilise au bout d'un rayon d'or;
- Et voir au bord des quais un navire en partance
Et qui s'attarde et qui hesite en son essor,
Tandis que ses marins de Flandre ou d'Aquitaine
Tous ensemble precipitent et les departs
Et les adieux; et puis, a ces choses prochaines,
A ces choses du soir confier les hasards:
Craindre si la fleur tombe ou si l'insecte passe
Ou si le clair navire erige et tend ses mats
Vers la tempete et vers l'ecume et vers l'espace
Et s'il part dans la houle enorme, au son des glas...
Ton souvenir! - et le meler a ces presages,
A ce navire, a cet insecte, a cette fleur,
Ton souvenir qui plane, ainsi que des nuages,
Au couchant d'ombre et d'or de ma douleur.


Cantique

I

Je voudrais posseder pour dire tes splendeurs,
Le plain-chant triomphal des vagues sur les sables,
Ou les poumons geants des vents intarissables;

Je voudrais dominer les lourds echos grondeurs
Qui jettent dans la nuit des paroles etranges,
Pour les faire crier et clamer tes louanges;

Je voudrais que la mer tout entiere chantat,
Et comme un poids le monde elevat sa maree,
Pour te dire superbe et te dresser sacree;

Je voudrais que ton nom dans le ciel eclatat
Comme un feu voyageur et roulat, d'astre en astre,
Avec des bruits d'orage et des heurts de desastre.

II

Les pieds ongles de bronze et les yeux large-ouverts,
Comme de grands lezards buvant l'or des lumieres,
Se trainent vers ton corps mes desirs longs et verts.

En plein midi torride, aux heures coutumieres,
Je t'ai couchee au bord d'un champ, dans le soleil;
La-bas, frissonne un coin embrase du meteil,

L'air tient sur nos amours de la chaleur pendue,
L'Escaut s'enfonce au loin comme un chemin d'argent,
Et le ciel lame d'or allonge l'etendue,

Et tu t'etends lascive et geante, insurgeant
Comme de grands lezards buvant l'or des lumieres
Mes desirs revenus vers leurs ardeurs premieres.


Artevelde

La mort grande, du fond des sonnantes armoires
De l'orgue, erige en chant de gloire, immensement,
Vers les voutes, le nom du vieux Ruwaert flamand
Dont chaque anniversaire exalte les memoires.

Parmi les foulons morts, parmi les incendies,
Les carnages, les revoltes, les desespoirs,
Le peuple a ramasse sa legende, les soirs
A la veillee, et la celebre en recordies.

Les rois, il les prostrait devant son attitude,
Imperieux, ayant derriere lui, la-bas,
Et le peuple des coeurs et le peuple des bras,
Tendus! Il etait fort comme une multitude.

Et son ame voyait son ame et ses pensees
Survivre et s'allumer par au-dela son temps,
Torche premiere! et vers les avenirs flottants
Tordre tragiquement ses flammes convulsees.

Il se sentait miraculeux. Toute sa tete
S'imposait a l'obstacle. Il le cassa sous lui,
Jusqu'au jour ou la mort enlinceula de nuit
Son front silencieux de force et de tempete.

Un soir, il disparut tue comme un roi rouge.
En pleine ville ardente et revoltee, un soir.


Les Horloges

La nuit, dans le silence en noir de nos demeures,
Bequilles et batons qui se cognent, la-bas,
Montant et devalant les escaliers des heures,
Les horloges, avec leurs pas;

Emaux naifs derriere un verre, emblemes
Et fleurs d'antan, chiffres maigres et vieux;
Lunes des corridors vides et blemes,
Les horloges, avec leurs yeux;

Sons morts, notes de plomb, marteaux et limes,
Boutique en bois de mots sournois
Et le babil des secondes minimes,
Les horloges, avec leurs voix;

Gaines de chene et bornes d'ombre,
Cercueils scelles dans le mur froid,
Vieux os du temps que grignote le nombre,
Les horloges et leur effroi;

Les horloges
Volontaires et vigilantes,
Pareilles aux vieilles servantes
Tapant de leurs sabots ou glissant sur leurs bas,
Les horloges que j'interroge
Serrent ma peur en leur compas.


Parabole

Parmi l'etang d'or sombre
Et les nenuphars blancs,
Un vol passant de herons lents
Laisse tomber des ombres.

Elles s'ouvrent et se ferment sur l'eau
Toutes grandes, comme des mantes;
Et le passage des oiseaux la-haut,
S'indefinise, ailes ramantes.

Un pecheur grave et theorique
Tend vers elles son filet clair,
Ne voyant pas qu'elles battent dans l'air
Les larges ailes chimeriques,
Ni que ce qu'il guette, le jour, la nuit,
Pour le serrer en des mailles d'ennui,
En bas, dans les vases, au fond d'un trou,
Basse dans la lumiere, insaisissable et fou.


Sais-je ou?

C'est quelque part en des pays du Nord - que sais-je?
C'est quelque part, en Norvege, la-bas
Ou les blancs ongles de la neige
Griffent des rocs, de haut en bas.

Oh! ce grand gel - reflete brusquement
En des marais d'argent dormant;
Et ce givre qui grince et pince
Les lancettes d'un taillis mince.

Et ce minuit ainsi qu'un grand bloc blanc,
Sur les marais d'argent dormant,
Et ce minuit qui pince et grince
Et, comme une grande main, rince
Les cristaux froids du firmament.

Dites, l'entendez-vous la grand'messe du froid?
L'entendez-vous sonner, sonner la-bas,
En ces lointains de neige et de frimas
Ou les arbres vont en cortege...

C'est quelque part en un tres vieux pays du Nord,- que sais-je?
Mais c'est aussi dans un vieux c?ur du Nord - en moi.


L'Heure mauvaise

Depuis ces temps troubles d'adieux et de retours
Mes jours toujours plus lourds s'en vont roulant leur cours.

J'avais foi dans ma tete; elle etait ma hantise.
Et mon entetement - haine et fureur - vermeil

Ou s'allumait l'interieur soleil,
Foncait jadis contre le roc de la betise.

De vivre ainsi hautainement, j'avais
Muette joie a me sentir et seul et triste,
Et je ne croyais plus qu'a ma force d'artiste
Et qu'a l'oeuvre que je revais:

Celle qui se levait tranquille et douce et bonne
Et s'en allait par de simples chemins,
Vers les foyers humains,
Ou l'on pardonne.

Ah! comme il fut dolent ce soir d'opacite,
Quand mon ame minee infiniment de doutes,
S'ecroula toute
Et lezarda, craquement noir, ma volonte.

A tout jamais mortes, mes fermetes brandies!
Mes poings? flasques; mes yeux? fanes; mes orgueils? serfs;
Mon sang coulait, peniblement, jusqu'a mes nerfs;
Et comme des sucoirs gluaient mes maladies.

Et maintenant que je m'en vais vers le hasard...
Dites le voeu qu'en un lointain de sepulture
Comme un marbre brule de gloire et de torture
Rouge eternellement se crispera mon art!


Novembre

Feuilles couleur de lie et de douleur,
Par mes plaines et mes plaines comme il en tombe;
Feuilles couleur de mes douleurs et de mes pleurs,
Comme il en tombe sur mon c?ur!

Avec des loques de nuages,
Sur son pauvre?il d'aveugle
S'est enfonce, dans l'ouragan qui meugle,
Le vieux soleil aveugle.

- Il fait novembre en mon ame -

Quelques osiers en des mares de limon gris
Et des cormorans d'encre en du brouillard,
Et puis leur cri qui s'entete, leur morne cri
Monotone, vers l'infini.

- Il fait novembre en mon ame -

О ces feuilles qui tombent
Et tombent;
Et cette pluie a l'infini
Et puis ce cri, ce cri
Toujours le meme, dans mon ame!


Les Soirs

Humanite

Les soirs crucifies sur l'horizon, les soirs
Saignent, dans les marais, leurs douleurs et leurs plaies,
Dans les marais, ainsi que de rouges miroirs,
Places pour refleter le martyre des soirs,
Des soirs crucifies sur l'horizon, les soirs!

Vous les Jesus, pasteurs qui venez par les plaines
Chercher les troupeaux clairs pour vos clairs abreuvoirs,
Voici monter la mort dans les adieux des soirs,
Jesus, voici saigner les toisons et les laines
Et voici Golgotha surgir, sous les cieux noirs.

Les soirs crucifies sur les Golgothas noirs,
Ne sont plus que douleurs et que pleurs et que plaies.
Helas! le temps est loin des tranquilles espoirs.
Et les voici saignants dans les clairs abreuvoirs,
Les soirs, les mornes soirs sur les Golgothas noirs!


Sous les porches

L'ombre s'affermissait sur les plaines captives
Et barrait de ses murs les horizons d'hiver;
Comme en un tombeau noir, de vieux astres de fer
Brulaient, trouant le ciel de leurs flammes votives.

On se sentait serre dans un monde d'airain,
Ou quelque part, au loin, se dresseraient des pierres
Mornes et qui seraient les idoles guerrieres
D'un peuple encor enfant, terrible et souterrain.

Un air glace mordait les tours et les demeures
Et le silence entier serrait comme un effroi;
Et nul cri voyageur, au loin. Seul un beffroi,
Immensement vetu de nuit, cassait les heures.

On entendait les lourds et tragiques marteaux
Heurter, comme des blocs, les bourdons taciturnes;
Et les coups s'abattaient, les douze coups nocturnes,
Avec l'eternite, sur nos cerveaux.


Le Gel

Ce soir, un grand ciel clair, surnaturel, abstrait,
Froid d'etoiles, infiniment inaccessible
A la priere humaine, un grand ciel apparait.
Il fige en son miroir l'eternite visible.

Le gel etreint tout l'horizon d'argent et d'or,
Le gel etreint les vents, la greve et le silence
Et les plaines et les plaines; et le gel mord
Les lointains bleus, ou les beffrois pointent leur lance.

Silencieux, les bois, la mer et ce grand ciel.
Oh sa lueur immobile et dardante!
Et rien qui remuera cet ordre essentiel
Et ce regne de neige acerbe et corrodante.

Immutabilite totale. On sent du fer
Et de l'acier serrer son coeur morne et candide;
Et la crainte saisit d'un immortel hiver
Et d'un grand Dieu soudain, glacial et splendide.


Les Chaumes

A cropetons, ainsi que les pauvres Maries
Des legendes de l'autrefois,
Par villages, sous les cieux froids,
Sont assises les metairies:

- Chaumes teigneux, pignons creves, carreaux fendus,
Fournils eteints et lamentables -
Le vent souffle sur les etables,
Du bout des carrefours perdus.

A cropetons, ainsi que les vieilles dolentes,
Avec leurs cannes aux mentons,
Et leurs gestes, comme a tatons,
Elles tremblent toutes branlantes,

Derriere un rang gele d'ormes et de bouleaux,
Dont les livides feuilles mortes
Jonchent le seuil desert des portes
Et s'ourlent comme des copeaux.

A cropetons, ainsi que les meres meurtries
Par les douleurs de l'autrefois,
Aux flancs bossus des talus froids,
Et des sentes endolories,

Pendant les heures d'ombre et d'envoutement noir
Et les novembrales semaines,
О ces fermes au fond des plaines
Et leur detresse au fond du soir!


Londres

Et ce Londres de fonte et de bronze, mon ame,
Ou des plaques de fer claquent sous des hangars,
Ou des voiles s'en vont, sans Notre-Dame
Pour etoile, s'en vont, la-bas, vers les hasards.

Gares de suie et de fumee, ou du gaz pleure
De sinistres lueurs au long de murs en fer,
Ou des betes d'ennui baillent a l'heure
Dolente immensement, qui tinte a Westminster.

Et debout sur les quais ces lanternes fatales,
Parques dont les fuseaux plongent aux profondeurs;
Et ces marins noyes, sous les petales
Des fleurs de boue ou la flamme met des lueurs.

Et ces marches et ces gestes de femmes soules;
Et ces alcools de lettres d'or jusques aux toits;
Et tout a coup la mort, parmi ces foules;
О mon ame du soir, ce Londres noir qui traine en toi!


Au loin

Ancres abandonnees sous des hangars maussades,
Porches de suie et d'ombre ou s'engouffrent des voix,
Pignons crasseux, greniers obscurs, mornes facades
Et gouttieres regulieres, au long des toits;
Et blocs de fonte et crocs d'acier et cols de grues
Et puis, au bas des murs, dans les eaves, l'echo
Du pas des chevaux las sur le pave des rues
Et des rames en cadence battant les flots;
Et le vaisseau plaintif, qui dort et se corrode
Dans les havres et souffre; et les appels hagards
Des sirenes et le mysterieux exode
Des navires silencieux, vers les hasards
Des caps et de la mer affolee en tempetes;
О mon ame, quel s'en aller et quel souffrir!
Et quel vivre toujours, pour les rouges conquetes
De l'or; quel vivre et quel souffrir et quel mourir!

Pourtant regarde au loin s'illuminer les iles,
Fais ton reve d'encens, de myrrhe et de corail,
Fais ton reve de fleurs et de roses asiles,
Fais ton reve evente par le large eventail
De la brise oceane, au clair des etendues;
Et songe aux Orients et songe a Benares,
Songe a Thebes, songe aux Babylones perdues,
Songe aux siecles tombes des Sphinx et des Hermes;
Songe a ces Dieux d'airain debout au seuil des porches,
A ces colosses bleus broyant des leopards
Entre leurs bras, a ces processions de torches
Et de pretres, par les forets et les remparts,
La nuit, sous l'oeil darde des etoiles australes;
О mon ame qu'hallucinent tous les lointains!
Songe aux golfes, songe aux deserts, songe aux lustrales
Caravanes, en galop blanc dans les matins;
Songe qu'il est peut-etre encor, par la Chaldee,
Quelques patres pleins de mystere et d'infini,
Dont la bouche jamais n'a pu crier l'idee;
Et va, par ces chemins de fleurs et de granit,
Et va, si loin et si profond dans ta memoire,
Que l'heure et le moment s'abolissent pour toi.
Impossible! - voici la boue et puis la noire
Fumee et les tunnels et le morne beffroi
Battant son glas dans la brume et qui ressasse
Toute ma peine tue et toute ma douleur,
Et je reste, les pieds colles a cette crasse,
Dont les odeurs montent et puent jusqu'a mon coeur.


Infiniment

Les chiens du desespoir, les chiens du vent d'automne
Mordent de leurs abois les echos noirs des soirs,
Et l'ombre, immensement, dans le vide, tatonne
Vers la lune, miree au clair des abreuvoirs.

De point en point, la-bas, des lumieres lointaines
Et dans le ciel, la-haut, de formidables voix
Allant de l'infini des marais et des plaines
Jusques a l'infini des vallons et des bois.

Et des routes qui s'etendent comme des voiles
Et se croisent et se deplient au loin, sans bruit,
Et continuent a s'allonger sous les etoiles
A travers la tenebre et l'effroi de la nuit.


Les Debacles

Dialogue

...Sois ton bourreau toi-meme;
N'abandonne le soin de te martyriser
A personne, jamais. Donne ton seul baiser
Au desespoir; dechaine en toi l'apre blaspheme;
Force ton ame, ereinte-la contre l'ecueil:
Les maux du coeur qu'on exaspere, on les commande;
La vie, helas! ne se corrige ou ne s'amende
Que si la volonte la terrasse d'orgueil.
Sa norme est la douleur. Helas! qui s'y resigne?
- Certes, je veux exacerber les maux en moi.
Comme jadis les grands chretiens, mordus de foi,
Se torturaient avec une ferveur maligne,
Je veux boire les souffrances, comme un poison
Vivant et fou; je cinglerai de mon angoisse
Mes pauvres jours, ainsi qu'un tocsin de paroisse
S'exalte a disperser le deuil sur l'horizon.
Cet heroisme intime et bizarre m'attire:
Se preparer sa peine et provoquer son mal,
Avec acharnement, et dompter l'animal
De misere et de peur, qui dans le coeur se mire
Toujours; se redresser cruel, mais contre soi,
Vainqueur de quelque chose enfin, et moins languide
Et moins banalement en extase du vide.

- Sois ton pouvoir, sois ton tourment, sois ton effroi.
Et puis, il est des champs d'hostilites tentantes
Que des hommes de marbre, avec de fortes mains,
Ont cultives; il est de terribles chemins,
Ou leurs cris violents et leurs marches battantes
Sont entendus: c'est la, que sur tel roc vermeil,
Le soir allume, au loin, le sang et les tueries
Et que luisent, parmi des lianes fletries,
De scintillants couteaux de crime et de soleil!


Le Glaive

Quelqu'un m'avait predit, qui tenait une epee
Et qui riait de mon orgueil sterilise:
Tu seras nul, et pour ton ame inoccupee
L'avenir ne sera qu'un regret du passe.

Ton corps, ou s'est aigri le sang de purs ancetres,
Fragile et lourd, se cassera dans chaque effort;
Tu seras le fievreux, ploye sur les fenetres
D'ou l'on peut voir bondir la vie et ses chars d'or.

Tes nerfs t'enlaceront de leurs fibres sans seves,
Tes nerfs! - et tes ongles s'amolliront d'ennui,
Ton front comme un tombeau dominera tes reves,
Et sera ta frayeur, en des miroirs, la nuit.

Te fuir! - si tu pouvais! mais non, la lassitude
Des autres et de toi t'aura charge le dos
Si bien, t'aura ploye si fort, que l'hebetude
Avilira la tete et videra tes os.

Tu t'en iras sans force et seul parmi ces terres
Ou s'exaltent les coeurs vers leur rayonnement;
Tes yeux seront sans flamme et les joyeux tonnerres
Chargeront loin de toi, victorieusement.


Si morne!

Se replier toujours sur soi-meme, si morne!
Comme un drap lourd, qu'aucun dessin de fleur n'adorne.

Se replier, s'appesantir et se tasser
Et se toujours, en angles noirs et mats, casser.

Si morne! et se toujours interdire l'envie
De tailler en drapeaux l'etoffe de sa vie.

Plier et replier ses mauvaises fureurs
Et ses rancoeurs et ses douleurs et ses erreurs.

Ni les frissons soyeux, ni les moires fondantes
Mais les pointes en soi des epingles ardentes.

Oh! le paquet qu'on pousse ou qu'on jette a l'ecart,
Si morne et lourd, sur un rayon, dans un bazar.

Deja sentir la bouche acre des moisissures
Gluer, et les taches s'etendre en leurs morsures.

Pourrir, immensement emmaillote d'ennui;
Etre l'ennui qui se replie en de la nuit.

Tandis que lentement, dans les laines ourdies,
De part en part, mordent les vers des maladies.


Eperdument

Bien que flasque et geignant et si pauvre! si morne!
Si las! redresse-toi, de toi-meme vainqueur;
Leve ta volonte qui choit contre la borne,
Et sursaute, debout, rosse a terre, mon coeur!

Exaspere sinistrement ta tout exsangue
Carcasse et pousse au vent, par des chemins rougis
De sang, ta course; et flaire et leche avec ta langue
Ta plaie, et lutte et butte et tombe - et ressurgis!

Tu n'en peux plus et tu n'esperes plus; qu'importe!
Puisque ta haine immense encor hennit son deuil,
Puisque le sort t'enrage et que tu n'es pas morte
Et que ton mal fouette se cabre en ton orgueil.

Et que ce soit de la torture, encore I encore!
Et belle et rouge et que ce soit le fou desir
De se boire de la douleur par chaque pore,
Et que ce soit enfin et l'affre et le plaisir,

- Oh! ma rosse de nerfs et d'os que je surmene -
D'etre pareil, un jour, a ces heros du Nord,
Qui traversaient la nuit sur leurs chevaux d'ebene
Et s'emballaient, en rut du vide et de la mort.


Pieusement

La nuit d'hiver eleve au ciel son pur calice.

Et je leve mon coeur aussi, mon coeur nocturne,
Seigneur, mon coeur! mon coeur! vers ton infini vide,
Et neanmoins je sais que tout est taciturne
Et qu'il n'existe rien dont ce coeur meurt, avide;
Et je te sais mensonge et mes levres te prient
Et mes genoux; je sais que tes deux mains sont closes
Et tes deux yeux fermes aux desespoirs qui crient
Et que c'est moi qui, seul, me reve dans les choses;
Sois de pitie, Seigneur, pour ma toute demence,
J'ai besoin de pleurer mon mal vers ton silence!...
La nuit d'hiver eleve au ciel son pur calice.


Heure d'automne

C'est bien mon deuil, le tien, o l'automne derniere!
Rales que roule au vent du nord la sapiniere;
Feuillaison d'or a terre et feuillaison de sang,
Sur des mousses d'oree ou des herbes d'etang;
Pleurs des arbres, mes pleurs, mes pauvres pleurs de sang.

C'est bien mon deuil, le tien, o l'automne derniere!
Noire averse cinglant les bois de ses lanieres,
Buissons battus, mordus, haches, buissons creves,
Au double bord des longs chemins, sur les paves;
Bras des buissons, mes bras, mes pauvres bras leves,

C'est bien mon deuil, le tien, o l'automne derniere!
Quelque chose la-bas, broye dans une orniere,
Quelque chose qui geint sur des cailloux fendus
Et qui se plaint, ainsi que les arbres tordus,
Cris des lointains, mes cris, mes pauvres cris perdus.


Fleur fatale

L'absurdite grandit comme une fleur fatale
Dans le terreau des sens, des coeurs et des cerveaux;
En vain tonnent, la-bas, les prodiges nouveaux;
Nous, nous restons croupir dans la raison natale.

Je veux marcher vers la folie et ses soleils,
Ses blancs soleils de lune au grand midi, bizarres,
Et ses echos lointains, mordus de tintamarres
Et d'aboiements et pleins de chiens vermeils.

Iles en fleurs, sur un lac de neige; nuage
Ou nichent des oiseaux sous les plumes du vent;
Grottes de soir, avec un crapaud d'or devant,
Et qui ne bouge et mange un coin du paysage.

Becs de herons, enormement ouverts pour rien,
Mouche, dans un rayon, qui s'agite, immobile:
L'inconscience douce et le tic-tac debile
De la tranquille mort des fous, je l'entends bien!


La Tete

Sur un large echafaud tu porteras la tete;
Et brilleront et les armes et les couteaux
Et le temps sera clair et ce sera la fete,
La fete et la splendeur du sang et des metaux.

Et les pourpres soleils et les soirs sulfuriques,
Les soirs et les soleils, escarboucles de feux,
Verront le chatiment de tes crimes lyriques
Et s'ils savent mourir ton front et tes grands yeux.

La foule, en qui le mal grandiose serpente,
Taira son ocean autour de ton orgueil,
La foule! - et te sera comme une mere ardente,
Qui, rouge et froid, te bercera dans ton cercueil.

Et vicieuse, ainsi qu'une floraison noire,
Ou murissent de beaux poisons, couleur d'eclair,
Et despotique et fiere et grande, ta memoire,
Et fixe et roide, ainsi qu'un poignard dans la chair.

Sur un large echafaud tu porteras la tete;
Et brilleront et les armes et les couteaux
Et le temps sera clair et ce sera la fete,
La fete et la splendeur du sang et des metaux.


Les Flambeaux noirs

Les Lois

Un paysage noir, peuple d'architectures
Qui decoupent et captivent l'eternite
En leurs paralleles et fatales structures,
Impose a mes yeux clos son immobilite.

Dedales de Justice et tours de Sapience,
Toute l'humanite qui s'est dardee en lois
Se definit en ces rectilignes effrois
De souverain granit et de lourde science.

L'orgueil des blocs de bronze et des plaques d'airain,
Brutal et solennel, de haut en bas, decide:
Ce qu'il faut de bonheur et de calme serein
A tout cerveau que regle un coeur sage et placide.

Indestructible et clair, perpetuel et froid,
Plus haut que tout sommet arquant sa vastitude,
Le dome immensement leve la certitude
Sur des piliers geants et forts, comme le droit.

Mais c'est au fond d'un soir, pesant de cataclysme,
Ou des nuages noirs ecrasent des soleils,
Que ces pierres et ces beffrois du dogmatisme,
Sous le ciel d'encre et d'or, semblent tenir conseil.

Sans voir si l'oeil de leur Dieu vague, ouvert la nuit,
Et vers lequel s'en va l'elan du monument,
Ne s'est point referme lui-meme au firmament,
Par usure peut-etre - ou peut-etre d'ennui.


La Revolte

Vers une ville au loin d'emeute et de tocsin,
Ou luit le couteau nu des guillotines,
En tout-a-coup de fou desir, s'en va mon coeur.

Les sourds tambours de tant de jours
De rage tue et de tempete,
Battent la charge dans les tetes,

Le vieux cadran d'un beffroi noir
Darde son disque au fond du soir,
Contre un ciel d'etoiles rouges.

Des pas, des glas, sont entendus
Et de grands feux de toits tordus
Echevelent les capitales.

Ceux qui ne peuvent plus avoir
D'espoir que dans leur desespoir
Sont descendus de leur silence.

Dites, quoi donc s'entend venir
Sur les chemins de l'avenir.
De si tranquillement terrible?

La haine du monde est dans l'air
Et des poings pour saisir l'eclair
Se sont tendus jusqu'aux nuees.

C'est l'heure ou les hallucines,
Les gueux et les deracines
Dressent leur orgueil dans la vie.

C'est l'heure - et c'est la-bas que sonne le tocsin;
Des crosses de fusils battent ma porte;
Tuer, etre tue! - qu'importe!

C'est l'heure.


Les Villes

Odeurs de poix, de peaux, d'huiles et de bitumes!
Telle qu'un souvenir lourd de reves, debout
Dans la fumee enorme et jaune, dans les brumes
Et dans le soir, la ville inextricable bout
Et tord, ainsi que des reptiles noirs, ses rues
Noires, autour des ponts, des docks et des hangars,
Ou des feux de petrole et des torches bourrues,
Comme des gestes fous au long de murs blafards
- Batailles d'ombre et d'or - bougent dans les tenebres.
Un colossal bruit d'eau roule, les nuits, les jours,
Roule les lents retours et les departs funebres
De la mer vers la mer et des voiles toujours
Vers les voiles, tandis que d'immenses usines
Indomptables, avec marteaux cassant du fer,
Avec cycles d'acier virant leurs gelasines,
Tordent au bord des quais - tels des membres de chair
Ecarteles sur des crochets et sur des roues -
Leurs lanieres de peine et leurs volants d'ennui.

Au loin, de longs tunnels fumeux, au loin, des boues
Et des gueules d'egout engloutissant la nuit;
Quand stride un cri qui vient, passe, fuit et s'eraille:
Les trains, voici les trains qui vont broyant les ponts,
Les trains qui vont battant le rail et la ferraille,
Qui vont et vont manges par les sous-sols profonds
Et revomis, la-bas, vers les gares lointaines,
Les trains soudains, les trains tumultueux - partis.

Sacs de froment, tonneaux de vin, ballots de laine!
Bois des iles tassant vos larges abatis,
Peaux de fauves, avec vos grandes griffes mortes,
Et cornes et sabots de buffle et dents d'aurochs
Et reptiles, rayes d'eclairs, pendus aux portes.
О cet orgueil des vieux deserts, vendu par blocs,
Par tas; vendu! ce roux orgueil vaincu de betes
Solitaires: oursons d'ebene et tigres d'or,
Poissons des lacs, vautours des monts, lions des cretes,
Hurleurs du Sahara, hurleurs du Labrador,
Rois de la force errante a travers l'etendue,
Helas! voici pour vous, voici les paves noirs,
Les camions grincant sous leurs baches tendues
Et les ballots et les barils; voici les soirs
Du Nord, les mornes soirs, obscurs de leur lumiere,
Ou pourrissent les chairs mortes du vieux soleil.
Voici Londres cuvant, en des brouillards de biere,
Enormement son reve d'or et son sommeil
Suragite de fievre et de cauchemars rouges;
Voici le vieux Londres et son fleuve grandir
Comme un songe dans un songe, voici ses bouges
Et ses chantiers et ses comptoirs s'approfondir
En dedales et se creuser en taupinees,
Et par-dessus, dans l'air de zinc et de nickel,
Fleches, dards, coupoles, beffrois et cheminees,
- Tourments de pierre et d'ombre - eclates vers le ciel.

Soifs de lucre, combat du troc, ardeur de bourse!
О mon ame, ces mains en priere vers l'or,
Ces mains monstrueuses vers l'or - et puis la course
Des millions de pas vers le lointain Thabor
De l'or, la-bas, en quelque immensite de reve,
Immensement debout, immensement en bloc?
Des voix, des cris, des angoisses, - le jour s'acheve,
La nuit revient - des voix, des cris, le heurt, le choc
Des renaissants labeurs, des nouvelles batailles
En tels bureaux menant, de leurs plumes de fer,
A la lueur du gaz qui chauffe les murailles,
La lutte de demain contre la lutte d'hier,
L'or contre l'or et la banque contre la banque...

S'aneantir mon ame en ce feroce effort
De tous; s'y perdre et s'y broyer! Voici la tranque,
La charrue et le fer qui labourent de l'or
En des sillons de fievre. О mon ame eclatee
Et furieuse! o mon ame folle de vent
Hagard, mon ame enormement desorbitee,
Salis-toi donc et meurs de ton mepris fervent!
Voici la ville en or des rouges alchimies,
Ou te fondre l'esprit en un creuset nouveau
Et t'affoler d'un orage d'antinomies
Si fort qu'il foudroiera ton coeur et ton cerveau!


Le Roc

Sur ce roc carie que ronge et bat la mer,
Quels pas voudront me suivre encor, dites, quels pas?

C'est la que j'ai bati mon ame.
- Dites, serai-je seul dedans mon ame?
Mon ame, helas! maison d'ebene,
Ou s'est fendu, sans bruit, un soir,
Le grand miroir de mon espoir.

Dites, serai-je seul avec mon ame,
En ce nocturne et angoissant domaine?
Serai-je seul avec mon orgueil noir,
Assis en un fauteuil de haine?
Serai-je seul, avec ma pale hyperdulie
Pour Notre-Dame la Folie?

Serai-je seul avec, la mer
En ce nocturne et angoissant domaine?

Des crapauds noirs, velus de mousse,
Y devorent du clair soleil, sur la pelouse.

Un grand pilier ne soutenant plus rien,
Comme un homme, s'erige en une allee
D'epitaphes de marbre immensement dallee.

Sur ce roc carie que fait gemir la mer,
Dites, serai-je seul dedans mon ame?

Aurai-je enfin l'atroce joie
De voir, nerfs par nerfs, comme une proie,
La demence attaquer mon cerveau,
Et, malade tetu, sorti de la prison
Et des travaux forces de sa raison,
D'appareiller vers un espoir nouveau?

Dites! ne plus sentir sa vie escaladee
Par les talons de fer de chaque idee;
Ne plus l'entendre infiniment en soi
Ce cri toujours identique, ou crainte, ou rage,
Vers le grand inconnu qui dans les cieux voyage.

Sur ce roc carie que devaste la mer,
Vieillir, triste reveur de l'escarpe domaine;
N'entendre plus se taire, en sa maison d'ebene,
Qu'un silence total dont auraient peur les morts;
Trainer de longs pas lourds en de sourds corridors;
Voir se suivre toujours les memes heures,
Sans esperer en des heures meilleures;
Pour a jamais clore telle fenetre;
Tel signe au loin! - un presage vient d'apparaitre;
Autour des vieux salons, aimer les sieges vides
Et les chambres dont les grands lits ont vu mourir,
Et, chaque soir, sentir, les doigts livides,
La deraison sous ses tempes, murir.

Sur ce roc carie que ruine la mer,
Dites, serai-je seul enfin avec la mer,
Dites, serai-je seul enfin dedans mon ame?

Et puis, un jour, mourir; redevenir rien.
Etre quelqu'un qui plus ne se souvient
Et qui s'en va sans glas qui sonne,
Sans cierge en main ni sans personne,
Sans que sache celui qui passe,
Joyeux et clair dans la bonace,
Que l'angoissant domaine,
Qui fut mon ame et fut ma peine
N'est plus sur ces rochers, la-haut,
Qu'un sombre et gemissant tombeau.


Les Nombres

Je suis l'hallucine de la foret des Nombres,
Le front fendu, d'avoir bute,
Obstinement, contre leur fixite.

Arbres roides dans le sol clair
Et ramures en sillages d'eclair
Et futs comme un faisceau de lances
Et rocs symetriques dans l'air,
Blocs de peur et de silence.
La-haut, le million epars des diamants
Et les regards, aux firmaments,
Myriadaires des etoiles;
Et des voiles apres des voiles,
Autour de l'Isis d'or qui reve aux firmaments.

Je suis l'hallucine de la foret des Nombres.

Ils me fixent, avec les yeux de leurs problemes;
Ils sont, pour eternellement rester: les memes.
Primordiaux et definis,
Ils tiennent le monde entre leurs infinis;
Ils expliquent le fond et l'essence des choses,
Puisqu'a travers les temps planent leurs causes.

Je suis l'hallucine de la foret des Nombres.

Mes yeux ouverts?- dites leurs prodiges!
Mes yeux fermes?- dites leurs vertiges!
Voici leur marche rotatoire
Cercle apres cercle, en ma memoire,
Je suis l'immensement perdu,
Le front vrille, le coeur tordu,
Les bras battants, les yeux hagards,
Dans les hasards des cauchemars.

Je suis l'hallucine de la foret des Nombres.

Textes de quelles lois infiniment lointaines?
Restes de quels geometriques univers?
Havres, d'ou sont partis, par des routes certaines,
Ceux qui pourtant se sont perdus de mer en mer?
Regards abstraits, lobes vides et sans paupieres,
Clous dans du fer, lames en pointe entre des pierres?

Je suis l'hallucine de la foret des Nombres!

Mon cerveau triste, au bord des livres,
S'est epuise, de tout son sang,
Dans leur trou d'ombre eblouissant;
Devant mes yeux, les textes ivres
S'entremelent, serpents tordus;
Mes poings sont las d'etre tendus,
Par au travers de mes nuits sombres,
Avec, au bout, le poids des nombres,
Avec, toujours, la lassitude
De leurs barres de certitude.

Je suis l'hallucine de la foret des Nombres.

Dites! jusques a quand, la-haut,
Le million epars des diamants
Et les regards, aux firmaments
Myriadaires, des etoiles,
Et ces voiles apres ces voiles,
Autour de l'Isis d'or qui reve aux firmaments?


La Morte

En sa robe, couleur de fiel et de poison,
Le cadavre de ma raison
Traine sur la Tamise.

Des ponts de bronze, ou les wagons
Entrechoquent d'interminables bruits de gonds
Et des voiles de bateaux sombres
Laissent sur elle, choir leurs ombres.

Elle est morte de trop savoir,
De trop vouloir sculpter la cause,
Dans le socle de granit noir
De chaque etre et de chaque chose.

Elle est morte, atrocement,
D'un savant empoisonnement,
Elle est morte aussi d'un delire
Vers un absurde et rouge empire.
Ses nerfs ont eclate,
Tel soir de fete,
Qu'elle sentait deja le triomphe flotter
Comme des aigles, sur sa tete.
Elle est morte n'en pouvant plus,
Les voeux et les vouloirs vaincus,
Et c'est elle qui s'est tuee,
Infiniment extenuee.

Au long des funebres murailles,
Au long des usines de fer
Ou des marteaux tannent l'eclair,
Elle se traine aux funerailles.

Ce sont des quais et des casernes,
Et des poteaux et des lanternes,
Immobiles et lentes filandieres
Des ors obscurs de leurs lumieres.
Ce sont de grands chantiers d'affolement,
Pleins de barques demantelees
Et de vergues ecartelees
Sur un ciel de crucifiement.

En sa robe de joyaux morts, que solennise
L'heure de pourpre a l'horizon,
Le cadavre de ma raison
Traine sur la Tamise.

Elle s'en va vers les hasards
Au fond de l'ombre et des brouillards,
Au long bruit sourd des tocsins lourds,
Clamant le deuil, du haut des tours.
Derriere elle, laissant inassouvie
La ville immense de la vie;
Elle s'en va vers l'inconnu noir
Dormir en des tombeaux de soir,
La-bas, ou les vagues lentes et fortes
Creusant l'abime sans clarte,
Engloutissent a toute eternite,
Les mortes.


Les Apparus dans mes chemins

Celui de l'horizon

J'ai regarde, par la lucarne ouverte, au flanc
D'un phare abandonne que flagellait la pluie:
Des trains tumultueux, sous des tunnels de suie,
Sifflaient, toises de loin, par des fanaux en sang.

Le port immensement herisse de grands mats,
Dormait, huileux et lourd, en ses bassins d'asphalte
Un seul levier, debout sur un bloc de basalte,
Serrait en son poing noir un enorme acomas,

Et, sous la voute en noir de ce ciel de portor,
Une a une, la-bas, s'eloignaient les lanternes
Vers des quartiers de bruit, de joie et de tavernes,
Ou des femmes dansaient entre des miroirs d'or.

Quand plaie enorme et rouge, une voile, soudain,
Tumefiee au vent, cingla vers les debarcaderes,
Quelqu'un qui s'en venait des pays legendaires,
Parut, le front compact d'orgueil et de dedain.

Comme des glaives d'or et des lances au clair,
Il degainait sa rage et ses desirs sauvages
Et ses cris durs frappaient les echos des rivages
Ou traversaient, de part et part, l'ombre et la mer.

Il etait d'Ocean. II etait grand d'avoir
Mordu chaque horizon saccage de tempete
Et de maintenir haute et tenace sa tete
Sous les poings de terreur que lui tendait le soir.

Effrayant effraye. Il cherchait le chemin
Vers une autre existence eclatee en miracles,
En un desert de rocs illumines d'oracles,
Ou le chene vivrait, ou parlerait l'airain,

Ou tout l'orgueil serait: se vivre, en deploiements
D'effroi sauvage, avec, sur soi, la voix profonde
Et tonnante des Dieux, qui ont tordu le monde
Plein de terreur, sous le froid d'or des firmaments.

Et depuis des mille ans il defiait l'eclair,
Dressant sur l'horizon les torses de ses voiles
Et guettant les signaux des plus rouges etoiles
Dont les cristaux sanglants se cassaient dans la mer.


La Peur

Par les plaines de ma crainte, tournee au Nord,
Voici le vieux berger des Novembres qui corne,
Debout, comme un malheur, au seuil du bercail morne,
Qui corne au loin l'appel des troupeaux de la mort.

L'etable est la, lourde et vieille comme un remords,
Au fond de mes pays de tristesse sans borne,
Qu'un ruisselet, borde de menthe et de viorne,
Lasse de ses flots lents, fletrit, d'un cours retors.

Brebis noires, a croix rouges, sur les epaules,
Et beliers couleur feu rentrent, a coups de gaule,
Comme ses lents peches, en mon ame d'effroi;

Le vieux berger des Novembres corne tempete.
Dites, quel vol d'eclairs vient d'effleurer ma tete
Pour que, ce soir, ma vie ait eu si peur de moi?


Celui du rien

Je suis celui des pourritures grandioses
Qui s'en revient du pays mou des morts;
Celui des Ouests noirs du sort
Qui te montre, la-bas, comme une apotheose,
Son ile immense, ou des guirlandes
De detritus et de viandes
Se suspendent,
Tandis, qu'entre les fleurs somptueuses des soirs,
S'ouvrent les grands yeux d'or des crapauds noirs.
Terrains tumefies et cavernes nocturnes.
Oh! mes grottes baillant l'ennui par les crevasses
Des fondrieres et des morasses!
A mes arbres de lepre, au bord des mares,
Sechent ton coeur et tes manteaux baroques,
Vieux Lear; et puis voici le noir Hamlet bizarre
Et les corbeaux qui font la cour a son cadavre;
Voici Rene, le front fendu, les chairs transies,
Et les mains d'Ophelie, au bord des havres,
Sont ces deux fleurs blanches - moisies.

Et les meurtres me font des plans de pourriture,
Jusqu'au palais d'ou s'imposent les dictatures
De mon pays de purulence et de sang d'or.

Sont la, les carcasses des empereurs nocturnes;
Les Nerons fous et les Tiberes taciturnes,
Gisant sur des terrasses de portor.
Leur crane est chevelu de vers - et leur pensee
Oui dechira la Rome antique en incendies
Fermente encor, dans leur tete decomposee.
Des lemures tettent les pustules du ventre
Que fut Vitellius - et maux et maladies
Crevent sur ces debris leurs poches de poisons.

Je suis celui du pays mou des morts.

Et puis voici ceux-la qui s'exaltaient en Dieu;
Voici les coeurs brules de foi, ceux dont le feu
Etonnait les soleils, de sa lueur nouvelle:
Amours sanctifies par l'extatique ardeur
"Rien pour soi-meme et sur le monde ou s'echevelent
La luxure, l'orgueil, l'avarice, l'horreur,
Tous les peches, inaugurer, torrentiel
De sacrifice et de bonte supreme, un ciel!"
Et les Flamels tombes des legendes gothiques,
Et les avares blancs qui se mangent les doigts,
Et les guerriers en or immobile, la croix
Escarbouclant d'ardeur leurs cuirasses mystiques,
Et leurs femmes dont les regards etaient si doux;
Voici - sanguinolents et crus - ils sont la, tous.

Je suis celui des pourritures mephitiques.

Dans un jardin d'ombre et de soir,
Je cultive sur un espalier noir,
Les promesses et les espoirs.
La maladie? elle est, ici, la veneneuse
Et triomphale moissonneuse
Dont la faucille est un croissant de fievre
Taille dans l'Hecate des vieux Sabbats.
La fraicheur de l'enfance et la sante des levres,
Les cris de joie et l'ingenu fracas
Des bonds fouettes de vent, parmi les plaines,
Je les fletris, ferocement, sous mes haleines,
Et les voici, aux coins de mes quinconces
Et tas jaunes, comme feuilles et ronces.

Je suis celui des pourritures souveraines.

Voici les assoiffes des vins de la beaute;
Les affoles de l'unanime volupte
Qui fit naitre Venus de la mer tout entiere;
Voici leurs flancs, avec les trous de leur misere;
Leurs yeux, avec du sang; leurs mains, avec des ors;
Leurs livides phallus tordus d'efforts
Brises - et, par les mares de la plaine,
Les vieux caillots noyes de la semence humaine.
Voici celles dont l'affre etait de se chercher
Autour de l'effroi roux de leur peche,
Pour se meler et se mordre, folles gorgones;
Celles qui se lechaient, ainsi que des lionnes -
Langues de pierre - et qui fuyaient pour revenir
Toujours pales, vers leur implacable desir,
Fixe, la-bas, le soir, dans les yeux de la lune.
Tous et toutes - regarde - un a un, une a une,
Ils sont, en de la cendre et de l'horreur
Changes - et leur ruine est la splendeur
De mon domaine, au bord des mers phosphorescentes.

Je suis celui des pourritures incessantes;
Je suis celui des pourritures infinies;
Vice ou vertu, vaillance ou peur, blaspheme ou foi,
Dans mon pays de fiel et d'or, j'en suis la loi.
Et je t'apporte a toi ce multiple flambeau:
Reve, folie, ardeur, mensonge et ironie
Et mon rire devant l'universel tombeau.


Dans ma plaine

Je m'habille des loques de mes jours
Et le baton de mon orgueil dans ma main ploie;
Mes pas! dites comme ils sont lourds
De me porter, de me trainer toujours
Sans plus d'espoir, de voie en voie.
Mon ame est comme un beffroi noir
Qui sonne au loin, pres d'un rempart
Au fond du soir;
Toute ma tete est vaine
Et monoeuvre jadis hautaine
S'eparpille comme au hasard.

Ah si la mort pouvait venir!

Plantez des croix, au long des routes,
Plantez des croix, sur le rempart,
N'importe ou, plantez des croix, puisque toutes
Diront le sort d'un espoir mort.
Les voici donc mon pays et ma ville,
Avec leur fleuve au loin dans le brouillard,
Avec leurs toits et leurs clochers epars,
Avec leurs lacs, en flaques d'huile,
Monotones, dans le soir noir.

Ah si la mort pouvait venir!

Pourtant, je ne sais quoi illumine soudain
Le pauvre baton mort que je tiens en ma main.
Et voici qu'un rayon glisse au loin sur la plaine
Ou je n'ai disperse que fatigue et que haine;
Et le beffroi, la-bas, a beau sonner
Et son battant a beau tanner,
Je n'entends plus ses glas perclus,
Je n'entends plus, je n'entends plus
Rien qu'une voix qui vient d'en haut me pardonner.

Dites? Dites? Serait-ce elle qui veut venir
Vers l'agonie en feu de mes mauvais desirs
Non pas la mort, mais elle
La trepassee et la sainte que je reve eternelle.


Saint Georges

Ouverte en large eclair, parmi les brumes,
Une avenue;
Et Saint Georges, cuirasse d'or,
Avec des plumes et des ecumes,
Au poitrail blanc de son cheval, sans mors,
Descend.

L'eguipage diamantaire
Fait de sa chute, un triomphal chemin
A la pitie du ciel vers notre terre.
Prince de l'aube et du matin,
Joyeux, vibrant et cristallin,
Mon coeur nocturne, oh qu'il l'eclaire,
Au tournoiement de son epee aureolaire!
Que j'entende le bruit glissant
Du vent, autour de sa cotte de mailles
Et de son gonfanon dans les batailles;
Le Saint Georges, celui qui luit
Et vient, parmi les cris de mon desir,
Saisir
Mes pauvres bras tendus vers sa vaillance!

Comme un grand cri de foi
Il tient, droite, sa lance,
Le Saint Georges;
Il fait comme un tumulte d'or
Dans le celeste et flamboyant decor;
Il porte au front l'eclat du chreme,
Le Saint Georges du haut devoir,
Beau de son coeur et par lui-meme.

Sonnez toutes mes voix d'espoir!
Sonnez en moi; sonnez, sous les rameaux,
En des chemins pleins de soleil!
Micas d'argent, soyez la' joie entre les pierres;
Et vous, les blancs cailloux des eaux,
Ouvrez vos yeux, dans les ruisseaux,
A travers l'eau de vos paupieres;
Paysage, avec tes lacs vermeils,
Sois le miroir des vols de flamme
Du Saint Georges vers mon ame!

Contre les dents du dragon noir,
Contre l'armature de lepre et de pustules,
Il est le glaive et le miracle.
La charite, sur sa cuirasse brule
Et son courage est la debacle
Bondissante de l'instinct noir.

Feux cribles d'or, feux rotatoires
Et tourbillons d'astres, ses gloires,
Aux galopants sabots de son cheval,
Eblouissent les yeux de ma memoire.
Il vient, en bel ambassadeur
Du pays blanc, illumine de marbres,
Ou, dans les parcs, au bord des mers, sur l'arbre
De la bonte, suavement croit la douceur.

Le port, il le connait, ou se bercent, tranquilles,
De merveilleux vaisseaux emplis d'anges dormants,
Et les grands soirs, ou s'eclairent des iles
Belles, mais immobiles,
Parmi les yeux, dans l'eau, des firmaments.
Ce royaume, d'ou se leve, reine, la Vierge,
Il en est l'humble joie ardente - et sa flamberge
Y vibre, en ostensoir, dans l'air;
Le devorant Saint Georges clair
Qui frole et eblouit de son eclair
Mon ame.

Il sait de quels lointains je viens,
Avec quelles brumes, dans le cerveau,
Avec quels signes de couteau,
En croix noires, sur la pensee,
Avec quel manque de biens,
Avec quelle puissance depensee,
Avec quel masque et quelle folie,
Sur de la honte et de la lie.

J'ai ete lache et je me suis enfui
Dans un jardin de maux et de pleurs infertiles;
J'ai souleve quand me cernait la nuit
Les marbres d'or d'une science hostile,
Vers des sommets barres d'oracles noirs;
Seule la mort est la reine des soirs
Et tout effort humain n'est clair que dans l'aurore;
Avec les fleurs, la priere desire eclore
Et leurs douces levres ont le meme parfum;
Le blanc soleil, sur l'eau nacree, est pour chacun
Comme une main de caresse, sur l'existence;
L'aube s'ouvre, comme un conseil de confiance,
Et qui l'ecoute est le sauve
De son marais, ou nul peche ne fut jamais lave.

Le Saint Georges rapide et clair
A traverse, par bonds de flamme,
Le frais matin, jusqu'a mon ame;
Il etait jeune et beau de foi;
Il se pencha d'autant plus bas vers moi,
Qu'il me voyait plus a genoux;
Comme un intime et pur cordial d'or
Il m'a rempli de son essor
Et tendrement d'un effroi doux;
Devant sa vision altiere,
J'ai mis, en sa pale main fiere,
Les fleurs tristes de ma douleur;
Et lui, s'en est alle, m'imposant la vaillance
Et sur le front, la marque en croix d'or de sa lance,
Droit vers son Dieu, avec mon coeur.


L'Autre plaine

Vers les visages des floraisons d'or,
Voici qu'un auroral soleil se penche
Et les frolant, de branche en branche,
Sur leurs levres de pourpre eclate en baisers d'or.

On ecoute les ruisselets dans la lumiere,
Sauter, de marche en marche, au long d'un talus clair;
Des insectes d'argent aux antennes de verre,
Contre des vitraux bleus, casser de la lumiere.

Des feuillages chantent. Il s'en denoue,
De temps en temps, de longs rubans de vols,
Et les heures tournent, comme des roues,
Autour des coeurs moussus des tournesols.


Les Campagnes hallucinees

La Ville

Tous les chemins vont vers la ville.

Du fond des brumes,
Avec tous ses etages en voyage
Jusques au ciel, vers de plus hauts etages,
Comme d'un reve, elle s'exhume.

La-bas,
Ce sont des ponts muscles de fer,
Lances, par bonds, a travers l'air;
Ce sont des blocs et des colonnes
Que decorent Sphinx et Gorgonnes;
Ce sont des tours sur des faubourgs;
Ce sont des millions de toits
Dressant au ciel leurs angles droits:
C'est la ville tentaculaire,
Debout,
Au bout des plaines et des domaines.

Des clartes rouges
Qui bougent
Sur des poteaux et des grands mats.
Meme a midi, brulent encor
Comme des oeufs de pourpre et d'or;
Le haut soleil ne se voit pas:
Bouche de lumiere, fermee
Par le charbon et la fumee.
Un fleuve de naphte et de poix
Bat les moles de pierre et les pontons de bois;
Les sifflets crus des navires qui passent
Hurlent de peur dans le brouillard;
Un fanal vert est leur regard
Vers l'ocean et les espaces.

Des quais sonnent aux chocs de lourds fourgons;
Des tombereaux grincent comme des gonds;
Des balances de fer font choir des cubes d'ombre
Et les glissent soudain en des sous-sols de feu;
Des pont s'ouvrant par le milieu,
Entre les mats touffus dressent des gibets sombres
Et des lettres de cuivre inscrivent l'univers,
Immensement, par a travers
Les toits, les corniches et les murailles,
Face a face, comme en bataille.

Et tout la-bas, passent chevaux et roues,
Filent les trains, vole l'effort,
Jusqu'aux gares, dressant, telles des proues
Immobiles, de mille en mille, un fronton d'or.
Des rails ramefies y descendent sous terre
Comme en des puits et des crateres
Pour reparaitre au loin en reseaux clairs d'eclairs
Dans le vacarme et la poussiere.
C'est la ville tentaculaire.

La rue - et ses remous comme des cables
Noues autour des monuments -
Fuit et revient en longs enlacements;
Et ses foules inextricables
Les mains folles, les pas fievreux,
La haine aux yeux,
Happent des dents le temps qui les devance.
A l'aube, au soir, la nuit,
Dans la hate, le tumulte, le bruit,
Elles jettent vers le hasard l'apre semence
De leur labeur que l'heure emporte;
Et les comptoirs mornes et noirs
Et les bureaux louches et faux
Et les banques battent des portes
Aux coups de vent de la demence.
Le long du fleuve, une lumiere ouatee,

Trouble et lourde, comme un haillon qui brule,
De reverbere en reverbere se recule.
La vie, avec des flots d'alcool est fermentee.
Les bars ouvrent sur les trottoirs
Leurs tabernacles de miroirs
Ou se mirent l'ivresse et la bataille;
Une aveugle s'appuie a la muraille
Et vend de la lumiere, en des boites d'un sou;
La debauche et le vol s'accouplent en leur trou;
La brume immense et rousse
Parfois jusqu'a la mer recule et se retrousse
Et c'est alors comme un grand cri jete
Vers le soleil et sa clarte:
Places, bazars, gares, marches,
Exasperent si fort leur vaste turbulence
Que les mourants cherchent en vain le moment de silence
Qu'il faut aux yeux pour se fermer.

Telle, le jour - pourtant, lorsque les soirs
Sculptent le firmament, de leurs marteaux d'ebene,
La ville au loin s'etale et domine la plaine
Comme un nocturne et colossal espoir;
Elle surgit: desir, splendeur, hantise;
Sa clarte se projette en lueurs jusqu'aux cieux,
Son gaz myriadaire en buissons d'or s'attise,
Ses rails sont des chemins audacieux
Vers le bonheur fallacieux
Que la fortune et la force accompagnent;
Ses murs se dessinent pareils a une armee
Et ce qui vient d'elle encor de brume et de fumee
Arrive en appels clairs vers les campagnes.

C'est la ville tentaculaire,
La pieuvre ardente et l'ossuaire
Et la carcasse solennelle.

Et les chemins d'ici s'en vont a l'infini
Vers elle.


Le Donneur de mauvais conseils

Par les chemins bordes de pueils
Rode en maraude
Le donneur de mauvais conseils.

La vieille carriole aux tons groseille
Qui l'emmena, on ne sait d'ou,
Une folle la garde et la surveille,
Au carrefour des chemins mous.
Le cheval pait l'herbe d'automne,
Pres d'une mare monotone,
Dont l'eau livide reverbere
Le ciel de pluie et de misere
Qui tombe en loques sur la terre.

Le donneur de mauvais conseils
Est attendu dans le village,
A l'heure ou tombe le soleil.

Il est le visiteur oblique et louche
Qui, de ferme en ferme, s'abouche,
Quand la detresse et la ruine
Se rabattent sur les chaumines.
Il est celui qui frappe a l'huis,
Tenacement, et vient s'asseoir
Lorsque le have desespoir
Fixe ses regards droits
Sur le feu mort des atres froids.

Il vaticine et il marmonne,
Toujours ardent et monotone,
Prenant a part chacun de ceux
Dont les arpents sont cancereux
Et les epargnes infecondes
Et les poussant a tout quitter,
Pour un peu d'or qu'ils entendent tinter
En des villes, la-bas, au bout du monde.

A qui, devant sa lampe eteinte,
Seul avec soi, quand minuit tinte,
S'en va tatant aux murs de sa chaumiere
Les trous qu'y font les vers de la misere,
Sans qu'un secours ne lui vienne jamais,
Il conseille d'aller, au fond de l'eau,
Mordre soudain les exsangues reflets
De sa face dans un marais.

Il pousse au mal la fille ardente,
Avec du crime au bout des doigts,
Avec des yeux comme la poix
Et des regards qui violentent.
Il attise en son coeur le vice
A mots cuisants et rouges,
Pour qu'en elle la femelle et la gouge
Biffent la mere et la nourrice
Et que sa chair soit aux amants,
Morte, comme ossements et pierres,
Au cimetiere.

Aux vieux couples qui font l'usure
Depuis que les malheurs ravagent
Les villages, a coups de rage,
Il vend les moyens surs
Et la tenacite qui reussit toujours
A ruiner hameaux et bourgs,
Quand, avec l'or tapi au creux
De l'armoire crasseuse ou de l'alcove immonde,
On s'imagine, en un logis lepreux,
Etre le roi qui tient le monde.

Enfin, il est le conseiller de ceux
Qui profanent la nuit des saints dimanches
En boutant l'incendie a leurs granges de planches.
Il indique l'heure precise
Ou le tocsin sommeille aux tours d'eglise,
Ou seul avec ses yeux insoucieux,
Le silence regarde faire.
Ses gestes secs et entetes
Numerotent ses volontes,
Et l'ombre de ses doigts semble ligner d'entailles
Le crepi blanc de la muraille.

Et pour conclure il verse a tous
Un peu du fiel de son vieux coeur
Pourri de haine et de rancoeur;
Et designe le rendez-vous,
- Quand ils voudront - au coin des bordes.
Ou, pres de l'arbre, ils trouveront
Pour se brancher un bout de corde.

Ainsi va-t-il de ferme en ferme;
Plus volontiers, lorsque le terme
Au bahut vide inscrit sa date,
Le corps craquant comme des lattes,

Le cou maigre, le pas trainant,
Mais inusable et permanent,
Avec sa pauvre carriole,
Avec sa bete, avec sa folle,
Qui l'attendent, jusqu'au matin,
Au carrefour des vieux chemins.


Pelerinage

Ou vont les vieux paysans noirs
Par les chemins en or des soirs?

A grands coups d'ailes affolees,
En leurs toujours folles volees,
Les moulins fous fauchent le vent.

Le cormoran des temps d'automne
Jette au ciel triste et monotone
Son cri sombre comme la nuit.

C'est l'heure brusque de la terreur,
Ou passe, en son charroi d'horreur,
Le vieux Satan des moissons fausses.

Par la campagne en grand deuil d'or,
Ou vont les vieux silencieux?

Quelqu'un a du frapper l'ete
De mauvaise fecondite:
Le ble tres haut ne fut que paille.

Les bonnes eaux n'ont point coule
Par les veines du champ brule;
Quelqu'un a du frapper les sources;

Quelqu'un a du secher la vie,
Comme une gorge inassouvie
Vide d'un trait le fond d'un verre.

Par la campagne en grand deuil d'or,
Ou vont les vieux et leur misere?

L'apre semeur des mauvais germes,
Au temps de mai baignant les fermes,
Les vieux l'ont tous senti passer.

Ils l'ont surpris morne et railleur,
Penche sur la campagne en fleur;
Plein de foudre, comme l'orage.

Les vieux n'ont rien ose se dire.
Mais tous ont entendu son rire
Courir de taillis en taillis.

Or, ils savent par quel moyen
On peut flechir Satan paien,
Qui reste maitre des moissons.

Par la campagne en grand deuil d'or,
Ou vont les vieux et leur frisson?

L'apre semeur du mauvais ble
Entend venir ce defile
D'hommes qui se taisent et marchent.

Il sait que seuls ils ont encore,
Au fond du coeur qu'elle devore,
Toute la peur de l'inconnu;

Qu'obstinement ils derobent en eux
Son culte sombre et lumineux,
Comme un minuit blanc de mercure,

Et qu'ils redoutent les revoltes,
Et qu'ils supplient pour leurs recoltes
Plus devant lui que devant Dieu.

Par la campagne, en grand deuil d'or,
Ou vont les vieux porter leur voeu?

Le Satan noir des champs brules
Et des fermiers ensorceles
Qui font des croix de la main gauche,

Ce soir, a l'heure ou l'horizon est rouge
Contre un arbre dont rien ne bouge,
Depuis une heure est accoude.

Les vieux ont pu l'apercevoir,
Avec ses yeux dardes vers eux,
D'entre ses cils de chardons morts.

Ils ont senti qu'il ecoutait
Les silences de leur souhait
Et leur priere uniquement pensee.

Alors, subitement,
En un grand feu de tourbe et de branches coupees
Ils ont jete un chat vivant.

Regards eteints, pattes crispees,
La bete est morte atrocement,

Pendant qu'au long des champs muets,
Sous le gel rude et le vent froid,
Chacun, par un chemin a soi,
Sans rien savoir s'en revenait.


Chanson de fou

Brisez-leur pattes et vertebres,
Chassez les rats, les rats.
Et puis versez du froment noir.
Le soir,
Dans les tenebres.

Jadis, lorsque mon coeur cassa,
Une femme le ramassa
Pour le donner aux rats.

- Brisez-leur pattes et vertebres.

Souvent je les ai vus dans l'atre,
Taches d'encre parmi le platre,
Qui grignotaient ma mort.

- Brisez-leur pattes et vertebres.

L'un d'eux, je l'ai senti
Grimper sur moi la nuit,
Et mordre encor le fond du trou
Que fit, dans ma poitrine,
L'arrjchement de mon coeur fou.

- Brisez-leur pattes et vertebres.

Ma tete a moi les vents y passent,
Les vents qui passent sous la porte,
Et les rats noirs de haut en bas
Peuplent ma tete morte.

- Brisez-leur pattes et vertebres.

Car personne ne sait plus rien.
Et qu'importent le mal, le bien,
Les rats, les rats sont la, par tas,
Dites, verserez-vous, ce soir,
Le froment noir,
A pleines mains, dans les tenebres?


Le Peche

Sur sa butte que le vent gifle,
Il tourne et fauche et ronfle et siffle,
Le vieux moulin des peches vieux
Et des forfaits astucieux.

Il geint des pieds jusqu'a la tete,
Sur fond d'orage et de tempete,
Lorsque l'automne et les nuages
Frolent son toit de leurs voyages.

Sur la campagne abandonnee
II apparait une araignee
Colossale, tissant ses toiles
Jusqu'aux etoiles.

C'est le moulin des vieux peches.

Qui l'ecoute, parmi les routes,
Entend battre le coeur du diable,
Dans sa carcasse insatiable.

Un travail d'ombre et de tenebres
S'y fait, pendant les nuits funebres
Quand la lune fendue
Git la, sur le carreau de l'eau,
Comme une hostie atrocement mordue.

C'est le moulin de la ruine
Qui moud le mal et le repand aux champs
Infini, comme une bruine.

Ceux qui sournoisement ecornent
Le champ voisin en deplacant les bornes;
Ceux qui, valets d'autrui, sement l'ivraie
Au lieu de l'orge vraie;
Ceux qui jettent les poisons verts dans l'eau
Ou l'on amene le troupeau;
Ceux qui, par les nuits seules,
En brasiers d'or font eclater les meules,
Tous passerent par le moulin.

Encore:

Les vieux jeteurs de sorts et les sorcieres
Que vont trouver les filles-meres;
Ceux qui cachent dans les fourres
Leurs ruts sinistrement vociferes;
Ceux qui n'aiment la chair que si le sang
Gicle aux yeux, frais et luisant;
Ceux qui s'entr'egorgent, a couteaux rouges,
Volets fermes, au fond des bouges:
Ceux qui scrutent l'espace
Avec, au bout du poing, la mort pour tel qui passe,
Tous passerent par le moulin.

Aussi:

Les vagabonds qui habitent des fosses
Avec leurs filles qu'ils engrossent;
Les fous qui choisissent des betes
Pour assouvir leur rage et ses tempetes;
Les mendiants qui deterrent les mortes
Atrocement et les emportent;
Les couples noirs, pervers et vieux,
Qui instruisent l'enfant a coucher entre eux deux;
Tous passerent par le moulin.
Tous sont venus, sournoisement,
Choisissant l'heure et le moment,
Avec leurs chiens et leurs brouettes,
Et leurs anes et leurs charrettes;

Tous sont venus, jeunes et vieux,
Pour emporter jusque chez eux
Le mauvais grain, coute que coute;
Et quand ils sont redescendus
Par les sentes du haut talus,
Les grand'routes charriaient toutes
Infiniment, comme des veines,
Le sang du mal, parmi les plaines.

Et le moulin tournait au fond des soirs
La croix grande de ses bras noirs,
Avec des feux, comme des yeux,
Dans l'orbite de ses lucarnes
Dont les rayons gagnaient les loins.
Parfois, s'illuminaient des coins,
La-bas, dans la campagne morne,
Et l'on voyait les porteurs gourds,
Ployant au faix des peches lourds,
Hagards et las, buter de borne en borne.


Le Fleau

La Mort a bu du sang
Au cabaret des Trois Cercueils.

La Mort a mis sur le comptoir
Un ecu noir,
- "C'est pour les cierges et pour les deuils."

Des gens s'en sont alles
Tout lentement
Chercher le sacrement.
On a vu cheminer le pretre
Et les enfants de ch?ur,
Vers les maisons de l'affre et du malheur
Dont on fermait toutes fenetres.

La Mort a bu du sang.
Elle en est soule.

- "Notre Mere la Mort, pitie! pitie!
Ne bois ton verre qu'a moitie,
Notre Mere la Mort, s'est nous les meres.
C'est nous les vieilles a manteaux,
Avec nos coeurs, avec nos maux,
Qui marmonnons du desespoir
En chapelets interminables;
Notre Mere la Mort, pitie! pitie!
C'est nous les bequillantes et minables
Vieilles, tannees
Par la misere et les annees:
Nos corps sont prets pour tes tombeaux,
Nos seins sont prets pour tes couteaux."

- La Mort, dites, les bonnes gens,
La Mort est soule:
Sa tete oscille et roule
Comme une boule.


La Mort a bu du sang
Comme un vin frais et bienfaisant;
La Mort a mis sur le comptoir
Un ecu noir,
Elle en voudra pour ses argents
Au cabaret des pauvres gens.

- "Notre-Dame la Mort, c'est nous les vieux des guerres
Tumultuaires;
Notre-Dame des drapeaux noirs
Et des debacles dans les soirs,
Norte-Dame des glaives et des balles
Et des crosses contre les dalles,
Toi, notre vierge et notre orgueil,
Toujours si fiere et droite, au seuil
Du palais d'or de nos grands reves;
Notre-Dame la Mort, toi, qui te leves,
Au battant de nos tambours,
Obeissante - et qui, toujours,
Nous enseigna l'audace et le courage,
Notre-Dame la Mort, cesse ta rage
Et daigne enfin nous voir et nous entendre
Puisqu'ils n'ont point appris, nos fils, a se defendre."

- La Mort, dites, les vieux verbeux,
La Mort est soule,
Comme un flacon qui roule
Sur la pente des chemins creux.
La Mort n'a pas besoin
De votre mort au bout du monde,
C'est au pays qu'elle enfonce la bonde
Du tonneau rouge.

- "Dame la Mort, c'est moi, la Sainte Vierge
Qui viens en robe d'or chez vous,
Vous supplier a deux genoux
D'avoir pitie des gens de mon village.
Dame la Mort, c'est moi, la Sainte Vierge,
De Гех-voto, pres de la berge,
C'est moi qui fus de mes pleurs inondee
Au Golgotha, dans la Judee,
Sous Herode, voici mille ans.

Dame la Mort, c'est moi, la Sainte Vierge
Qui fis promesse aux gens d'ici
De m'en venir crier merci
Dans leurs detresses et leurs peines;

Dame la Mort, c'est moi, la Sainte Vierge."

- "La Mort, dites, la bonne Dame,
Se sent au coeur comme une flamme
Qui, de la, monte a son cerveau.
La Mort a soif de sang nouveau.
La Mort est soule,
Un seul desir comme une houle,
Remplit sa brumeuse pensee.
La Mort n'est point celle qu'on econduit
Avec un peu de priere et de bruit,
La Mort s'est lentement lassee
D'avoir pitie du desespoir;
Bonne Vierge des reposoirs,
La Mort est soule
Et sa fureur, hors des ornieres,
Par les chemins des cimetieres
Bondit et roule
Comme une boule."

- "La Mort, c'est moi, Jesus, le Roi,
Qui te fis grande ainsi que moi
Pour que s'accomplisse la loi
Des choses en ce monde.
La Mort, je suis la manne d'or
Qui s'eparpille du Thabor
Divinement, jusqu'aux confins du monde.
Je suis celui qui fus pasteur,
Chez les humbles, pour le Seigneur;
Mes mains de gloire et de splendeur
Ont rayonne sur la douleur;
La Mort, je suis la paix du monde."

- "La Mort, dites, le Seigneur Dieu,
Est assise, pres d'un bon feu,
Dans une auberge ou le vin coule
Et n'entend rien, tant elle est soule.
Elle a sa faux et Dieu a son tonnerre.
En attendant, elle aime a boire et le fait voir
A quiconque voudrait s'asseoir,
Cote a cote, devant un verre.

Jesus, les temps sont vieux,
Et chacun boit comme il le peut
Et qu'importent les vetements sordides
Lorsque le sang nous fait les dents splendides. "

Et la Mort s'est mise a boire, les pieds au feu;
Elle a meme laisse s'en aller Dieu
Sans se lever sur son passage;
Si bien que ceux qui la voyaient assise
Ont cru leur ame compromise.

Durant des jours et puis des jours encor, la Mort
A fait des dettes et des deuils,
Au cabaret des Trois Cercueils;
Puis, un matin, elle a ferre son cheval d'os,
Mis son bissac au creux du dos
Pour s'en aller a travers la campagne.
De chaque bourg et de chaque village,
Les gens s'en sont venus vers elle avec du vin,
Pour qu'elle n'ait ni soif, ni faim,
Et ne fit halte au coin des routes;
Les vieux portaient de la viande et du pain,
Les femmes des paniers et des corbeilles
Et les fruits clairs de leur verger,
Et les enfants portaient des miels d'abeilles.

La Mort a chemine longtemps,
Par le pays des pauvres gens,
Sans trop vouloir, sans trop songer,
La tete soule
Comme une boule.
Elle portait une loque de manteau roux,
Avec de grands boutons de veste militaire,
Un bicorne pique d'un plumet refractaire
Et des bottes jusqu'aux genoux.
Son fantome de cheval blanc
Cassait un vieux petit trot lent
De bete ayant la goutte
Sur les pierres de la grand'route;
Et les foules suivaient vers n'importe ou
Le grand squelette aimable et soul
Qui souriait de leur panique
Et qui sans crainte et sans horreur
Voyait se tordre, au creux de sa tunique,
Un trousseau de vers blancs qui lui tetaient le coeur.


Le Depart

Trainant leurs pas apres leurs pas
Le front pesant et le coeur las,
S'en vont, le soir, par la grand'route,
Les gens d'ici, buveurs de pluie,
Lecheurs de vent, fumeurs de brume.

Les gens d'ici n'ont rien de rien,
Rien devant eux
Que l'infini de la grand'route.
Chacun porte au bout d'une gaule,
Dans un mouchoir a carreaux bleus,
Chacun porte dans un mouchoir,
Changeant de main, changeant d'epaule,
Chacun porte
Le linge use de son espoir.

Les gens s'en vont, les gens d'ici,
Par la grand'route a l'infini.

L'auberge est la, pres du bois nu,
L'auberge est la de l'inconnu;
Sur ses dalles, les rats trimballent
Et les souris.

L'auberge, au coin des bois moisis,
Grelotte, avec ses murs manges,
Avec son toit comme une teigne,
Avec le bras de son enseigne
Qui tend au vent un os ronge.

Les gens d'ici sont gens de peur:
Ils font des croix sur leur malheur
Et tremblent;
Les gens d'ici ont dans leur ame
Deux tisons noirs, mais point de flamme,
Deux tisons noirs en croix.

Les gens d'ici sont gens de peur;
Et leurs autels n'ont plus de cierges
Et leur encens n'a plus d'odeur:
Seules, en des niches desertes,
Quelques roses tombent inertes
Autour d'un Christ en platre peint.

Les gens d'ici ont peur de l'ombre sur leurs champs,
De la lune sur leurs etangs,
D'un oiseau mort contre une porte;
Les gens d'ici ont peur des gens.

Les gens d'ici sont malhabiles,
La tete lente et les cerveaux debiles
Quoique tannes d'entetement;
Ils sont ladres, ils sont minimes
Et s'ils comptent c'est par centimes,
Peniblement, leur denument.

Avec leur chat, avec leur chien,
Avec l'oiseau dans une cage,
Avec, pour vivre, un seul moyen:
Boire son mal, taire sa rage;
Les pieds uses, le coeur moisi,
Les gens d'ici,

Quittant leur gite et leur pays,
S'en vont, ce soir, vers l'infini.

Les meres trainent a leurs jupes
Leur trousseau long d'enfants belants,
Trinqueballes, trinqueballants;
Les yeux clignants des vieux s'occupent
A refixer, une derniere fois,
Leur coin de terre morne et grise,
Ou mord l'averse, ou mord la bise,
Ou mord le froid.
Suivent les gars des bordes,
Les bras maigres comme des cordes,
Sans plus d'orgueil, sans meme plus
Le moindre elan vers les temps revolus
Et le bonheur des autrefois,
Sans plus la force en leurs dix doigts
De se serrer en poings contre le sort
Et la colere de la mort.

Les gens des champs, les gens d'ici
Ont du malheur a l'infini.

Leurs brouettes et leurs charrettes
Trinqueballent aussi,
Cassant, depuis le jour leve,
Les os pointus du vieux pave:
Quelques-unes, plus greles que squelettes,
Entrechoquent des amulettes
A leurs brancards,
D'autres grincent, les ais criards,
Comme les seaux dans les citernes;
D'autres portent de vieillottes lanternes.

Les chevaux las
Secouent, a chaque pas,
Le vieux lattis de leur carcasse;
Le conducteur s'agite et se tracasse,
Comme quelqu'un qui serait fou,
Lancant parfois vers n'importe ou,
Dans les espaces,
Une pierre lasse
Aux corbeaux noirs du sort qui passe.
Les gens d'ici
Ont du malheur - et sont soumis.

Et les troupeaux reches et maigres,
Par les chemins rapes et par les sablons aigres,
Egalement sont les chasses,
Aux coups de fouet inepuises
Des famines qui exterminent:
Moutons dont la fatigue a tout caillou ricoche,
Boeufs qui meuglent vers la mort proche,
Vaches lentes et lourdes
Aux pis vides comme des gourdes.

Ainsi s'en vont betes et gens d'ici,
Par le chemin de ronde
Qui fait dans la detresse et dans la nuit,
Immensement, le tour du monde,
Venant, dites, de quels lointains,
Par a travers les vieux destins,
Passant les bourgs et les bruyeres,
Avec, pour seul repos, l'herbe des cimetieres,
Allant, roulant, faisant des n?uds
De chemins noirs et tortueux,
Hiver, automne, ete, printemps,
Toujours lasses, toujours partant
De l'infini pour l'infini.

Tandis qu'au loin, la-bas,
Sous les cieux lourds, fuligineux et gras,
Avec son front comme un Thabor,
Avec ses sucoirs noirs et ses rouges haleines
Hallucinant et attirant les gens des plaines,
C'est la ville que la nuit formidable eclaire,
La ville en platre, en stuc, en bois, en fer, en or,
- Tentaculaire.


Les Villes tentaculaires

La Plaine

La plaine est morne, avec ses clos, avec ses granges
Et ses fermes dont les pignons sont vermoulus,
La plaine est morne et lasse et ne se defend plus,
La plaine est morne et morte - et la ville la mange.

Formidables et criminels,
Les bras des machines diaboliques,
Fauchant les bles evangeliques,
Ont effraye le vieux semeur melancolique
Dont le geste semblait d'accord avec le ciel.

L'orde fumee et ses haillons de suie
Ont traverse le vent et l'ont sali:
Un soleil pauvre et avili
S'est comme use en de la pluie.

Et maintenant, ou s'etageaient les maisons claires
Et les vergers et les arbres parsemes d'or,
On apercoit, a l'infini, du sud au nord,
La noire immensite des usines rectangulaires.

Telle une bete enorme et taciturne
Qui bourdonne derriere un mur,
Le ronflement s'entend, rythmique et dur,
Des chaudieres et des meules nocturnes;

Le sol vibre, comme s'il fermentait,
Le travail bout comme un forfait,
L'egout charrie une fange velue
Vers la riviere qu'il pollue;
Un supplice d'arbres ecorches vifs
Se tord, bras convulsifs,
En facade, sur le bois proche;
L'ortie epuise au coeur les sablons et les oches,
Et des fumiers, toujours plus hauts, de residus
- Ciments huileux, platras pourris, moellons fendus -
Au long de vieux fosses et de berges obscures
Levent, le soir, des monuments de pourriture.

Sous des hangars tonnants et lourds,
Les nuits, les jours,
Sans air ni sans sommeil,
Des gens peinent loin du soleil:
Morceaux de vie en l'enorme engrenage,
Morceaux de chair fixee, ingenieusement,
Piece par piece, etage par etage,
De l'un a l'autre bout du vaste tournoiement.
Leurs yeux sont devenus les yeux de la machine;
Leur corps entier: front, col, torse, epaules, echine,
Se plie aux jeux regles du fer et de l'acier;
Leurs mains et leurs dix doigts courent sur des claviers
Ou cent fuseaux de fil tournent et se devident;
Et mains promptes et doigts rapides
S'usent si fort,
Dans leur effort
Sur la matiere carnassiere,
Qu'ils y laissent, a tout moment,
Des empreintes de rage et des gouttes de sang.

Dites! l'ancien labeur pacifique, dans l'Aout
Des seigles murs et des avoines rousses,
Avec les bras ru clair, le front debout,
Quand l'or des bles ondule et se retrousse
Vers l'horizon torride ou le silence bout.

Dites! le repos tiede et les midis elus,
Tressant de l'ombre pour les siestes,
Sous les branches, dont les vents prestes
Rythment, avec lenteur, les grands gestes feuillus.
Dites, la plaine entiere ainsi qu'un jardin gras,
Toute folle d'oiseaux eparpilles dans la lumiere,
Qui la chantent, avec leurs voix plenieres,
Si pres du ciel qu'on ne les entend pas.

Mais aujourd'hui, la plaine?- elle est finie;
La plaine est morne et ne se defend plus:
Le flux des ruines et leur reflux
L'ont submergee, avec monotonie.

On ne rencontre, au loin, qu'enclos rapieces
Et chemins noirs de houille et de scories
Et squelettes de metairies
Et trains coupant soudain les villages en deux.

Les Madones ont tu leurs voix d'oracle
Au coin du bois, parmi les arbres;
Et les vieux saints et leurs socles de marbre
Ont chu dans les fontaines a miracles.

Et tout est la, comme des cercueils vides,
- Seuils et murs lezardes et toitures fendues -
Et tout se plaint ainsi que les ames perdues
Qui sanglotent le soir dans la bruyere humide.

Helas! la plaine, helas! elle est finie!
Et ses clochers sont morts et ses moulins perclus.
La plaine, helas! elle a tousse son agonie
Dans les derniers hoquets d'un angelus.


L'Ame de la ville

Les toits semblent perdus
Et les clochers et les pignons fondus,
Dans ces matins fuligineux et rouges,
Ou, feu a feu, des signaux bougent.

Une courbe de viaduc enorme
Longe les quais mornes et uniformes;
Un train s'ebranle immense et las.
La-bas,
Un steamer rauque avec un bruit de corne.

Et par les quais uniformes et mornes,
Et par les ponts et par les rues,
Se bousculent, en leurs cohues,
Sur des ecrans de brumes crues,
Des ombres et des ombres.

Un air de soufre et de naphte s'exhale;
Un soleil trouble et monstrueux s'etale;
L'esprit soudainement s'effare
Vers l'impossible et le bizarre;
Crime ou vertu, voit-il encor

Ce qui se meut en ces decors,
Ou, devant lui, sur les places, s'exalte
Ailes grandes, dans le brouillard
Un aigle noir avec un etendard,
Entre ses serres de basalte.

О les siecles et les siecles sur cette ville,
Grande de son passe
Sans cesse ardent - et traverse,
Comme a cette heure, de fantomes!
О les siecles et les siecles sur elle,
Avec leur vie immense et criminelle
Battant - depuis quels temps? -
Chaque demeure et chaque pierre
De desirs fous ou de coleres carnassieres!

Quelques huttes d'abord et quelques pretres:
L'asile a tous, l'eglise et ses fenetres
Laissant filtrer la lumiere du dogme sur
Et sa naivete vers les cerveaux obscurs.
Donjons dentes, palais massifs, cloitres barbares;
Croix des papes dont le monde s'effare;
Moines, abbes, barons, serfs et vilains;
Mitres d'orfroi, casques d'argent, vestes de lin;
Luttes d'instincts, loin des luttes de l'ame
Entre voisins, pour l'orgueil vain d'une oriflamme;
Haines de sceptre a sceptre et monarques faillis

Sur leur fausse monnaie ouvrant leurs fleurs de lys,
Taillant le bloc de leur justice a coups de glaive
Et la dressant et l'imposant, grossiere et breve.
Puis, l'ebauche, lente a naitre, de la cite:
Forces qu'on veut dans le droit seul planter;
Ongles du peuple et machoires de rois;
Mufles crispes dans l'ombre et souterrains abois
Vers on ne sait quel ideal au fond des nues;
Tocsins brassant, le soir, des rages inconnues;
Flambeaux de delivrance et de salut, debout
Dans l'atmosphere enorme ou la revolte bout;
Livres dont les pages, soudain intelligibles,
Brulent de verite, comme jadis les Bibles;
Hommes divins et clairs, tels des monuments d'or
D'ou les evenements sortent armes et forts;
Vouloirs nets et nouveaux, consciences nouvelles
Et l'espoir fou, dans toutes les cervelles,
Malgre les echafauds, malgre les incendies
Et les tetes en sang au bout des poings brandies.

Elle a mille ans la ville,
La ville apre et profonde;
Et sans cesse, malgre l'assaut des jours
Et des peuples minant son orgueil lourd,
Elle resiste a l'usure du monde.
Quel ocean, ses coeurs! quel orage, ses nerfs!
Quels noeuds de volontes serres en son mystere!
Victorieuse, elle absorbe la terre,
Vaincue, elle est l'attrait de l'univers;
Toujours, en son triomphe ou ses defaites,
Elle apparait geante, et son cri sonne et son nom luit,
Et la clarte que font ses feux d'or dans la nuit
Rayonne au loin, jusqu'aux planetes!

О les siecles et les siecles sur elle!

Son ame, en ces matins hagards,
Circule en chaque atome
De vapeur lourde et de voiles epars,
Son ame enorme et vague, ainsi que ses grands domes
Qui s'estompent dans le brouillard.
Son ame errante en chacune des ombres
Qui traversent ses quartiers sombres,
Avec une ardeur neuve au bout de leur pensee,
Son ame formidable et convulsee,
Son ame, ou le passe ebauche
Avec le present net l'avenir encor gauche.
О ce monde de fievre et d'inlassable essor
Rue, a poumons lourds et haletants,
Vers on ne sait quels buts inquietants?
Monde promis pourtant a des lois d'or,
A des lois claires, qu'il ignore encor
Mais qu'il faut, un jour, qu'on exhume,
Une a une, du fond des brumes.
Monde aujourd'hui tetu, tragique et bleme
Qui met sa vie et son ame dans l'effort meme
Qu'il projette, le jour, la nuit,
A chaque heure, vers l'infini.

О les siecles et les siecles sur cette ville!
Le reve ancien est mort et le nouveau se forge.
Il est fumant dans la pensee et la sueur
Des bras fiers de travail, des fronts fiers de lueurs,
Et la ville l'entend monter du fond des gorges
De ceux qui le portent en eux
Et le veulent crier et sangloter aux cieux.
Et de partout on vient vers elle,
Les uns des bourgs et les autres des champs,
Depuis toujours, du fond des loins;
Et les routes eternelles sont les temoins
De ces marches, a travers temps,
Qui se rythment comme le sang
Et s'avivent, continuelles.

Le reve! il est plus haut que les fumees
Qu'elle renvoie envenimees
Autour d'elle, vers l'horizon;
Meme dans la peur ou dans l'ennui,
Il est la-bas, qui domine, les nuits,
Pareil a ces buissons
D'etoiles d'or et de couronnes noires,
Qui s'allument, le soir, evocatoires.

Et qu'importent les maux et les heures dementes,
Et les cuves de vice ou la cite fermente,
Si quelque jour, du fond des brouillards et des voiles,
Surgit un nouveau Christ, en lumiere sculpte,
Qui souleve vers lui l'humanite
Et la baptise au feu de nouvelles etoiles.


Le Port

Toute la mer va vers la ville!

Son port est surmonte d'un million de croix:
Vergues transversales barrant de grands mats droits.

Son port est pluvieux de suie a travers brumes,
Ou le soleil comme un oeil rouge et colossal larmoie.

Son port est ameute de steamers noirs qui fument
Et mugissent, au fond du soir, sans qu'on les voie.

Son port est fourmillant et musculeux de bras
Perdus en un fouillis dedalien d'amarres.

Son port est tourmente de chocs et de fracas
Et de marteaux tonnant dans l'air leurs tintamarres.

Toute la mer va vers la ville!

Les flots qui voyagent comme les vents,
Les flots legers, les flots vivants,
Pour que la ville en feu l'absorbe et le respire
Lui rapportent le monde en leurs navires.
Les Orients et les Midis tanguent vers elle
Et les Nords blancs et la folie universelle
Et tous nombres dont le desir prevoit la somme.
Et tout ce qui s'invente et tout ce que les hommes
Tirent de leurs cerveaux puissants et volcaniques
Tend vers elle, cingle vers elle et vers ses luttes:
Elle est le brasier d'or des humaines disputes,
Elle est le reservoir des richesses uniques
Et les marins naifs peignent son caducee
Sur leur peau rousse et crevassee,
A l'heure ou l'ombre emplit les soirs oceaniques.

Toute la mer va vers la ville!

О les Babels enfin realisees!
Et cent peuples fondus dans la cite commune;
Et les langues se dissolvant en une;
Et la ville comme une main, les doigts ouverts,
Se refermant sur l'univers!

Dites! les docks bondes jusques au faite
Et la montagne, et le desert, et les forets,
Et leurs siecles captes comme en des rets;
Dites! leurs blocs d'eternite: marbres et bois,
Que l'on achete,
Et que l'on vend au poids;
Et puis, dites! les morts, les morts, les morts
Qu'il a fallu pour ces conquetes.

Toute la mer va vers la ville!

La mer pesante, ardente et libre,
Qui tient la terre en equilibre;
La mer que domine la loi des multitudes,
La mer ou les courants tracent les certitudes;
La mer et ses vagues coalisees,
Comme un desir multiple et fou,
Qui renversent des rocs depuis mille ans debout
Et retombent et s'effacent, egalisees;
La mer dont chaque lame ebauche une tendresse
Ou voile une fureur; la mer plane ou sauvage;
La mer qui inquiete et angoisse et oppresse
De l'ivresse de son image.

Toute la mer va vers la ville!

Son port est parseme et scintillant de feux
Et sillonne de rails fuyants et lumineux.

Son port est ceint de tours rouges dont les murs sonnent
D'un bruit souterrain d'eau qui s'enfle et ronfle en elles.

Son port est lourd d'odeurs de naphte et de carbone
Qui s'epandent, au long des quais, par les ruelles.

Son port est fabuleux de deesses sculptees
A l'avant des vaisseaux dont les mats d'or s'exaltent.

Son port est solennel de tempetes domptees
En des havres d'airain, de gres et de basalte.


Une Statue

Un bloc de marbre ou son nom luit sur une plaque.

Ventre riche, machoire ardente et menton lourd;
Haine et terreur murant son gros front lourd
Et poing taille pour fendre en deux toutes attaques.
Le carrefour, solennise de palais froids,
D'ou ses regards tetus et violents encore
Scrutent quels feux d'eveil bougent dans telle aurore,
Comme sa volonte, se carre en angles droits.

Il fut celui de l'heure et des hasards bizarres,
Mais textuel, sitot qu'il tint la force en main
Et qu'il put etouffer dans hier le lendemain
Deja sonore et plein de terribles fanfares.

Sa colere fit loi durant ces jours vantes,
Ou toutes voix montaient vers ses panegyriques,
Ou son reve d'Etat strict et geometrique
Tranquillisait l'aboi plaintif des lachetes.

Il se sentait la force etroite et qui deprime,
Tantot sournois, tantot cruel et contempteur,
Et quand il se dressait de toute sa hauteur
Il n'arrivait jamais qu'a la hauteur d'un crime.

Plante devant la vie, il l'obstrua, depuis
Qu'il s'imposa sauveur des rois et de lui-meme
Et qu'il utilisa la peur et l'affre bleme
En des complots fictifs qu'il etranglait, la nuit.

Si bien qu'il apparait sur la place publique
Feroce et rancunier, autoritaire et fort,
Et defendant encor, d'un geste hyperbolique,
Son piedestal massif comme son coffre-fort.


Les Usines

Se regardant avec les yeux casses de leurs fenetres
Et se mirant dans l'eau de poix et de salpetre
D'un canal droit, marquant sa barre a l'infini,
Face a face, le long des quais d'ombre et de nuit,
Par a travers les faubourgs lourds
Et la misere en pleurs de ces faubourgs,
Ronflent terriblement usines et fabriques.

Rectangles de granit et monuments de briques,
Et longs murs noirs durant des lieues,
Immensement, par les banlieues;
Et sur les toits, dans le brouillard, aiguillonnees
De fers et de paratonnerres,
Les cheminees.

Se regardant de leurs yeux noirs et symetriques,
Par la banlieue, a l'infini.
Ronflent le jour, la nuit,
Les usines et les fabriques.

Oh les quartiers rouilles de pluie et leurs grand'rues!
Et les femmes et leurs guenilles apparues
Et les squares, ou s'ouvre, en des caries
De platras blanc et de scories,
Une flore pale et pourrie.

Aux carrefours, porte ouverte, les bars:
Etains, cuivres, miroirs hagards,
Dressoirs d'ebene et flacons fols
D'ou luit l'alcool
Et sa lueur vers les trottoirs.
Et des pintes qui tout a coup rayonnent,
Sur le comptoir, en pyramides de couronnes;
Et des gens souls, debout,
Dont les larges langues lappent, sans phrases,
Les aies d'or et le whisky, couleur topaze.

Par a travers les faubourgs lourds
Et la misere en pleurs de ces faubourgs,
Et les troubles et mornes voisinages,
Et les haines s'entrecroisant de gens a gens
Et de menages a menages,
Et le vol meme entre indigents,
Grondent, au fond des cours, toujours,
Les haletants battements sourds
Des usines et des fabriques symetriques.

Ici, sous de grands toits ou scintille le verre,
La vapeur se condence en force prisonniere:
Des machoires d'acier mordent et fument;
De grands marteaux monumentaux
Broient des blocs d'or sur des enclumes,
Et, dans un coin, s'illuminent les fontes
En brasiers tors et effrenes qu'on dompte.
La-bas, les doigts meticuleux des metiers prestes,
A bruits menus, a petits gestes,
Tissent des draps, avec des fils qui vibrent
Legers et fins comme des fibres.
Des bandes de cuir transversales
Courent de l'un a l'autre bout des salles
Et les volants larges et violents
Tournent, pareils aux ailes dans le vent
Des moulins fous, sous les rafales.
Un jour de cour avare et ras
Frole, par a travers les carreaux gras
Et humides d'un soupirail,
Chaque travail.
Automatiques et minutieux,
Des ouvriers silencieux
Reglent le mouvement
D'universel tictacquement
Qui fermente de fievre et de folie
Et dechiquette, avec ses dents d'entetement,
La parole humaine abolie.

Plus loin, un vacarme tonnant de chocs
Monte de l'ombre et s'erige par blocs;
Et, tout a coup, cassant l'elan des violences,
Des murs de bruit semblent tomber
Et se taire, dans une mare de silence,
Tandis que les appels exacerbes
Des sifflets crus et des signaux
Hurlent soudain vers les fanaux,
Dressant leurs feux sauvages,
En buissons d'or, vers les nuages.

Et tout autour, ainsi qu'une ceinture,
La-bas, de nocturnes architectures,
Voici les docks, les ports, les ponts, les phares
Et les gares folles de tintamarres;
Et plus lointains encor des toits d'autres usines
Et des cuves et des forges et des cuisines
Formidables de naphte et de resines
Dont les meutes de feu et de lueurs grandies
Mordent parfois le ciel, a coups d'abois et d'incendies.

Au long du vieux canal a l'infini,
Par a travers l'immensite de la misere
Des chemins noirs et des routes de pierre,
Les nuits, les jours, toujours,
Ronflent les continus battements sourds,
Dans les faubourgs,
Des fabriques et des usines symetriques.

L'aube s'essuie
A leurs carres de suie;
Midi et son soleil hagard
Comme un aveugle, errent par leurs brouillards;
Seul, quand au bout de la semaine, au soir,
La nuit se laisse en ses tenebres choir,
L'apre effort s'interrompt, mais demeure en arret,
Comme un marteau sur une enclume,
Et l'ombre, au loin, parmi les carrefours, parait
De la brume d'or qui s'allume.


La Bourse

Comme un torse de pierre et de metal debout
Le monument de l'or dans les tenebres bout.

Des que morte est la nuit et que revit le jour,
L'immense et rouge carrefour
D'ou s'exalte sa quotidienne bataille
Tressaille.

Des banques s'ouvrent tot et leurs guichets,
Ou l'or se pese au trebuchet,
Voient affluer - voiles legeres - par flottes,
Les traites et les banque-notes.

Une fureur monte et s'en degage,
Gagne la rue et s'y propage,
Venant chauffer, de seuil en seuil,
Dans la ville, la peur, la folie ou l'orgueil.

Le monument de l'or attend que midi tinte
Pour reveiller l'ardeur dont sa vie est etreinte.

Tant de reves, tels des feux roux
Entremelent leur flamme et leurs remous
De haut en bas du palais fou!
Le gain coupable et monstrueux
S'y resserre comme des noeuds.
On croit y voir une apre fievre
Voler, de front en front, de levre en levre,
Et s'ameuter et eclater
Et crepiter sur les paliers
Et les marches des escaliers.
Une fureur reenflammee
Au mirage du moindre espoir
Monte soudain de l'entonnoir
De bruit et de fumee,
Ou l'on se bat, a coups de vols, en bas.
Langues seches, regards aigus, gestes inverses,
Et cervelles, qu'en tourbillons les millions traversent,
Echangent la leur peur et leur terreur.
La hate y simule l'audace
Et les audaces se depassent;
Les uns confient a des carnets
Leurs angoisses et leurs secrets;
Cyniquement, tel escompte l'eclair
Qui tue un peuple au bout du monde;
Les chimeres volent dans l'air;
Les chances fuient ou surabondent;
Marches conclus, marches rompus
Luttent et s'entrebutent en disputes;
L'air brule - et les chiffres paradoxaux,
En paquets pleins, en lourds trousseaux,
Sont rejetes et cahotes et ballotes
Et s'effarent en ces bagarres,
Jusqu'a ce que leurs sommes lasses,
Masses contre masses,
Se cassent.
Aux fins de mois, quand les debacles se deciden
La mort les paraphe de suicides
Et les chutes s'effritent en ruines
Qui s'illuminent
En obseques exaltatives.
Mais le jour meme, aux heures blemes,
Les volontes, dans la fievre, revivent;
L'acharnement sournois
Reprend, comme autrefois.
On se trahit, on se sourit et l'on se mord
Et l'on travaille a d'autres morts.
La haine ronfle, ainsi qu'une machine,
Autour de ceux qu'elle assassine.
On vole, avec autorite, les gens
Dont les coffres sont indigents.
On mele avec l'honneur l'escroquerie,
Pour amorcer jusqu'aux patries
Et ameuter vers l'or torride et infamant
L'universel affolement.

Oh l'or, la-bas, comme des tours dans les nuages,
L'or etale sur l'etagere des mirages,
Avec des millions de bras tendus vers lui,
Et des gestes et des appels, la nuit,
Et la priere unanime qui gronde,
De l'un a l'autre bout des horizons du monde!

La-bas, des cubes d'or sur des triangles d'or,
Et tout autour les fortunes celebres
S'echafaudant sur des algebres.

De l'or! - boire et manger de l'or!
Et, plus feroce encor que la rage de l'or,
La foi au jeu mysterieux
Et ses hasards hagards et tenebreux
Et ses arbitraires vouloirs certains
Qui restaurent le vieux destin;
Le jeu, axe terrible, ou tournera autour de l'aventure,
Par seul plaisir d'anomalie,
Par seul besoin de rut et de folie,
La-bas, ou se croisent les lois d'effroi
Et les supremes desarrois,
Eperdument, la passion future.
Comme un torse de pierre et de metal debout,
Qui cele en son mystere et son ardeur profonde
Le coeur battant et haletant du monde,
Le monument de l'or dans les tenebres bout.


La Revolte


La rue, en un remous de pas,
De torses et de dos d'ou sont tendus des bras
Sauvagement ramifies vers la folie,
Semble passer volante;
Et ses fureurs, au meme instant, s'allient
A des haines, a des appels, a des espoirs;
La rue en or,
La rue en rouge, au fond des soirs.

Toute la mort
En des beffrois tonnants se leve;
Toute la mort, surgie en reves,
Avec des faulx et des epees
Et des tetes atrocement coupees.

La toux des canons lourds,
Les lourds hoquets des canons sourds
Mesurent seuls les pleurs et les abois de l'heure.
Les hauts cadrans des horloges publiques,
Comme des yeux en des paupieres,
Sont defonces a coups de pierre:
Le temps normal n'existant plus
Pour les coeurs fous et resolus
Des multitudes fameliques.

La rage, elle a bondi de terre
Sur un monceau de paves gris;
La rage immense, avec des cris,
Avec du feu dans ses arteres;
La rage, elle a bondi
Feroce et haletante
Et si terriblement
Que son moment d'elan vaut a lui seul le temps
Que met un siecle en gravitant
Autour de ses cent ans d'attente.

Tout ce qui fut reve jadis;
Ce que les fronts les plus hardis
Vers l'avenir ont instaure;
Ce que les ames ont brandi,
Ce que les yeux ont implore,
Ce que toute la seve humaine
Silencieuse a renferme,
S'epanouit, aux mille bras armes
De ces foules, brassant leur houle avec leurs haines.
C'est la fete du sang qui se deploie,

A travers la terreur, en etendards de joie:
Des gens passent rouges et ivres;
Des gens passent sur des gens morts;
Les soldats clairs, casques de cuivre,
Ne sachant plus ou sont les droits, ou sont les torts,
Las d'obeir, chargent, mollassement,
Le peuple enorme et vehement
Qui veut enfin que sur sa tete
Luisent les ors sanglants et violents de la conquete.

Voici des docks et des maisons qui brulent,
En facades de sang, sur le fond noir du crepuscule;
L'eau des canaux en reflechit les fumantes splendeurs,
De haut en bas, jusqu'en ses profondeurs;
D'enormes tours obliquement dorees
Barrent la ville au loin d'ombres demesurees;
Les bras des feux, ouvrant leurs mains funebres,
Eparpillent des lambeaux d'or par les tenebres;
Et les brasiers des toits sautent en bonds sauvages,
Hors d'eux-memes, jusqu'aux nuages.

Aux vieux palais publics, d'ou les echevins d'or
Jadis domptaient la ville et refoulaient l'effort
Et la maree en rut des multitudes fortes,
On penetre, cognant et martelant les portes;
Les clefs sautent, les gonds cedent et les verrous;
Des armoires de fer ouvrent de larges trous
Ou s'empilent par tas les lois et les harangues;
Une torche soudain les leche avec sa langue,
Et tout leur passe noir s'envole et s'eparpille,
Tandis que dans la cave et les greniers on pille
Et qu'on jette dans les fosses du vieux rempart
Des morts coupant le vide avec leurs bras epars.

Dans les couvents, les chapelles et les eglises,
Les verrieres, ou les martyres sont assises,
Jonchent le sol et s'emiettent comme du chaume;
Un Christ, exsangue et long comme un fantome,
Est lacere et pend, tel un haillon de bois,
Au dernier clou qui perce encor l'or de sa croix;
Le tabernacle, ardent et pur, ou sont les chremes,
Est attaque, a coups de poings et de blasphemes;
On soufflette les Saints pres des autels debout
Et dans la grande nef, de l'un a l'autre bout,

- Telle une neige - on dissemine les hosties
Pour qu'elles soient, sous les talons, aneanties.

Tous les joyaux du meurtre et des desastres
Etincellent ainsi, sous l'oeil des astres;
La ville entiere eclate
En pays d'or coiffe de flammes ecarlates;
La ville, au vent des soirs, vers les lointains houleux
Tend sa propre couronne enormement en feu;
Toute la rage et toute la folie
Brassent la vie avec leur lie,
Si fort que, par instants, le sol semble trembler,
Et l'espace bruler
Et la fumee et ses fureurs s'echeveler et s'envoler
Et balayer les grands cieux froids.

- Tuer, pour rajeunir et pour creer;
Ou pour tomber et pour mourir, qu'importe!
Passer; ou se casser les poings contre la porte!
Et puis - que son printemps soit vert ou qu'il soit rouge -
N'est-elle point, dans le monde, toujours,
Haletante, par a travers les jours,
La puissance profonde et fatale qui bouge!


La Recherche

Chambres et pavillons, tours et laboratoires,
Avec, sur leurs frises, les sphinx evocatoires
Et vers le ciel, braques, les telescopes d'or.

C'est la maison de la science au loin dardee,
Par a travers les faits jusqu'aux claires idees.

Flacons jaunes, bleus, verts, pareils a des tresors;
Cristaux monumentaux et mineraux jaspes;
Prismes dans le soleil et ses rayons trempes;
Creusets ardents, godets rouges, flammes fertiles,
Ou se transmuent les poussieres subtiles;
Instruments nets et delicats,
Ainsi que des insectes,
Ressorts tendus et balances correctes,
Cones, segments, angles, carres, compas,
Sont la, vivant et respirant dans l'atmosphere
De lutte et de conquete autour de la matiere.

Dites! quels temps verses au gouffre des annees,
Et quelle angoisse ou quel espoir des destinees,
Et quels cerveaux charges de noble lassitude
A-t-il fallu pour faire un peu de certitude?

Dites! l'erreur plombant les fronts; les bagnes
De la croyance ou le savoir marchait au pas;

Dites! les premiers cris, la-haut, sur la montagne,
Tues par les bruits sourds de la foule d'en bas.

Dites! les feux et les buchers; dites! les claies;
Les regards fous en des visages d'effroi blanc;
Dites! les corps martyrises, dites! les plaies
Criant la verite, avec leur bouche en sang.

C'est la maison de la science au loin dardee,
Par a travers les faits jusqu'aux vastes idees.

Avec des yeux
Meticuleux ou monstrueux,
On y surprend les croissances ou les desastres
S'echelonner, depuis l'atome jusqu'a l'astre.
La vie y est fouillee, immense et solidaire,
En sa surface ou ses replis miraculeux,
Comme la mer et ses vallons houleux,
Par le soleil et ses mains d'or myriadaires.

Chacun travaille, avec avidite,
Methodiquement lent, dans un effort d'ensemble;
Chacun denoue un noeud, en la complexite
Des problemes qu'on y rassemble;
Et tous scrutent et regardent et prouvent,
Tous ont raison - mais c'est un seul qui trouve!

Ah celui-la, dites! de quels lointains de fete,
Il vient, plein de clarte et plein de jour;
Dites! avec quelle flamme au coeur et quel amour
Et quel espoir illuminant sa tete;
Dites! comme a l'avance et que de fois
Il a senti vibrer et fermenter son etre
Du meme rythme que la loi
Qu'il definit et fait connaitre.

Comme il est simple et clair devant les choses,
Et humble et attentif, lorsque la nuit
Glisse le mot enigmatique en lui
Et descelle ses levres closes;
Et comme en s'ecoutant, brusquement, il atteint,
Dans la foret toujours plus fourmillante et verte,
La blanche et nue et vierge decouverte
Et la promulgue au monde ainsi que le destin.
Et quand d'autres, autant et plus que lui,
Auront a leur lumiere incendie la terre
Et fait crier l'airain des portes du mystere,
- Apres combien de jours, combien de nuits,
Combien de cris pousses vers le neant de tout,
Combien de voeux defunts, de volontes a bout
Et d'oceans mauvais qui rejettent les sondes -
Viendra l'instant, ou tant d'efforts savants et ingenus,
Tant de cerveaux tendus vers l'inconnu,
Quand meme, auront bati sur des bases profondes
Et s'elancant au ciel, la synthese des mondes!

C'est la maison de la science au loin dardee
Par a travers les faits, jusqu'aux fixes idees.


Vers le futur

О race humaine aux destins d'or vouee,
As-tu senti de quel travail formidable et battant,
Soudainement, depuis cent ans,
Ta force immense est secouee?

L'acharnement a mieux chercher, a mieux savoir,
Fouille comme a nouveau l'ample foret des etres,
Et malgre la broussaille ou tel pas s'enchevetre
L'homme conquiert sa loi des droits et des devoirs.

Dans le ferment, dans l'atome, dans la poussiere,
La vie enorme est recherchee et apparait,
Tout est capte dans une infinite de rets
Que serre ou que distend l'immortelle matiere.

Heros, savant, artiste, apotre, aventurier,
Chacun troue a son tour le mur noir des mysteres
Et grace a ces labeurs groupes ou solitaires,
L'etre nouveau se sent l'univers tout entier.

Et c'est vous, vous les villes,
Debout
De loin en loin, la-bas, de l'un a l'autre bout
Des plaines et des domaines,
Qui concentrez en vous assez d'humanite,
Assez de force rouge et de neuve clarte,
Pour enflammer de fievre et de rage fecondes
Les cervelles patientes ou violentes
De ceux
Qui decouvrent la regle et resument en eux
Le monde.

L'esprit de la campagne etait l'esprit de Dieu;
Il eut la peur de la recherche et des revoltes,
Il chut; et le voici qui meurt, sous les essieux
Et sous les chars en feu des nouvelles recoltes.

La ruine s'installe et souffle aux quatre coins
D'ou s'acharnent les vents, sur la plaine finie,
Tandis que la cite lui soutire de loin
Ce qui lui reste encor d'ardeur dans l'agonie.

L'usine rouge eclate ou seuls brillaient les champs;
La fumee a flots noirs rase les toits d'eglise;
L'esprit de l'homme avance et le soleil couchant
N'est plus l'hostie en or divin qui fertilise.

Renaitront-ils, les champs, un jour, exorcises
De leurs erreurs, de leurs affres, de leur folie;
Jardins pour les efforts et les labeurs lasses,
Coupes de clarte vierge et de sante remplies?

Referont-ils, avec l'ancien et bon soleil,
Avec le vent, la pluie et les betes serviles,
En des heures de sursaut libre et de reveil,
Un monde enfin sauve de l'emprise des villes?

Ou bien deviendront-ils les derniers paradis
Purges des dieux et affranchis de leurs presages,
Ou s'en viendront rever, a l'aube et aux midis,
Avant de s'endormir dans les soirs clairs, les sages?

En attendant, la vie ample se satisfait
D'etre une joie humaine, effrenee et feconde;
Les droits et les devoirs? Reves divers que fait,
Devant chaque espoir neuf, la jeunesse du monde!


Les Villages illusoires

Les Pecheurs

Sur le fleuve couleur de fiel
Passent en lamentable escorte
Mille amas pestilentiels;
Et la lune semble une morte
Qu'on enfouit au bout du ciel.

Seules, en des barques, quelques lumieres
Illuminent et grandissent les dos
Obstinement courbes sur l'eau,
Des vieux pecheurs de la riviere,

Qui longuement, depuis hier soir,
Pour on ne sait quelle peche nocturne,
Ont descendu leur filet noir
Dans l'eau mauvaise et taciturne.

Au fond de l'eau, sans qu'on les voie,
Sont reunis les mauvais sorts
Qui les guettent, comme des proies,
Et qu'ils pechent, a longs efforts,
Croyant au travail simple et meritoire,
La nuit, sous des signes contradictoires.

Les minuits lourds sonnent la-bas,
A battants lents, comme des glas;
De tour en tour, les minuits sonnent,
Les minuits lourds des nuits d'automne,
Les minuits las.

Les villages sont engourdis,
Les villages et leurs taudis
Et les saules et les noyers
Ou les vents d'Ouest ont guerroye.
Aucun aboi ne vient des bois
Ni aucun cri, par a travers le minuit vide,
Qui s'imbibe de cendre humide.

Sans qu'ils s'aident, sans qu'ils se helent,
En leurs besognes fraternelles,
N'accomplissant que ce qu'il doit,
Chaque pecheur peche pour soi:
Et le premier recueille, en les mailles qu'il serre,
Tout le fretin de sa misere;
Et celui-ci ramene, a l'etourdie,
Le fond vaseux des maladies;
Et tel ouvre ses nasses
Aux desespoirs qui le menacent;
Et celui-la recueille au long des bords,
Les epaves de son remords.

Dans leurs barques, ou rien ne bouge,
Pas meme la flamme d'un falot rouge
Trouant, de grands halos de sang,
Le feutre epais du brouillard blanc,
La mort couvre de son silence
Les vieux pecheurs de la demence.

Ils sont les isoles au fond des brumes,
Cote a cote, mais ne se voyant pas:
Et leurs deux bras sont las;
Et leur travail, c'est leur ruine.
Dites, si dans la nuit, ils s'appelaient
Et si leurs voix se consolaient!

Mais ils restent mornes et gourds,
Le dos voute et le front lourd,
Avec, a cote d'eux, leur petite lumiere
Immobile, sur la riviere.
Comme des blocs d'ombre, ils sont la,
Sans que leurs yeux, par au-dela
Des bruines apres et spongieuses,
Ne se doutent qu'il est, au firmament,
Attirantes comme un aimant,
Des etoiles prodigieuses.

Les pecheurs noirs du noir tourment
Sont les perdus, immensement,
Parmi les loins, parmi les glas
Et les perils qu'ils ne voient pas;
Et l'humide minuit d'automne
Pleut en leur ame monotone.


Le Meunier

Le vieux meunier du moulin noir,
On l'enterra, l'hiver, un soir
De froid rugueux, de bise aigue
En un terrain de cendre et de cigues.

Le jour dardait sa clarte fausse
Sur la beche du fossoyeur;
Un chien errait pres de la fosse,
L'aboi tendu vers la lueur.

La beche, a chacune des pelletees,
Telle un miroir se deplacait,
Luisait, mordait et s'enfoncait
Dans les terres violentees.

La fin du jour s'emplit d'ombres suspectes.

Sur fond de ciel, le fossoyeur,
Comme un enorme insecte,
Semblait lutter avec la peur;
La beche entre ses mains tremblait,
Le sol se crevassait
Et quoi qu'il fit, rien ne comblait
Le trou qui, devant lui,
Comme la nuit, s'elargissait.

Au village la-bas,

Personne au mort n'avait prete deux draps.

Au village la-bas,
Nul n'avait dit une priere.

Au village la-bas,
Personne au mort n'avait sonne le glas.

Au village la-bas,
Aucun n'avait voulu clouer la biere.

Et les maisons et les chaumieres
Qui regardaient le cimetiere,
Pour ne point voir, etaient la toutes,
Volets fermes, le long des routes.

Le fossoyeur se sentit seul
Devant ce defunt sans linceul
Dont tous avaient garde la haine
Et la crainte, dans les veines.

Sur sa butte morne de soir,
Le vieux meunier du moulin noir,
Jadis, avait vecu d'accord
Avec l'espace et l'etendue
Et les tempetes suspendues
Aux gestes fous des vents du Nord;
Son coeur avait longuement ecoute
Ce que les bouches d'ombre et d'or
Des etoiles devoilent
Aux attentifs d'eternite;
Les cirques gris des bruyeres austeres
L'avaient cerne de leur mystere
A l'heure ou l'enigme s'eveille
Et parle a l'ame et la conseille.

Les grands courants qui traversent tout ce qui vit
Etaient, avec leur force, entres dans son esprit,
Si bien que dans son ame isolee et profonde
Ce simple avait senti la volonte du monde.

Les plus anciens ne savaient pas
Depuis quels jours, loin du village,
Il perdurait, la-bas,
Guettant l'envol et les voyages
Des feux dans les nuages.

Il effrayait par le silence
Dont il avait, sans bruit,
Tisse son existence;
Il effrayait encor
Par les yeux d'or
De son moulin tout a coup clairs, la nuit.

Et personne n'aurait connu
Son agonie et puis sa mort,
N'etaient que les quatre ailes
Qu'il agitait vers l'inconnu,
Comme des suppliques eternelles,
Ne s'etaient, un matin,
Definitivement fixees,
Noires et immobilisees,
Telle une croix sur un destin.

Le fossoyeur voyait l'ombre et ses houles
Grandir comme des foules
Et le village et ses closes fenetres
Se fondre au loin et disparaitre.
L'universelle inquietude
Peuplait de cris la solitude;
En voiles noirs et bruns,
Le vent passait comme quelqu'un;
Tout le vague des horizons mobiles
Devenait remuement et frolement hostile,
Jusqu'au moment ou, les yeux fous,
Jetant sa beche n'importe ou,
Avec les bras multiples de la nuit
En menaces, derriere lui,
Jusqu'au fleuve, il s'enfuit.

Le silence se fit, total, par l'etendue,
Le trou parut geant dans la terre fendue
Et rien ne bougea plus;
Et seules les plaines inassouvies
Absorberent, alors
En leur immensite,
Ce mort
Dont le mystere avait illimite
Et exalte jusque dans l'infini, la vie.


Le Menuisier

Le menuisier du vieux savoir
Fait des cercles et des carres,
Tenacement, pour demontrer
Comment l'ame doit concevoir
Les lois indubitables et profondes
Qui sont la regle et la clarte du monde.

A son enseigne, au coin du bourg, la-bas,
Les branches d'or d'un grand compas
- Comme un blason, sur sa maison -
Semblent deux rais pris au soleil.
Le menuisier construit ses appareils
Avec des mains prestes et nettes
Et des regards, sous ses lunettes,
Aigus et droits, sur son travail
Tout en details.

Ses fenetres a gros barreaux
Ne voient le ciel que par petits carreaux;
Et sa boutique, autant que lui,
Est vieille et vit d'ennui.

Il est l'homme de l'habitude
Qu'en son cerveau tissa l'etude,
Au long des temps de ses cent ans
Monotones et vegetants.

Grace a de pauvres mecaniques
Et des signes talismaniques
Et des cones de bois et des segments de cuivre
Et le texte d'un pieux livre
Tracant la croix, par au travers,
Le menuisier dit l'univers.

Matin et soir, il a peine,
Les yeux vieillots, l'esprit cerne,
Imaginant des coins et des annexes
Et des ressorts malicieux
A son travail terriblement complexe,
Ou, sur le faite, il dressa Dieu.

Il rabote ses arguments
Et coupe en deux toutes repliques;
Et ses raisons hyperboliques
Semblent regler le firmament.

Il explique, par des sentences,
Le probleme des existences
Et discute sur la substance.

Il s'eblouit du grand mystere,
Lui donne un nom complementaire
Et croit avoir instruit la terre.

Il est le maitre en controverses.
L'esprit humain qu'il bouleverse,
Il l'a coupe en facultes adverses.

Il fourre l'homme qu'il etrique,
A coups de preuves excentriques,
En son systeme symetrique.

Le menuisier a pour voisins
Le cure et le medecin
Qui retirent de ses travaux pourtant irreductibles,
Chacun pour soi, des arguments irresistibles.

Ses scrupules n'ont rien laisse
D'impossible, qu'il n'ait place,
D'apres un morne rigorisme,
Sur les trois plans d'un syllogisme.

Ses plus graves et assidus clients?
Les gens branlants, les gens belants
Qui achetent leur viatique,
Pour quelques sous, dans sa boutique.

Il vit de son enseigne, au coin du bourg,
- Biseaux dores et compas lourd -
Et n'ecoute que l'aigre serinette,
A sa porte, de la sonnette.

Il a taille, lime, sculpte
Une science d'entete,
Une science de paroisse,
Sans lumiere, ni sans angoisse.

Aussi, le jour qu'il s'en ira,
Son appareil se cassera;
Et ses enfants feront leur jouet,
De cette eternite qu'il avait faite,
A coups d'equerre et de reglette.


Le Sonneur

Comme un troupeau de boeufs aveugles,
Avec effarement, la-bas, au fond des soirs,
L'ouragan beugle.

Et tout a coup, par-dessus les murs noirs
Que dresse, autour de lui, l'eglise, au crepuscule,
Raye d'eclairs, le clocher brule.

Le vieux sonneur, la tete folle,
La bouche ouverte et sans parole,
Accourt.

La tour,
Elle apparait comme grandie.
Deja s'epand, vers l'horizon hallucine,
Tout l'incendie.
Le bourg nocturne en est illumine.
Les visages des foules apparues
Peuplent de peur et de clameurs les rues,
Et, sur les murs soudain eblouissants,
Les carreaux noirs boivent du sang.

Le vieux sonneur, vers la campagne immense,
Jette, a pleins glas, sa crainte et sa demence.

La tour!
Elle remplit tout l'horizon qui bouge;
Elle se darde en lueurs rouges
Jusques au fleuve et aux marais;
Ses ardoises, comme des ailes
De paillettes et d'etincelles,
Fuient, dans la nuit, vers les forets.
Au passage des feux, les chaumieres s'exhument
De l'ombre et, tout a coup, s'allument,
Et, dans l'effondrement du faite entier, la croix
Choit au brasier, qui tord et broie
Ses bras chretiens, comme une proie.

Le vieux sonneur sonne si fort qu'il peut,
Comme si les flammes frolaient son Dieu.

La tour!
Le feu s'y creuse en entonnoir
Au coeur des murailles de pierre,
Gagnant la courbe du voussoir
Ou saute et rebondit la cloche en sa colere.
Les corneilles et les hiboux
Passent, avec de longs cris fous,
Cognant leur tete aux fenetres fermees,
Brulant leur vol, dans les fumees,
Hagards d'effroi, brises d'efforts,
Et, tout a coup, parmi les houles de la foule,
S'abattant morts.

Le vieux sonneur voit s'avancer, vers ses cloches brandies
Les mains en or qui bout de l'incendie.

La tour!
Elle n'est plus qu'un immense buisson
Dont les branches de flamme
Deborderaient des abat-sons;
Le feu sauvage et convulsif entame,
Avec ses dents brutales,
Les madriers et les poulies
Et les poutres monumentales,
D'ou les clochers sonnent et clament leur folie.

Le vieux sonneur, sentant venir son agonie,
Sonne sa propre mort, dans ses cloches finies.

La tour!
Un decisif fracas,
Gris de poussiere et de platras,
La casse en deux, de haut en bas.
Comme un grand cri tue, cesse la rage,
Soudainement, du glas.
Le vieux clocher
Tout a coup noir semble pencher;
Et l'on entend, etage par etage,
Avec des heurts dans leur descente,
Les cloches bondissantes,
Jusqu'a terre, plonger.

Le vieux sonneur n'a pas bouge.

Et la cloche qui defonca le terrain' mou
Fut son cercueil et fit son trou.


Le Forgeron

Sous son hangar, au fond des cours,
Le forgeron enorme et gourd,
Depuis les temps deja lointains que fument
Les emeutes du fer et des aciers sur son enclume,
Martele, etrangement, pres des flammes intenses,
A grands coups pleins, les pales lames
Immenses de la patience.

Tous ceux du bourg qui habitent son coin,
Avec la haine en leurs deux poings,
Muette,
Savent pourquoi le forgeron
A son labeur de tacheron,
Sans que jamais
Ses dents machent des cris mauvais,
S'entete.
Mais ceux d'ailleurs dont les paroles vaines
Sont des abois, devant les buissons creux,
Au fond des plaines,
Les agites et les fievreux
Scrutent, avec pitie ou mefiance,
Ses lents regards remplis du seul silence.

Le forgeron travaille et peine,
Au long des jours et des semaines.
Dans son brasier, il a jete
Les cris d'opiniatrete,
La rage sourde et seculaire;
Dans son brasier d'or exalte,
Maitre de soi, il a jete
Revoltes, deuils, violences, coleres,
Pour leur donner la trempe et la clarte
Du fer et de l'eclair.

Son front,
Exempt de crainte et pur d'affronts,
Sur les flammes se penche, et tout a coup rayonne.
Devant ses yeux, le feu brule en couronne.
Ses mains grandes, obstinement
Manient, ainsi que de futurs tourments,
Les marteaux clairs, libres et transformants
Et ses muscles se fortifient, pour la conquete
Dont le reve dort en sa tete.

Il sait, il a compte les maux immesurables:
Les coupables conseils donnes aux miserables;
Les arguments qu'on oppose les uns aux autres;
La langue en fiel durci des faux apotres;
La justice par des textes barricadee;
L'effroi plantant sa corne au front de chaque idee;
Les bras geants d'ardeur, egalement serviles,
Dans la sante des champs ou la fievre des villes;
Le village, coupe par l'ombre immense et noire
Qui tombe en faulx du vieux clocher comminatoire;
Les pauvres gens, sur qui pesent les pauvres chaumes,
Jusqu'a ployer leurs deux genoux devant l'aumone;
La misere qui sort des bois, qui sort des bouges,
Serrant entre ses mains l'arme qui sera rouge;
Le droit de vivre et de grandir, suivant sa force,
Serre, dans les treillis noueux des lois retorses;
La lumiere de joie et de tendresse male,
Eteinte entre les doigts pinces de la morale;
L'empoisonnement vert de la pure fontaine
De diamant, ou boit la conscience humaine
Et puis, malgre tant de serments et de promesses
A ceux que l'on redoute et pourtant qu'on oppresse,
Le recommencement toujours de leur meme detresse.

Le forgeron, sachant combien
On epilogue autour des pactes,
Depuis longtemps ne dit plus rien:
L'accord etant fatal au jour des actes;
Il est l'incassable entete
Qui vainc ou qu'on assomme;
Qui n'a jamais lache sa fierte d'homme
D'entre ses dents de volonte;
Qui veut tout ce qu'il veut si fortement,
Que son vouloir broierait du diamant
Et s'en irait, au fond des nuits profondes,
Ployer les lois qui font tourner les mondes.
Autour de lui, quand il ecoute
Tomber les pleurs, goutte apres goutte,
De tant de coeurs, moins que le sien
Tranquilles et stoiciens,
Il se predit que cette rage immense,
Ces millions d'ardeurs n'ayant qu'un seul amour
Ne peuvent point faire en sorte, qu'un jour,
Pour une autre equite, les temps ne recommencent
Ni que le levier d'or qui fait mouvoir les choses-
Ne les tourne vers les claires metamorphoses.

Seule, parmi les nuits qui s'entenebreront
L'heure est a prendre, ou ces instants naitront.

Pour l'entendre sonner la-bas,
Severe et dure comme un glas,
Que les clameurs et les gestes se taisent,
Autour des drapeaux fous claquant au vent des theses
Et qu'on dispute moins, et qu'on ecoute mieux.
L'instant sera saisi par les silencieux,
Sans qu'un prodige en croix flamboie aux cieux
Ni qu'un homme divin accapare l'espace.

La foule et sa fureur qui toujours la depasse
- Etant la force immensement hallucinee
Que darde au loin la volonte des destinees -
Fera surgir, avec ses bras impitoyables,
L'univers neuf de l'utopie insatiable;
Les minutes s'envoleront d'ombre et de sang
Et l'ordre eclora doux, genereux et puissant,
Puisqu'il sera, un jour, la pure essence de la vie.

Le forgeron dont l'espoir ne devie
Vers les doutes ni les affres, jamais,
Voit, devant lui, deja, comme s'ils etaient,
Ces temps ou fermement les plus simples ethiques
Diront l'humanite paisible et harmonique:
L'homme ne sera plus, pour l'homme, un loup rodant
Qui n'affirme son droit, qu'a coups de dents;
L'amour dont la puissance encore est inconnue,
Dans sa profondeur douce et sa charite nue,
Ira porter la joie egale aux resignes;
Les sacs gonfles de lucre et d'or seront saignes;
Un soir d'ardente et large equite rouge
Disparaitront palais, banques, comptoirs et bouges;
Tout sera simple et clair, quand l'orgueil sera mort,
Quand l'homme, au lieu de croire a l'egoiste effort
Qui s'eterniserait en une ame immortelle,
Dispensera vers tous sa vie accidentelle;
Des paroles, qu'aucun livre ne fait prevoir,
Debrouilleront ce qui parait complexe et noir;
Le faible aura sa part dans l'existence entiere,
Il aimera son sort - et l'obscure matiere
Confessera, peut-etre alors, ce qui est Dieu.

Avec l'eclat de cette lucide croyance
Dont il fixe la flamboyance,
Depuis des ans, devant ses yeux,
Sous son hangar, au fond des cours,
Le forgeron enorme et gourd,
Comme s'il travaillait l'acier des ames,
Martele, a grands coups pleins, les lames
Immenses de la patience et du silence.


Les Meules qui brulent

La plaine, au fond des soirs, s'est allumee,
Et les tocsins cassent leurs bonds de sons,
Aux quatre murs de l'horizon.

- Une meule qui brule!

Par les sillages des chemins, la foule,
Par les sillages des villages, la foule houle
Et dans les cours, les chiens de garde ululent.

- Une meule qui brule!

La flamme ronfle et casse et broie,
S'arrache des haillons qu'elle 'deploie;
La flamme rouge et debordante
S'epand en chevelure ardente
Puis s'apaise soudain et se detache
Et ruse et se derobe - ou rebondit encor;
Et voici, tout a coup, de grands jets d'or
Dans le ciel noir qu'ils empanachent.

- Quand brusquement une autre meule au loin s'allume! -

Elle est immense - et comme un faisceau rouge
De longs et lumineux serpents.
Les feux? - ils se tordent sur les arpents
Et les fermes et les hameaux, ou bouge,
De vitre a vitre, un caillot rouge.

- Une meule qui brule!

Les champs? - ils s'illimitent en frayeurs;
Des frondaisons de bois se levent en lueurs,
Sur les marais et les labours;
Des etalons cabres vers la terreur hennissent;
D'enormes vols d'oiseaux s'appesantissent
Et choient, dans les brasiers - et des cris sourds
Sortent du sol; et c'est la mort,
Toute la mort brandie
Et ressurgie, aux poings tendus de l'incendie.

Et le silence apres la peur - quand, tout a coup, la-bas
Formidable, dans le soir las,
Un feu nouveau remplit les fonds du crepuscule?

- Une meule qui brule!

Aux carrefours, des gens hagards
Frappent leur front avec leurs poings;
Les enfants crient et les vieillards
Prennent le Christ et les saints a temoin
Du sort qui les atteint et les poignarde,
Tandis qu'au loin, obstinement silencieux,
Des fous, avec de la stupeur aux yeux,
Regardent.

- Une meule qui brule!

La terre est rouge, immensement.
On ne voit plus l'etoile au firmament.
Le feu multiplie de plaine en plaine
Reprend a chaque instant vie et haleine,
Il se projette encor plus loin, la-bas,
Sur l'autre bord, ou brusquement les au-dela
Du fleuve s'eclairent comme un songe.
Tout est terreur, folie, acharnement, mensonge,
Brasier et sang - et la tourmente
Propage avec un tel elan
La mort passagere du firmament
Que jusqu'au bout de l'epouvante
Le ciel entier semble parti.


Les Douze Mois

Fevrier

Les Pauvres

Il est ainsi de pauvres coeurs
avec, en eux, des lacs de pleurs,
qui sont pales, comme les pierres
d'un cimetiere.

Il est ainsi de pauvres dos
plus lourds de peine et de fardeaux
que les toits des cassines brunes,
parmi les dunes.

Il est ainsi de pauvres mains,
comme feuilles sur les chemins,
comme feuilles jaunes et mortes,
devant la porte.

Il est ainsi de pauvres yeux
humbles et bons et soucieux
et plus tristes que ceux des betes,
sous la tempete.

Il est ainsi de pauvres gens,
aux gestes las et indulgents
sur qui s'acharne la misere,
au long des plaines de la terre.


Decembre

Les Hotes

- Ouvrez, les gens, ouvrez la porte,
je frappe au seuil et a l'auvent,
ouvrez, les gens, je suis le vent
qui s'habille de feuilles mortes.

- Entrez, monsieur, entrez, le vent,
voici pour vous la cheminee
et sa niche badigeonnee;
entrez chez nous, monsieur le vent.

- Ouvrez, les gens, je suis la pluie,
je suis la veuve en robe grise
dont la trame s'indefinise,
dans un brouillard couleur de suie.

- Entrez, la veuve, entrez chez nous,
entrez, la froide et la livide,
les lezardes du mur humide
s'ouvrent pour vous loger chez nous.

- Levez, les gens, la barre en fer,
ouvrez, les gens, je suis la neige;
mon manteau blanc se desagrege
sur les routes du vieil hiver.

- Entrez, la neige, entrez, la dame,
avec vos petales de lys
et semez-les par le taudis
jusque dans l'atre ou vit la flamme.

Car nous sommes les gens inquietants
qui habitons le Nord des regions desertes,
qui vous aimons - dites, depuis quels temps?-
pour les peines que nous avons par vous souffertes.


Les Vignes de ma muraille

Au Nord

Deux vieux marins des mers du Nord
S'en revenaient, un soir d'automne,
De la Sicile et de ses iles souveraines,
Avec un peuple de Sirenes,
A bord.

Joyeux d'orgueil, ils regagnaient leur fiord,
Parmi les brumes mensongeres,
Joyeux d'orgueil ils regagnaient le Nord
Sous un vent morne et monotone,
Un soir de tristesse et d'automne.

De la rive, les gens du port
Les regardaient, sans faire un signe:
Aux cordages, le long des mats,
Les Sirenes, couvertes d'or,
Tordaient, comme des vignes,
Les lignes
Sinueuses de leurs corps.

Et les gens se taisaient, ne sachant pas
Ce qui venait de l'ocean, la-bas,
A travers brumes;
Le navire voguait comme un panier d'argent
Rempli de chair, de fruits et d'or bougeant
Qui s'avancait, porte sur des ailes d'ecume.

Les Sirenes chantaient
Dans les cordages du navire:
Les bras tendus en lyres,
Les seins leves comme des feux;
Les Sirenes chantaient
Devant le soir houleux,
Qui fauchait sur la mer les lumieres diurnes;
Les Sirenes chantaient,
Le corps serre autour des mats,
Mais les hommes du port, frustes et taciturnes,
Ne les entendaient pas.

Ils ne reconnurent ni leurs amis
- Les deux marins - ni le navire de leurs pays,
Ni les focs, ni les voiles
Dont ils avaient cousu la toile;
Ils ne comprirent rien a ce grand songe
Qui enchantait la mer de ses voyages,
Puisqu'il n'etait pas le meme mensonge
Qu'on enseignait dans leur village;
Et le navire aupres du bord
Passa, les allechant vers sa merveille,
Sans que personne, entre les treilles,
Ne recueillit les fruits de chair et d'or.


Les Visages de la vie

Au bord du quai
En un pays de canaux et de landes,
Mains tranquilles et gestes lents,
Habits de laine et sabots blancs;
Parmi des gens mi-somnolents,
Dites, vivre la-bas, en de claires Zelandes!

Vers de grands phares foudroyes,
Depuis des ans, j'ai navigue.

Dites, vivre la-bas,
Au bord d'un quai pique de mats
Et de poteaux mires dans l'eau.
Promeneur vieux de tant de pas,
Promeneur las.
Dites, vivre la-bas, parmi des maisons coites,
Carreaux etroits, portes etroites,
Pignons luisants de goudron noir,
Ou le beffroi, de l'aube au soir,
Tricote
Un air toujours le meme, avec de pauvres notes.

J'ai visite de lointains fleuves,
Sombres et lents, comme des veuves.

Serait-il calme et frais, mon coin,

Qu'une vieille servante, avec grand soin,
Tiendrait propre, comme un dimanche:
Contre le mur d'une chambre blanche,
Une carte pendrait des iles Baleares;
Ses bords seraient ornes de rinceaux rares
Et de drapeaux episcopaux;
Et sur une etagere on verrait la merveille
- Petits batons, minces ficelles -
D'une fragile caravelle
Qui voguerait, voiles au clair,
Dans la panse d'une bouteille.

J'ai parcouru, sous des minuits de verre,
Des courants noirs qui font le tour de la terre.

Au cabaret, pres du canal,
Le soir, a l'heure reglementaire,
je m'asseoirais, quand le fanal,
Au front du pont,
Darde son oeil, comme une pierre verte.
J'entreverrais par la fenetre ouverte,
Dormir les chalands bruns, les barques brunes,
Dans leur grand bain de clair de lune,
Et le quai bleu et ses arbres lourds de feuillee,
Au fond de l'eau, fuir en vallee.
Oh! cette heure d'immobilite d'or,
Ou rien ne bouge au fond du port,
Sauf une voile mal carguee
Qui doucement remue encor,
Au moindre vent qui vient de mer.

La mer! La mer!

La mer tragique et incertaine,
Ou j'ai traine toutes mes peines!

Depuis des ans, elle m'est celle.
Par qui je vis et je respire,
Si fierement, qu'elle ensorcelle
Toute mon ame, avec son rire
Et sa colere et ses sanglots de flots;
Dites, pourrais-je un jour,
En ce port calme, au fond d'un bourg,
Quoique dispos et clair,
Me passer d'elle?

La mer! La mer!

Elle est le reve et le frisson
Dont j'ai senti vivre mon front.
Elle est l'orgueil qui fit ma tete
Ferme et haute, dans la tempete.
Ma peau, mes mains et mes cheveux
Sentent la mer
Et sa couleur est dans mes yeux;
Et c'est le flux et le jusant
Qui sont le rythme de mon sang!

Au cassement de soufre et d'or
D'un ciel d'ebene et de portor,
J'ai regarde s'ouvrir la nuit
Si loin vers l'immense inconnu.
Que mon regard n'est point encor
Jusqu'aujourd'hui,
Du bout du monde, revenu.

Chaque coup d'heure au coeur du temps,
Chaque automne et chaque printemps,
Me rappellent des paysages
Plus beaux que ceux que mes yeux voient;
Golfes, pays et cieux, en mon ame, tournoient
Et mon ame elle-meme, avec l'humanite,
Autour de Dieu, depuis l'eternite,
A travers temps, semble en voyage:
J'ai dans mon coeur l'orgueil et la misere,
Qui sont les poles de la terre.

Et qu'importe d'ou sont venus ceux qui s'en vont,
S'ils entendent toujours un cri profond
Au carrefour des doutes!
Mon corps est lourd, mon corps est las,
Je veux rester, je ne peux pas;
L'apre univers est un tissu de routes
Trame de vent et de lumiere;
Mieux vaut partir, sans aboutir,
Que de s'asseoir, meme vainqueur, le soir,
Devant son?uvre coutumiere,
Avec, en son coeur morne, une vie
Qui cesse de bondir au-dela de la vie!

Dites, la mer au loin que prolonge la mer;
Et le supreme et merveilleux voyage,
Vers on ne sait quel charme ou quel mirage,
Se deplacant, au cours des temps;
Dites, les blancs signaux vers les vaisseaux partant
Et le soleil qui brule et qui deja dechire
L'horizon d'or, devant l'essor de mon navire!


La Foule

En ces villes d'ombre et d'ebene,
D'ou s'elevent des feux prodigieux;
En ces villes, ou se demenent,
Avec leurs chants, leurs cris et leurs blasphemes,
A grande houle, les foules;
En ces villes soudain terrifiees
De revolte sanglante et de nocturne effroi,
Je sens bondir et s'exalter en moi
Et s'epandre, soudain, mon coeur multiplie.
La fievre, avec de fremissantes mains,
La fievre au cours de la folie et de la haine
M'entraine
Et me roule, comme un caillou, par les chemins.
Tout calcul tombe et se supprime,
Le coeur s'elance ou vers la gloire ou vers le crime;
Et tout a coup je m'apparais celui
Qui s'est, hors de soi-meme, enfui
Vers le sauvage appel des forces unanimes.

Soit rage, ou bien amour, ou bien demence,
Tout passe, en vol de foudre, au fond des consciences;

Tout se devine, avant qu'on ait senti
Le clou d'un but certain entrer dans son esprit.
Des gens hagards courent avec des torches,
Une rumeur de mer s'engouffre, au fond des porches,
Murs, enseignes, maisons, palais et gares,
Dans le soir fou, devant mes yeux, s'effarent;
Sur les places, les poteaux d'or de la lumiere
Tendent, vers les cieux noirs, des feux qui s'exasperent;
Un cadran luit, couleur de sang, au front des tours;
Qu'un tribun parle au coin d'un carrefour,
Avant que l'on saisisse un sens dans ses paroles,
Deja l'on suit son geste - et c'est avec fureur,
Qu'on outrage le front laure d'un empereur
Et qu'on brise l'autel d'ou s'impose l'idole.

La nuit est fourmillante et terrible de bruit;
Une electrique ardeur brule dans l'atmosphere;
Les coeurs sont a prendre; l'ame se serre
En une angoisse enorme et se delivre en cris;
On sent qu'un meme instant est maitre
D'epanouir ou d'ecraser ce qui va naitre;
Le peuple est a celui que le destin
Dota d'assez puissantes mains
Pour manoeuvrer la foudre et les tonnerres
Et devoiler, parmi tant de lueurs contraires,
L'astre nouveau que chaque ere nouvelle
Choisit pour aimanter la vie universelle.

Oh dis, sens-tu qu'elle est belle et profonde,
Mon coeur,
Cette heure
Oui sonne et chante au coeur du monde?

Que t'importent et les vieilles sagesses
Et les soleils couchants des dogmes sur la mer:
Voici l'heure qui bout de sang et de jeunesse,
Voici la violente et merveilleuse ivresse
D'un vin si fort que rien n'y semble amer.
Un vaste espoir, venu de l'inconnu, deplace
L'equilibre ancien dont les ames sont lasses;
La nature parait sculpter
Un visage nouveau a son eternite;
Tout bouge - et l'on dirait les horizons en marche.
Les ponts, les tours, les arches
Tremblent, au fond du sol profond.
La multitude et ses brusques poussees
Semblent faire eclater les villes oppressees,
Le temps est la des debacles et des miracles
Et des gestes d'eclair et d'or,
La-bas, au loin, sur les Thabors.

Comme une vague en des fleuves perdue,
Comme une aile effacee au fond de l'etendue,
Engouffre-toi,
Mon coeur, en ces foules battant les capitales
De leurs fureurs et de leurs rages triomphales;
Vois s'irriter et s'exalter
Chaque clameur, chaque folie et chaque effroi;
Fais un faisceau de ces milliers de fibres;
Muscles tendus et nerfs qui vibrent;
Aimante et reunis tous ces courants
Et prends
Si large part a ces brusques metamorphoses
D'hommes et de choses,
Que tu sentes l'obscure et formidable loi
Qui les domine et les opprime
Soudainement, a coups d'eclairs, s'inscrire en toi.

Mets en accord ta vie avec les destinees
Que la foule, sans le savoir,
Promulgue, en cette nuit d'angoisse illuminee.
Ce que sera, demain, le droit ou le devoir.
Seule, elle en a l'instinct profond;
Et l'univers total travaille et collabore,
Avec ses milliers de causes qu'on ignore,
A chaque effort vers le futur, qu'elle elabore,
Rouge et tragique, a l'horizon.

Oh l'avenir, comme on l'ecoute
Crever le sol, casser les voutes,
Et ces villes d'ebene et d'or, ou l'incendie
Rode comme un lion dont les crins s'irradient;
Minute unique, ou les siecles tressaillent;
Noeud que les victoires denouent dans les batailles;
Grande heure, ou les aspects du monde changent,
Ou ce qui fut juste et sacre parait etrange,
Ou l'on monte vers les sommets d'une autre foi,
Ou la foule maitresse enfin de sa colere,
Comptant et recomptant ses longs maux seculaires,
Sur le bloc de sa force erige un nouveau droit.

En ces villes soudain terrifiees
De fete rouge et de nocturne effroi,
Pour te grandir et te magnifier,
Mon ame, enferme-toi.


L'Action

Lasse des mots, lasse des livres,
Qui tiedissent la volonte,
Je cherche, au fond de ma fierte,
L'acte qui sauve et qui delivre.

La vie, elle est la-bas, violente et feconde,
Oui mord, a galops fous, les grands chemins du monde.
Dans le tumulte et la poussiere,
Les forts se sont pendus a sa criniere
Et, souleves par elle et par ses bonds,
De prodige en prodige,
Ils ont gravi, a travers pluie et vent, les monts
Des audaces et des vertiges.

L'action!
J'en sais qui la dressent dans l'air
Tragiquement, sur ciel d'orage,
Avec des bras en sang et des clameurs de rage.

D'autres qui la revent sourde et profonde,
Comme une mer
Dont l'abime repousse et rejette les sondes.

J'en sais qui l'esperent vetue
Du silence charmeur des fleurs et des statues.

J'en sais qui l'evoquent, partout,
Ou la douleur se crispe, ou la demence bout.
J'en sais qui la cherchent encore,
Durant la nuit, jusqu'a l'aurore.
Alors deja qu'elle est debout, au seuil
Doux et serein de leur orgueil.

La vie en cris ou en silence,
La vie en lutte ou en accord,
Avec la vie, avec la mort,
La vie apre, la vie intense,
Elle est la-bas, sous des poles de cristal blanc,
Ou l'homme innove un chemin lent;
Elle est, ici, dans la ferveur ou dans la haine
De l'ascendante et rouge ardeur humaine;
Elle est, parmi les flots des mers et leur terreur,
Sur des plages, dont nul n'a explore l'horreur;
Elle est dans les forets, aux floraisons lyriques,
Qui decorent les monts et les iles d'Afrique;
Elle est, ou chaque effort grandit
Geste a geste, vers l'infini.
Ou le genie extermine les gloses,
Criant les faits, montrant les causes
Et preparant l'elan des geantes metamorphoses.

Lasse des mots, lasse des livres,
Je cherche en ma fierte
L'acte qui sauve et qui delivre.

Et je le veux puissant et entete,
Lucide et pur, comme un beau bloc de glace;
Sans crainte et sans fallace,
Digne de ceux
Qui n'arborent l'orgueil silencieux
Loin du monde, que pour eux-memes.

Et je le veux trempe, dans un bapteme
De nette et large humanite,
Montrant a tous sa totale sincerite
Et reculant, en un elan supreme,
Les frontieres de la bonte.

О vivre et vivre et vivre et se sentir meilleur
A mesure que bout plus fervemment le coeur;
Vivre plus clair, des qu'on marche en conquete;
Vivre plus haut encor, des que le sort s'entete
A dessecher la seve et la force des bras;
Rever, les yeux hardis, a tout ce qu'on fera
De pur, de grand, de juste, en ces Chanaans d'or,
Qui surgiront, quand meme, au bout du saint effort;
О vivre et vivre, eperdument,
En ces heures de solennel isolement,
Ou le desir attise, ou la pensee anime,
Avec leurs espoirs fous, l'existence sublime.

Lasse des mots, lasse des livres,
Je veux le glaive enfin qui taille
Ma victoire, dans la bataille.

Et je songe, comme on prie, a tous ceux
Qui se levent, heros ou Dieux,
A l'horizon de la famille humaine;
Comme des arcs-en-ciel prodigieux,
Ils se posent, sur les domaines
De la misere et de la haine;
Les effluves de leur exemple
Penetrent peu a peu jusques au fond des temples,
Si bien que la foule, soudain,
Voulant aimer, voulant connaitre
Le sens nouveau qu'impose, avec ardeur, leur etre
Aux enigmes du destin,
Deja forme son ame a leur image,
Pendant que disputent et s'embrouillent encor.
A coups de textes morts,
Les pretres et les sages.

Alors, on voit les paroles armees
Planer sur les luttes et les exploits
Et clairs, monter les fronts et, vibrantes, les voix
Et - foudre et or - voler au loin les Renommees;
Alors aussi, ceux qui rechauffaient leurs ames,
Au vieux foyer des souvenirs,
L'abandonnent et saisissent l'epee en flamme
Et s'elancent vers l'avenir!


Vers la mer

Comme des objets freles,
Les vaisseaux blancs semblent poses,
Sur la mer eternelle.

Le vent futile et pur n'est que baisers;
Et les ecumes
Qui, doucement, echouent
Contre les proues,
Ne sont que plumes:
Il fait dimanche sur la mer!

Telles des dames
Passent, au ciel ou vers les plages,
Voilures et nuages:
Il fait dimanche sur la mer;
Et l'on voit luire, au loin, des rames,
Barres de prismes sur la mer.

Fier de moi-meme et de cette heure,
Qui scintillait, en grappes de joyaux
Translucides sur l'eau,
J'ai crie, vers l'espace et sa splendeur:
"О mer de luxe frais et de moires fleuries,
Ou le mouvant et vaste ete
Marie
Sa force a la douceur et la limpidite;
Mer de clarte et de conquete
Ou voyagent, de crete en crete,
Sur les vagues qu'elles irisent,
Les brises;
Mer de beaute sonore et de vives merveilles
Dont la rumeur bruit a mes oreilles
Depuis qu'enfant j'imaginais les greves bleues
Ou l'Ourse et le Centaure et le Lion des cieux
Venaient boire, le soir,
La-bas, tres loin, a l'autre bout du monde;
О mer, qui fus ma joie etonnee et feconde,
О mer, qui fus ma jeunesse cabree,
Ainsi que tes marees
Vers les dunes aux mille cretes,
Accueille-moi, ce jour, ou tes eaux sont en fete!

J'aurai vecu, l'ame elargie,
Sous les visages clairs, profonds, certains,
Qui regardent, du haut des horizons lointains,
Surgir, vers leur splendeur, mon energie.
J'aurai senti les flux
Unanimes des choses
Me charrier en leurs metamorphoses
Et m'emporter, dans leur reflux.
J'aurai vecu le mont, le bois, la terre;
J'aurai verse le sang des dieux dans mes arteres;
J'aurai brandi, comme un glaive exalte,
Vers mon devoir, ma volonte;
Et maintenant c'est sur tes bords, o mer supreme,
Ou tout se renouvelle, ou tout se reproduit,
Apres s'etre disjoint, apres s'etre detruit,
Que je reviens pour qu'on y seme
Cet univers qui fut moi-meme.

L'ombre se fait en moi; l'age s'etend
Comme une orniere, autour du champ,
Oui fut ma force en fleur et ma vaillance.
plus n'est ferme toujours ni hautaine ma lance;
L'arbre de mon orgueil reverdit moins souvent
Et son feuillage boit moins largement le vent
Qui passe en ouragan, sur les forets humaines;
О mer, je sens tarir les sources, dans mes plaines,
Mais, j'ai recours a toi pour l'exalter,
Une fois encor,
Et le grandir et le transfigurer,
Mon corps,
En attendant qu'on t'apporte sa mort,
Pour a jamais la dissoudre en ta vie.

Alors,
О mer, tu me perdras en tes furies
De renaissance et de fecondite;
Tu rouleras en tes ombres et tes lumieres,
Ma pourriture et ma poussiere;
Tu voileras sous ta beaute
Toute ma cendre et tout mon deuil;
J'aurai l'immensite des forces pour cercueil
Et leur travail obscur et leur ardeur occulte;
Mon etre entier sera perdu, sera fondu,
Dans le brassin geant de leurs tumultes,
Mais renaitra, apres mille et mille ans,
Vierge et divin, sauvage et clair et frissonnant,
Amas subtil de matiere qui pense;
Moment nouveau de conscience;
Flamme nouvelle de clarte,
Dans les yeux d'or de l'immobile eternite!"

Comme de lumineux tombeaux,
Les vaisseaux blancs semblent poses,
De loin en loin, sur les plaines des eaux.
Le vent subtil n'est que baisers;
Et les ecumes
Qui doucement, echouent
Contre les proues,
Ne sont que plumes:
Il fait dimanche sur la mer!


Petites Legendes

La Statuette

C'etait un jeu de quilles
Dont la quille du milieu,
Peinte en rouge, peinte en bleu,
Etait une statuette faite
Au temps des Dieux.

Venus, Diane ou bien Cybele,
Aucun des vieux ne se rappelle
En quels temples ou en quels bouges,
L'avaient prise des marins rouges
Pour la revendre
Voici cent ans, aux gens des Flandres.

Un marguillier disait: "C'est elle
Qui sous l'ancien cure,
Ornait le baldaquin de la chapelle.
Elle etalait un manteau d'or moire
Comme la Vierge:
Ma mere a fait flamber maint cierge
Devant elle."

Un autre avait entendu dire,
Par son pere, qui le tenait
D'un marechal du Saint-Empire,
Que l'image venait
De Rome ou peut-etre d'Espagne.
On l'avait mise au carrefour, sous le tilleul
Qui recouvrait, enorme et seul,
Quatre chemins dans la campagne.

Elle etait bonne et veneree,
Jadis, dans toute la contree.
Des malades furent gueris
Grace a son aide et son esprit
Et des paralytiques
Marcherent.
Sans un vicaire despotique
Qui combattait, sur mer et terre,
Tous les paiens prestiges,
Son nom eclaterait encor, pieux et saint,
En des recueils diocesains
Ou l'on consigne les prodiges.

On la jeta,
La nuit, en plein courant, dans la riviere,
Mais un courant contraire
Obstinement la rapporta,
Aux pieds de la digue tranquille
Ou ceux de Flandre et de Brabant luttaient aux quilles.
Elle etait faite en bois plus dur
Que les moellons du mur;
Et neanmoins elle etait fine comme un vase
Et des roses ornaient sa base.

Quelques joueurs la sauverent, a maree haute.

On la planta, avec solennite,
Dans le milieu du jeu, un jour de Pentecote,
Que les cloches s'interpellaient, de berge en berge,
Que les premiers soleils d'ete
Brillaient et que les filles de l'auberge,
Sur des plateaux de cuivre et de lumiere,
En bonnets frais et blancs, gaiment, servaient les bieres.

Et tous applaudirent celui
Qui le premier, devant la foule,
D'un seul et large coup de boule,
L'abattit.

Et tous applaudirent aussi,
Ceux qui vinrent, apres lui,
Et la coucherent,
Cinq fois, par terre.

Mais brusquement, celui qui le premier
L'avait atteinte,
Palit: Son clos des _champs qui tintent_
Brulait la-bas; et les fumiers
Reverberaient les crins rouges de l'incendie,
Dans leurs mares effrayamment grandies.

Et puis,
Huit jours plus tard, l'un des plus francs buveurs
Et des plus fiers vainqueurs au jeu de quilles,
Rentrant, chez lui, la nuit,
Trouva sa fille morte
Devant la porte.

Il ne pensa d'abord a rien;
Mais il s'abstint
De s'en aller, chaque Dimanche,
A l'auberge de la _Croix-Blanche_.

Enfin,
Un jour que le jeune echevin
Rafla, d'un coup geant; le jeu entier,
L'aile gauche de son grenier
Degringola dans le verger
Et tua net le chien et le berger.
Depuis ce temps, la peur filtra dans les esprits
Et la terreur souffla et la terreur grandit
Quand on apprit
Que l'hotesse de la Croix-Blanche, allant
Querir, le soir, sous l'appentis,
Du bois et des pailles pour la Saint-Jean,
Vit, dans l'ombre, flamboyer devant elle,
Les yeux en feu
De la statuette immortelle.
Le village trembla. Et le cure
Eut beau exorciser
Chaque quille, suivant les rites,
La paroisse ne le tint quitte,
Qu'au jour ou l'etrange morceau de bois
Eut son royal manteau de belle etoffe
Et fut loge, comme autrefois,
Dans sa niche, pres de l'autel de Saint-Christophe.

On deplaca le trop austere
Et turbulent vicaire;
Les pratiques des anciens jours
Revecurent et reprirent leur cours;
Et Cybele, Venus ou bien Diane
Mela, comme jadis, sa puissance profane
Aux prodiges que Saint-Corneille
Faisait surgir de son orteil
Use, depuis quels temps lointains,
Par les levres et par les mains
De l'innombrable espoir humain.


Les Forces tumultueuses

L'Art

D'un bond,
Son pied cassant le sol profond,
Sa double aile dans la lumiere,
Le cou tendu, le feu sous les paupieres,
Partit, vers le soleil et vers l'extase,
Ce devoreur d'espace et de splendeur, Pegase!

Molles, des danses
Alanguissaient leur grace et leur cadence
Au vert sommet des collines, la-bas.
C'etaient les Muses d'or: leurs pas
S'entrecroisaient comme des fleurs melees.
L'amour, aupres d'elles, dormait sous un laurier,
Et les ombres du feuillage guerrier
Tombaient sur l'arc et sur les fleches barbelees.

L'Olympe et l'Helicon brillaient dans l'air;
Sur les sommets, d'ou les sources s'epanchent,
Des temples purs, ainsi que des couronnes blanches,
Illuminaient les bourgades des vallons clairs.
La Grece, avec ses Parthenons de marbre
Et ses gestes de Dieux qui agitaient les arbres
A Dodone, la Grece entiere, avec ses monts
Et ses villes dont la lyre chantait les noms,
Apparaissait, sous le galop du fol cheval,

Comme une arene familiere
A son essor quotidien dans la lumiere.

Mais tout a coup, plus loin que le pays natal,
Un jour, il vit, du fond des passes mornes,
Surgir, serrant un disque entre ses cornes,
L'inepuisable et lourde et maternelle Isis.
Et ce fut l'art de Thebes ou de Memphis
Taillant Hator, la blanche, en de roses pylones,
Et ce fut Suse et Babylone
Et leurs jardins pendus a quels clous d'astres d'or?
Et puis Ninive et Tyr, et les decors
De l'Inde antique et les palais et les pagodes,
Sous la moiteur des saisons chaudes,
Tordant leur faite, ainsi que des brasiers sculptes.

Et meme au loin, ce fut cet Orient monte
En kiosques d'email, en terrasses d'ivoire,
Ou des sages et les sennins notoires
Miraient dans l'eau belle, mais transitoire,
Leurs visages de jouets;
Et doucement, riaient a leur reflet,
Des gestes vains que dans la vie, ils avaient faits.

Et de cet inconnu vaste, montaient des Odes,
Suivant des jeux, suivant des modes,
Que Pegase scandait de son pas affermi;
On eut dit qu'en ses hymnes anciens
Son chant quotidien
Avait longtemps dormi,
Avant de s'eveiller aux musiques sublimes
Qu'il propageait, de cime en cime,
A travers l'infini.


Sur ce monde d'email, de bronze et de granit,
S'aureolaient aussi les poetes lucides;
Ils devastaient la mort nocturne ainsi qu'Alcide;
Leurs poemes ardents, qui affirmaient les lois,
Traversaient quelquefois la volonte des rois?
Leur front buttait contre la force inassouvie;
Leur ame intense et douce avait prevu la vie
Et repandait deja comme un beau reve clair,
Sur le sommeil d'enfant que donnait l'univers.

Le cheval fou qu'aucun bond d'audace
Ne lasse,
D'un plus geant coup d'aile encor, grandit son vol
Et s'exalta, plus haut encor, parmi l'espace.
Alors, une autre mer, un autre sol,
A sa gauche, s'illimiterent,
Et ce fut l'occident, et ce fut l'avenir
Dont la grandeur allait se definir
Qui s'eclairerent.

La-bas, en des plaines de brume et de rosee,
En des regions d'eaux, de montagnes, de bois,
Apparaissaient des temples blancs, d'ou l'or des croix
Dardait une clarte nouvelle et baptisee.

Chaque ville se dessinait comme un bercail,
Ou le troupeau des toits massait ses toisons rouges;
De merveilleux palais y dominaient les bouges;
Une abside s'y deployait comme un camail;
Des jardins d'or y sommeillaient sous de grands arbres,
Des rivieres y sillonnaient des quais de marbre;
Des pas massifs et reguliers de soldats roux
Couraient au loin, sous un envol de drapeaux fous;
Sur des tertres, montaient de hauts laboratoires;
Des usines brulaient les vents, avec leurs feux,
Et tout cela priait, frappait, mordait les cieux,
Avec un elan tel, que souriait la gloire.

Et c'etait Rome, et puis Florence et puis Paris,
Et puis Londres et puis, au loin, les Ameriques;
C'etait le travail fou et ses fievres lyriques
Et sa lueur enorme a travers les esprits.
Le globe etait conquis. On savait l'etendue.
Des feux pareils aux feux des etoiles, la-haut,
Faisaient des gestes d'or: on eut dit des flambeaux
Fixes pour ramener la pensee eperdue;
Comme autrefois, les poetes fervents et clairs
Passaient pareils aux dieux, dans l'etendue ardente,
Ils grandissaient leur siecle - Hugo, Shakespeare, Dante -
Et dediaient leur vie au coeur de l'univers.

Et Pegase sentit ces visions nouvelles
Si vivement eblouir ses prunelles
Qu'il fut comme inonde d'orgueil et de lumiere,
Et que, les dents sans frein, le col sans renes,
Il delaissa soudain sa route coutumiere.

Et desormais, le monde entier fut son arene.


Le Tribun

Et tel que ces arbres cernes de rude ecorce,
Qu'on maintenait, jadis, au coeur des vieux quartiers,
Debout - il apparait tetu, puissant, altier,
Serrant en lui, dites, quels n?uds de force!

Enfant, il a grandi sur le trottoir des villes
En un faubourg lepreux, livide et convulse,
Ou des hommes rageaient de se sentir serviles

Et prisonniers, depuis mille ans, des vieux passes.

О son bondissement, soudain, dans les melees,
Lorsque le peuple, un jour vers les facades d'or,
Marcha, les poings enfin dresses contre le sort,
Et que les coups pleuvaient et que les pierres
Aux coleres melees,
Cassant les hauts carreaux pleins de lumieres
Semblaient broyer et disperser, sur le pave,
De l'or!

Et son verbe brusque et leve,
Comme un faisceau hargneux de pointes
Ferocement disjointes;
Et sa colere et sa folie et son amour
Roulant ensemble et s'exaltant, autour
De chacune de ses idees;
Et sa raison violente et dardee
Faite de passion et de bouillonnement
Et son geste d'orage et de grand vent
Qui projetait son reve, ainsi qu'une semence,
Ardente et rouge, en des milliers de fronts vivants!

Depuis il fut le roi des superbes demences,
Il est monte et monte encor, sait-il jusqu'ou!
Son pouvoir neuf, son pouvoir fou,
Il ne sait plus ou il commence.
Il monte - et l'on croirait que le monde l'attend,
Si large est la clameur des coeurs battant
A l'unisson de ses paroles souveraines.
Il est effroi, danger, affre, fureur et haine;
Il est ordre, silence, amour et volonte;
Il scelle en lui toutes les violences lyriques,
Ou se trempe l'orgueil des hommes historiques
Dont l'oeuvre est faite, avec du sang d'eternite.

Et le voici debout au carrefour du monde,
Ou les vieux chemins d'hier croisent les grands chemins,
Par ou s'avanceront ceux qui viendront demain
Vers on ne sait quelle aube eclatante et profonde.
Homme d'autant plus grand qu'il est de vierge instinct,
Qu'il ignore le rouge eclair dont le destin,
Sans le tuer d'abord, mit en ses mains la foudre;
Qu'il est l'enigme en feu que nul ne peut resoudre
Et qu'il reste plante, du coeur jusques aux pieds,
En plein peuple, pour s'en nourrir - ou en mourir,
Un jour, tenace et tout entier!

Et qu'importe qu'apres sonoeuvre faite,
Il disparaisse, un soir de deuil, un soir de fete,
Honni ou exalte par ceux qu'il a servis.
Le temps marche et l'heure est a quelque autre;
Les plus jeunes n'ont point suivi,
Jusques au bout, sa voix et son geste d'apotre;
Il s'efface - mais ce sera pour revenir;
Son ame etait trop loin vers l'avenir
Et ses greves, cabree,
Pour avoir peur des tombantes marees
Qui succedent toujours aux flux geants;
Sa force, elle est la-bas, lueur sur l'Ocean,
Elle est pleine d'etincelles nouvelles,
Les verites qu'il suscita de sa cervelle
Se sont faites moelles, muscles et chair;
Il a tordu la vie entiere en son eclair
Et desormais elle est ployee, elle est creusee,
Telle que seul d'abord il l'a pensee.


Le Banquier

Sur un bureau noir, ou les liasses abondent,
Serre dans son fauteuil etroit, morne et branlant,
Il griffonne menu, au long d'un papier blanc;
Mais sa pensee, elle est la-bas, au bout du monde.

Le Cap, Java, Ceylan vivent devant ses yeux
Et l'ocean d'Asie, ou ses mille navires
д l'Est, a l'Ouest, au Sud, au Nord, cinglent et virent
Et les voiles au clair, rentrent en des ports bleus.

Et les gares qu'il edifie et les rails rouges
Qu'en ses forges l'on tord et qu'il destine au loin
A des pays d'ebene et d'ambre et de benjoin,
A des deserts, ou seul encor le soleil bouge;

Et ses sources de naphte et ses mines de fer
Et le tumulte fou de ses banques sonores
Qui grise, enfievre, exalte, hallucine, devore
Et dont le bruit s'epand au-dela de la mer;

Et les peuples dont les senats sont ses garants;

Et ceux dont il pourrait briser les lois futiles,
Si la debacle ou la revolte etaient utiles
A la marche sans fin de ses projets errants;

Et les guerres vastes dont il serait lui-meme
- Meurtres, rages et desespoirs - le seul vrai roi
Qui rongerait, avec les dents des chiffres froids,
Les noeuds taches de sang des plus ardents problemes;

Si bien qu'en son fauteuil use, morne et branlant,
Quand il griffonne, a menus traits, sur son registre,
Il lie a son vouloir bourgeois le sort sinistre

Et domine le monde, ou corne l'effroi blanc.

Oh l'or! son or qu'il seme au loin, qu'il multiplie,
La-bas, dans les villes de la folie,
La-bas, dans les hameaux calmes et doux,
Dans l'air et la lumiere et la splendeur, partout!

Son or aile qui s'enivre d'espace,
Son or planant, son or rapace,
Son or vivant,
Son or dont s'eclairent et rayonnent les vents,
Son or que boit la terre
Par les pores de sa misere,
Son or ardent, son or furtif, son or retors,
Morceau d'espoir et de soleil - son or!

Il ignore ce qu'il possede
Et si son monceau d'or excede,
Par sa hauteur, les tours et les beffrois;
Il l'aime avec prudence, avec sang-froid,
Avec la joie apre et profonde
D'avoir a soi, comme tresor et comme bien,
Sous la garde des cieux quotidiens,
Le bloc meme du monde.

Et les foules le meprisent, mais sont a lui.
Tous le craignent: l'or le grandit.
L'universel desir et ses milliers de flammes
Brulent leur ame autant qu'il ravage son ame;
Il est celui qui divise le pain
Miraculeux du gain,
S'il les trompe, qu'importe.
Chacun revient vers lui apres avoir quitte sa porte.
Avec de grands remous
Sa force roule en torrent fou
Et bouillonne et bondit et puis entraine
- Feuilles, rameaux, cailloux et graines -
Les fortunes, les epargnes et les avoirs
Et jusqu'aux moindres sous que recomptent, le soir,
A la lueur de leur lanterne,
Les gens de ferme.

Ainsi, domptant les rois et les peuples et ceux
Dont la puissance pauvre, en ses coffres, expire,
Du fond de son fauteuil use, morne et boiteux,
Il definit le sort des mers et des empires.


Les Villes

О ces villes, par l'or putride, envenimees!
Masses de pierre, et vols et gestes de fumees,
Domes et tours d'orgueil et colonnes debout
Dans l'espace qui vibre et le travail qui bout,
En aimas-tu l'effroi et les affres profondes,
О toi, le voyageur
Qui t'en allais triste et songeur,
Par les gares de feu qui ceinturent le monde?

Cahots et bonds de trains par au-dessus des monts!

L'intime et sourd tocsin qui enfievrait ton ame
Battait aussi dans ces villes, le soir; leur flamme
Rouge et myriadaire illuminait ton front,
Leur aboi noir, leur cri vengeur, leur han fecond
Etaient l'aboi, le cri, le han de ton coeur meme;
Ton etre entier etait tordu en leur blaspheme,
Ta volonte jetee en proie a leur torrent
Et vous vous maudissiez tout en vous adorant.

Oh leurs chaines, leurs crocs, leurs supplices,
Et leurs meurtres plantes dans le torse des lois!
Le coeur de leurs bourdons, le front de leurs beffrois
Ont oublie le nombre exact de leurs victimes;
Leur monstrueux decor barre le firmament;
Le siecle et son horreur se condensent en elles,
Mais leur ame contient la minute eternelle
Qui date, au long des jours innombrables, le temps.

D'age en age, l'histoire est fecondee
Sous l'afflux d'or de leurs idees;
Leur moelle et leur cerveau
Se ravivent du sang nouveau
Qu'infuse au monde vieux la foule ou le genie.
Elles illuminent l'audace et communient
Avec l'espace et fascinent les horizons.
Leur magnetisme est fort comme un poison.
Tout front qui domine les autres,
Savant, penseur, poete, apotre,
Mele sa flamme a la lueur de leurs brasiers;
Elles dressent vers l'inconnu les escaliers
Par ou monte l'orgueil des recherches humaines
Et broient, sous leurs pieds clairs, l'erreur qui tend ses
De l'univers a l'homme, et des hommes a Dieu.

Avez-vous vu, le soir, leurs couronnes de feu,
Temples de verre et d'or assis sur les collines,
D'ou se braquent vers les etoiles sibyllines,
Les monstrueux regards des lentilles d'airain?
Et puis, en des quartiers silencieux, soudain,
Avez-vous visite les hauts laboratoires,
Ou l'on poursuit, de calcul en calcul,
De chainon en chainon, de recul en recul,
A travers l'infini, la vie oscillatoire?

L'homme qui juge, pense et veut,
S'y controle et s'y mesure soi-meme.
Tous les secrets, tous les problemes,
Depuis cent ans, y sont l'enjeu
D'une lutte geante avec la destinee.
Combats meticuleux et science acharnee!
L'enigme est la, dont on cherche les yeux
Et qu'on frole toujours, comme une bete hagarde,
Pour epier l'instant prodigieux,
Ou, tout a coup, ces yeux vaincus se dardent,
Refoulant l'ombre et devoilant la verite.

Par ce jaillissement brutal hors des tenebres,
Quelque chose du monde est tout a coup change;
Il n'importe qu'on nie ou qu'on celebre
L'homme unique dont le genie a saccage
Les mysteres barres par des cloisons hostiles,
Sa force est resorbee en la force des villes
Et leur enorme vie en est encor grandie!

Ainsi, de laps en laps, ceux qui pensent dedient
A l'avenir humain l'ardeur de leur cerveau;
Et tandis qu'ils vivent pour des pensers nouveaux,
D'autres qui travaillent pour les foules - se levent.

Ceux-ci sont les heros et les martyrs du reve
Qu'ils entrevoient, la-bas, par des jardins de sang,
Marcher, pour aboutir au seuil resplendissant
Des temps, ou la justice aura dompte les hommes.
L'erreur a promulgue des lois, noirs axiomes,
Qu'on doit ronger sans cesse, en attendant le jour
De les casser a coups d'emeute ou de revolte;
S'il faut le rouge engrais pour les pures recoltes,
S'il faut la haine immense avant l'immense amour,
S'il faut le rut et la folie aux coeurs serviles,
Les bonds des tocsins noirs souleveront les villes
En hurlante maree, autour des droits nouveaux.

Et dans les halls blafards des vieux faubourgs, la-haut,
Ou les lueurs du gaz illimitent les gestes,
Les voix, les cris, les poings des tribuns clairs, attestent
Que les besoins de tous sont le cercle du droit.
Textes, regles, codes, tables, bibles, systemes,
Mots solennels et lourds qu'on debite a faux poids:
L'homme dans l'univers n'a qu'un maitre, lui-meme,
Et l'univers entier est ce maitre, dans lui.

Le tribun parle haut et fort; son verbe luit,
Sauvage et ravageur, comme un vol de comete;
Il est le fol drapeau tendu vers la conquete.
Si quelquefois il prend la foule pour tremplin,
Qu'importe, il est celui dont le desir est plein,
Jusques au bord, de la seve des renaissances;
La colere, le desespoir, l'effervescence,
Le silence orageux brulent entre ses mains;
Il est, a sa maniere, un grand roi souterrain
Qui regarde s'enfler toute force soudaine.

Et quand, par un accord simple et fatal, s'enchaine
Ce que veut le tribun, ce que veut le chercheur,
Il n'est aucun eclair brandi par la terreur,
Aucun ordre qui ploie, aucun pouvoir qui gronde,
Pour ecraser, sous lui, la victoire du monde.


La Science

Qu'ils soient divinises par les foules, ces hommes
Qui scruterent les faits pour en tirer les lois,
Qui soumirent le monde a la mesure, et, comme
Un roc turgide et noir, ont renverse l'effroi!

Jadis, c'etait la mort, son culte et son delire
Qui s'emparaient de l'homme et l'entouraient de nuit
Pour lui masquer la vie et maintenir l'empire
Debout du dogme et du peche; mais aujourd'hui

Le mystere geant n'est plus meme funebre,
Ombre apres ombre, il disparait dans les clartes,
Si bien qu'on songe au jour ou toutes les tenebres
Choiront, mortes, sous les pieds clairs des verites.

La fable et l'inconnu furent la double proie
D'un peuple de chercheurs aux fulgurantes mains
Dont les livres ont dit comment la force ondoie
Du mineral obscur jusqu'aux cerveaux humains;

Comment la vie est une, a travers tous les etres,
Qu'ils soient matiere, instinct, esprit ou volonte,
Foret myriadaire et rouge ou s'enchevetrent
Les debordements fous de la fecondite.

О vous, les eclaireurs des tragiques mysteres
Tournes du fond des temps vers nos ages vermeils,
Dressez votre splendeur, comme, autour de la terre.
Luisent, de loin en loin, des caps dans le soleil.

A-t-il fallu scruter et penetrer les choses
Pour limiter d'abord et affirmer apres
Ce qui dans l'univers fut origine ou cause,
Sans s'egarer encor dans le dedale abstrait!

О les controles surs?! les batailles precises!
Les vieux textes croules sous des arguments clairs!
L'ame de la realite qu'on exorcise
Et qu'on libere enfin dans la sante de l'air!

Tout l'infini peuple d'hypotheses logiques!
Le fourmillement d'ombre et d'or des cieux hautains
Soustrait lui-meme aux puissances theologiques
Et domine par des calculs froids, mais certains.

Les neuves verites ainsi que des abeilles,
Pour une ruche unique et pour le meme miel
Peinant et s'exaltant et saccageant la treille
Des beaux secrets caches qui joint la terre au ciel.

Les recherches foulant le sol des consciences;
Ordre et desordre se rythmant comme la mer;
Le germe humain reproduisant, en sa croissance,
Les grands types de vie au cours des temps amers.

Et chaque elan vainqueur de la pensee entiere
Qui n'a qu'un but: peser, jauger et definir,
Se faisant flamme et se fondant dans la lumiere
Et la lucidite, qui seront l'avenir.

L'homme s'est assigne, sur le globe, sa place
Solidaire, dans l'attirant affolement
Et le combat entre eux des atomes rapaces
Depuis les profondeurs jusques au firmament.

Chaque age exige enfin du temps son rapt de flamme
Et s'il est vrai qu'apres mille et mille ans, toujours,
Quelque inconnu nouveau surgisse au bord de l'ame,
Les poetes sont la pour y darder l'amour,

Pour l'explorer et l'exalter avant les sages,
Sans que les dieux s'en reviennent comme jadis
Introniser leur foi dans les vallons des ages
Pales encor d'eclairs et d'oracles brandis.

Car maintenant que la voie est tracee, immense,
Droite et nette, tout a la fois; car maintenant
Qu'on regarde partir, robuste et rayonnant,
Vers son travail, l'elan d'un siecle qui commence,

Le cri de Faust n'est plus notre! L'orgueil des fronts
Luit haut et clair, a contre vent, parmi nos routes,
L'ardeur est revenue en nous; morts sont les doutes
Et nous croyons deja ce que d'autres sauront.


L'Erreur

La dune allait, au long des mers, vers l'infini,
Les hivers convulsifs
Tordaient les cieux, sous la foudre et la tempete;
Les eaux apparaissaient comme un amas de betes
Dont le flux delivrait les aboiements captifs;
La dune allait ainsi
Apre et sauvage, a pas geants,
Autour des Oceans,
La dune allait ainsi
Indifferente aux cris et aux naufrages
Jetes de plage en plage et d'age en age,
Vers la pitie lucide et vers l'amour vivant,
La dune allait ainsi,
Immense et monotone, en son pelerinage,
De l'est a l'ouest, au long des mers, avec le vent.

Et les siecles, avec la dune, avec le vent,
Et les siecles, au long des mers,
Passerent
Jusques au jour ou l'on planta,
Sur des monceaux de sable ou de roches, la-bas,
Les phares
Sonnant au loin les feux en or de leurs fanfares.

Le visage des nuits en fut illumine.
Les caps et les courants,
Tels des cornes ou des torrents,
Apparurent, sur les tenebres profanees;
De reguliers eclairs trouaient l'immensite;
L'ombre morte se reprenait a vivre?
Les vaisseaux noirs que l'etendue enivre
Partaient pour la conquete, avec securite;
L'homme luttait encor, mais non plus en aveugle,
L'espace ou le flot mord, ou le vent meugle,
Le regardait, avec des yeux ardents d'eclat,
Les eaux pouvaient cacher la quille entiere,
Mais dans les voiles et dans les mats,
Passaient et repassaient des gestes de lumiere.

Les etoiles mortes, une clarte plus sure
Accompagnait le mors aux dents vers l'aventure;
La terre aimee apparaissait au loin,
Malgre l'espace en deuil, comme un temoin
Des batailles et des victoires sous la foudre.
On dechirait, dans les voiles de l'inconnu,
Des chemins clairs que nul ne put recoudre,
Le peril franc, le danger nu,
Etaient cherches, puis affrontes: la force humaine
Si longtemps folle et incertaine
Conquit, dans la grandeur des elements domptes,
Sa royaute.

La dune allait au long des mers vers l'infini;
Mais desormais
Elle avancait tenant en main de grands flambeaux,
On eut dit un cortege illuminant si haut
Le ciel, que les astres s'en obscurcirent;
La dune allait ainsi
La nuit, le jour,
Par le chemin qui fait le tour
Des royaumes et des empires,
Et quand s'interrompait au loin sa ronde,
Elle tendait aux bras de pierre
Des falaises, les lumieres du monde.

Or il se fit qu'au cours des temps
Des gens apparurent qui doctement,
Avec des mains tres expertes, fausserent
La purete des geantes lumieres.

Un travail sourd, mais entete
Coupa l'amour, d'un biais de haine;
Les phalenes des disputes humaines
Pullulerent autour de la clarte.

On ne distinguait plus la splendeur sure
Tendre ses reguliers eclairs,
Comme des barres sur la mer,
Vers les bonds fous de l'aventure.

Et les ardents et tranquilles flambeaux
Qui dominaient la lutte et les batailles,
Eclairerent des funerailles
Et de brusques tombeaux.

Hommes de notre temps, le sort vous parut morne,
Le jour qu'il vous fallut aller combattre au loin
Et qu'un phare sans feu demeura seul temoin
De vos departs la nuit sur l'ocean sans bornes.

Quelques-uns d'entre vous s'assirent sur la greve,
Le poing sous le menton,
Ou bien se dirigerent a tatons,
Vers les erreurs des anciens reves.

D'autres, plus fermes et les meilleurs,
S'imposerent la tache coutumiere,
De refaire de la lumiere,
Avec d'autres lueurs.

Mais les plus exaltes se dirent dans leur coeur:

"Partons quand meme avec notre ame inassouvie,
Puisque la force et que la vie
Sont au-dela des verites et des erreurs".


Les Cultes

Toutes les enclumes des ors et des tonnerres
Retentissent, la-haut, en des amas de nuit;
Un atelier de feu et d'ombre y fut construit
Par Gog et par Magog pour les dieux millenaires.

Ammon et Jeho'vah y rencontrent Satan;
Le vieux Vulcain y frappe, a coups brutaux mais justes,
Pour le compte du Christ, l'aureole des justes.
Les deux portiers saint Pierre et Thot ont l'air content.

Tous les schismes sont loin. Seule survit l'idee.
Les Dieux sont assez vieux pour ne faire plus qu'un
Et recueillir pour soi, dans tous et dans chacun,
La multiple lueur de prieres dardees.

Les sophistes sacres marquent d'un scel pieux
- Serpent, lotus ou croix - la science du monde,
Et baptisent l'envol des forces errabondes
Qui passent au-dela des hommes et des dieux.

Sur l'arbre du mystere, ils greffent le prodige;
Le miracle incessant tient la place des lois,
Leur passion du ciel prend en croupe la foi
Et l'eleve, de roc en roc, jusqu'au vertige.

Il n'est plus rien de vrai, puisque tout est divin.
L'esprit doit abdiquer l'orgueil qui le fait vivre
Pour lui-meme, par la pensee et par le livre;
On empoisonne l'inconnu dont il a faim.

Voici la paix de la banale certitude;
Hommes, pourquoi chercher? Vous avez le repos,
Il coule en vous, mais c'est du plomb, parmi vos os,
Et du bonheur, dans sa plus morne plenitude.

Rien n'est plus haut, malgre l'angoisse et le tourment,
Que la bataille avec l'enigme et les tenebres;
Oh nos fleches d'airain trouant les soirs funebres,
Vers quelque astre voile qui brule au firmament!

Et qu'importent le doute ardent, l'ombre profonde,
Le tumulte qui rend l'effort plus effrene;
Coeur et cerveau, dans un elan simultane,
Chacun a travers soi doit conquerir le monde.

Dites, la proie et le butin qu'est l'univers
Saignant, dans la splendeur de l'etendue entiere?
Nous travaillons et nous pensons de la matiere,
Et son secret vit en nous-memes, a decouvert.

Nos controles le voient, s'ils ne le definissent;
L'unite est en nous, et non pas dans les dieux;
L'effroi si longtemps maitre a deserte les cieux
Et s'est eteint dans les yeux morts des Pythonisses.

L'homme respire et sur la terre il marche, seul.
Il vit pour s'exalter du monde et de lui-meme;
Sa langue oublie et la priere et le blaspheme;
Ses pieds foulent le drap de son ancien linceul.

Il est l'heureuse audace au lieu d'etre la crainte;
Tout l'infini ne retentit que de ses bonds
Vers l'avenir plus doux, plus clair et plus fecond
Dont s'aggrave le chant et s'apaise la plainte.

Penser, chercher et decouvrir sont ses exploits.
Il emplit jusqu'aux bords son existence breve;
Il n'enfle aucun espoir, il ne fausse aucun reve,
Et s'il lui faut des Dieux encore - qu'il les soit!


Les Heures ou l'on cree

Encor un jour, ce jour! ou mon front fut le maitre
Et l'empereur de l'univers qu'est tout mon etre!

Le printemps luit de greve en greve;
L'idee est fraiche, ainsi qu'une flore tremiere;
L'esprit la voit grandir; on pense large et clair
Comme la mer;
Les problemes les plus ardus,
De leurs grands monts sont descendus
Et se laissent, dans l'or des plaines,
Chauffer et penetrer par la recherche humaine;
Tout est lueur au meme instant;
Seule existe la peur de n'avoir pas le temps
De dominer, soudain, ce que l'esprit decouvre.

Et la vie ample et vaillante se rouvre
Aux blancs galops de l'espoir d'or;
On veut, et ce vouloir semble d'accord,
Intimement avec le voeu du monde;
L'ame sent naitre en soi la puissance profonde
Qui realise et qui convainc,
L'obstacle meme apparait vain:
A peine un coin de pierre ou aiguiser sa force.

Tous les ferments gonflent l'ecorce
Du jeune et triomphal orgueil;
Le bon travail s'installe au seuil
De la maison ou dort la confiance;
Les os, le sang, les nerfs font alliance
Avec on ne sait quoi de fremissant
Dans l'air et dans le vent;
On s'eprouve leger et clair dans l'espace,
On est heureux a crier grace,
Tes faits, les principes, les lois, on comprend tout;
ie coeur tremble d'amour et l'esprit semble fou
De l'ivresse de ses idees.

О ces heures de fiere ardeur dardee,
Heures des mais et des avrils,
Qui m'amenez, chaque an, les plus rares des joies,
Heures de conquete, heures de vaillance, heures de proie
Comme vous exaltez mon coeur rouge et viril,
Alors que je me sens dument le maitre
Et l'empereur de l'univers qu'est tout mon etre!


Les Bagnes

Pareils a ces rayons vetus de soir et d'or
Qui seuls, avant de s'endormir dans la vallee,
Baisent de leur lumiere et ravivent encor
Le front triste et rugueux des roches isolees,
Mes vers s'en vont vers vous,
Hommes de lutte et de souffrance, apres visages,
Proscrits et revoltes qui maintenez
Debout
Malgre la croix ou le destin vous cloue
Et votre foi et votre rage!

О les bagnes dresses tout au bout de la mer
La-bas, ou tout est fer et plomb et roc et pierre
Et brasier dans la nue et volcan sous la terre;
Iles de desespoir qu'encercle le granit
Et qu'isole du monde immense, l'infini;
Comme du sang caille parmi les vagues
Luisent vos bords et vos sables ocreux,
Vos pics sont nus, comme les pointes des dagues,
Vos geoliers sont des fous qui s'excitent entre eux,
Vos flots roulent non de l'eau, mais des flammes,
La cruaute torride et ses laches conseils,
Au fer rouge de vos soleils,
Brulent, sous vos cieux durs, les ames.

Or, ceux que vous damnez viennent de l'Inconnu,
Avec, entre leurs mains, les verites nouvelles;
L'ame future, ils la forment dans leurs cervelles,
Le droit serein et meconnu
Semble le sang dont bouillonne leur verbe,
Ils incendient, en les tassant du pied, les herbes
Pleines de mort et de poison des vieilles lois;
Ils sont les fous de la haute folie.
La vie etant a boire, ils en jettent la lie
Et la presentent pure au peuple qui la boit.

Leur coeur est vaste et clair comme les plaines,
Leurs yeux sont purs comme des yeux d'enfant.
Quoi qu'on dise, leur force est pleine
D'amour immense et debordant.
S'ils haissent, ils n'ont que des haines d'idees,
Leur cause est leur orgueil et le tourment
De ne la point aimer, assez eperdument,
Tient seul, pendant la nuit, leurs ames obsedees.

La pitie, aucun d'entre eux
N'en veut;
Ce qu'ils veulent? c'est de dresser leur ferme exemple
Devant les frontons d'or et les piliers du temple;
C'est de bruler comme des torches
Toutes en sang au seuil des porches
Ou passeront, un jour, maitres du bien,
Ceux qui veulent une equite totale, ou rien.

О leur inecrasable et rouge confiance,
Leur orageux silence ou leur acharnement,
Leurs cris profonds charges de conscience
Oui penetrent le monde, ainsi qu'un chatiment,
Vous ne les vaincrez pas, bourreaux dements et mornes,
Iles, dont les pointes, commes des cornes,
Se herissent vers le soleil,
Bagnes batis pour la terreur et les supplices:
La force humaine bondit de reveils en reveils,
Elle est en proie a la justice.


L'impossible

Homme, si haut soit-il, ce mont inaccessible
Ou ton ardeur veut s'elancer,
Ne crains jamais de harasser
Les chevaux d'or de l'impossible.

Monte plus loin, plus haut, que ton esprit retors
Voudrait d'abord, parmi les sources,
A mi-cote, borner sa course;
Toute la joie est dans l'essor!

Qui s'arrete sur le chemin, bientot devie;
C'est l'angoisse, c'est la fureur,
C'est la rage contre l'erreur,
C'est la fievre, qui sont la vie.

Ce qui fut hier le but est l'obstacle demain;
Dans les cages les mieux gardees
S'entre-devorent les idees
Sans que jamais meure leur faim.

Changer! Monter! est la regle la plus profonde.
L'immobile present n'est pas
Un point d'appui pour le compas
Qui mesure l'orgueil du monde.

Que t'importe la sagesse d'antan qui va
Distribuant, comme des palmes,
Les victoires sures et calmes,
Ton reve ardent vole au-dela!

Il faut en tes elans te depasser sans cesse,
Etre ton propre etonnement,
Sans demander aux dieux comment
Ton front resiste a son ivresse.

Ton ame est un desir qui ne veut point finir,
Et les chevaux de l'impossible,
Du haut des monts inaccessibles,
- Eux seuls - la jetteront dans l'avenir.


L'En-avant

Devant le ciel nocturne, au bord de ma fenetre,
Ployant mon corps ardent sur l'espace et le bruit,
J'ecoute avec ma fievre et j'absorbe, en mon etre,
Les tonnerres des trains qui traversent la nuit.
Ils sont un incendie en fuite dans le vide.
Leur vacarme de fer, sur les plaques des ponts,
Tintamarre si fort qu'on dirait qu'il decide
Du rut d'un cratere ou des chutes d'un mont.
Et leur elan encor m'ebranle et me secoue,
Qu'au loin, dans la tenebre et dans la nuit du sort,
Ils reveillent deja du fracas de leurs roues
Le silence endormi dans les gares en or.

Et mes muscles bandes ou tout se repercute
Et glisse et se prolonge et sans cesse fremit
Communiquent ainsi, minute par minute,
Leur sourde et trepidante ardeur a mon esprit.
Ils lui pretent leur force et le charment d'ivresse
Etrange et d'ample et furieuse volupte,
Lui suggerant, dans les routes de la vitesse,
Un sillage nouveau vers la vieille beaute.

О les rythmes fougueux de la nature entiere
Et les sentir et les darder a travers soi!
Vivre les mouvements repandus dans les bois,
Le sol, les vents, la mer et les tonnerres;
Vouloir qu'en son cerveau tressaille l'univers;
Et pour en condenser les frissons clairs
En ardentes images,
Aimer, aimer surtout la foudre et les eclairs
Dont les devorateurs de l'espace et de l'air
Incendient leur passage!


La Multiple Splendeur

Le Monde

Le monde est fait avec des astres et des hommes.

La-haut,
Depuis quels temps a tout jamais silencieux,
La-haut,
En quels jardins profonds et violents des eieux,
La-haut,
Autour de quels soleils,
Pareils
A des ruches de feux,
Tourne, dans la splendeur de l'espace energique,
L'essaim myriadaire et merveilleux
Des planetes tragiques?
Tel astre, on ne sait quand, leur a donne l'essor
Ainsi qu'a des abeilles;
Et les voici, volant parmi les fleurs, les treilles
Et les jardins de l'ether d'or;
Et voici que chacune, en sa ronde eternelle,
Qui s'eclaire la nuit, qui se voile le jour,
Va, s'eloigne, revient, mais gravite toujours,
Autour de son etoile maternelle.

О ce tournoiement fou de lumieres ardentes!
Ce grand silence blanc et cet ordre total
Presidant a la course effrenee et grondante
Des orbes d'or, autour de leur brasier natal;
Et ce pullulement logique et monstrueux;
Et ces feuilles de flamme, et ces buissons de feux
Poussant toujours plus loin, grimpant toujours plus haut,
Naissant, mourant, ou se multipliant eux-memes
Et s'eclairant et se brulant entre eux,
Ainsi que les joyaux
D'un insondable etagement de diademes.
La terre est un eclat de diamant tombe,
On ne sait quand, jadis, des couronnes du ciel.

Le froid torpide et lent, l'air humide et plombe
Ont apaise son feu brusque et torrentiel;
Les eaux des grandes mers ont blemi sa surface;
Les monts ont souleve leur echine de glaces;
Les bois ont tressailli, du sol jusques au faite,
D'un rut ou d'un combat rouge et noueux de betes;
Les desastres croulant des levants aux ponants
Ont tour a tour fait ou defait les continents;
La-bas ou le cyclone en ses coleres bout,
Les caps se sont dresses contre l'ocean fou;
L'effort universel des heurts, des chocs, des chutes,
En sa folie enorme a peu a peu decru
Et lentement, apres mille ans d'ombre et de lutte,
L'homme, dans le miroir de l'univers, s'est apparu.

Il fut le maitre
Qui, tout a coup,
Avec son torse droit, avec son front debout,
S'affirmait tel - et s'isolait de ses ancetres.
Et la terre, avec ses jours, avec ses nuits,
Immensement, a l'infini,
De l'est a l'ouest s'etendit devant lui;
Et les premiers envols des premieres pensees
Du fond d'une cervelle humaine
Et souveraine
Eut lieu sous le soleil.

Les pensees!
О leurs essors fougueux, leurs flammes dispersees,
Leur rouge acharnement ou leur accord vermeil!
Comme la-haut les etoiles criblaient la nue,
Elles s'eparpillaient dans la foule inconnue,

Effleuraient chaque front comme d'une aile en feu,
Visitaient la montagne ou traversaient le fleuve,
Si bien que leur lueur universelle et neuve
Se repandit partout sur les pays silencieux.
Mais pour que s'etablit aussi une harmonie
Au sein de leurs tumultes d'or,
Comme la-haut toujours, comme la-haut encor,
Pareils
A des soleils,
Apparurent et s'exalterent,
Parmi les races de la terre,
Les genies.
Avec des coeurs de flamme et des levres de miel,
Ceux-ci disaient, vraiment, le verbe essentiel,
Et les songes epars dans la nuit angoissee
Se rabattaient vers la ruche de leur pensee.
Autour d'eux gravitaient les flux et les remous
De la recherche ardente et des problemes fous;
L'ombre fut attentive a leur brusque lumiere;
Un tressaillement neuf parcourut la matiere;
Les eaux, les bois, les monts se sentirent legers
Sous les souffles marins, sous les vents bocagers;
Les flots semblaient danser et s'envoler les branches,
Les rocs vibraient sous les baisers de sources blanches,
Tout se renouvelait jusqu'en ses profondeurs:
Le vrai, le bien, l'amour, la beaute, la laideur.
Des liens subtils formes d'ondes et d'etincelles
Composaient le tissu d'une ame universelle,
Et l'etendue ou se croisaient tous ces aimants
Vecut enfin, d'apres la loi qui regne aux firmaments.

Le monde est fait avec des astres et des hommes.


Les Penseurs

Autour de la terre obsedee
Circule, au fond des nuits, au coeur des jours,
Toujours,
L'orage amoncele des montantes idees.

Elles roulent, passent ou lentement s'agregent.
D'abord on les croirait vagues comme les reves
Qui s'envolent, des le matin;
Mais, tout a coup, leurs masses,
Par etages, se tassent
Et s'affirment en des contours certains.
Voici leur ample et magnifique architecture.
Et les regards d'en bas qui les cherchent, le soir,
Reconnaissent, en leur structure,
Chaque arabesque d'or que projette l'espoir
Vers les clartes futures.

Villes au bord des mers, cites au pied des monts,
Leur tumulte essore remplit vos horizons;
Sur vos domes luisants et sur vos frontons sombres
Vous les sentez immensement gronder dans l'ombre.
Parfois quelque penseur au front battant,
A coups d'eclairs et de genie,
En note et en surprend pour quelque temps,
En ses livres, les harmonies;
Mais un afflux nouveau de lumieres plus nettes
En modifie au ciel les larges silhouettes
Qu'aux jours memes des plus proches aieux
L'humanite mirait et gardait en ses yeux.

О l'immortelle ardeur des chercheurs et des sages,
О leurs taches, au long des siecles, poursuivies
Pour imposer quand meme et la forme et la vie
A cet amas flottant de merveilleux nuages,
Pour en dompter et en regler l'enorme essor
Et les pousser, sous les arceaux d'un clair systeme
Dont le ferme dessin eclate en lignes d'or;
Alors,
Qu'en son ardeur a resoudre tous les problemes
Chaque science s'attaque ou collabore,
Immensement, a ce supreme effort.

Voici: et c'est au coeur de pavillons en verre,
Ou des tubes, des lentilles et des cornues
Se recourbent en flores inconnues,
Qu'on analyse, avidement,
Poussiere a poussiere
Et ferment par ferment,
La matiere;
Et c'est encor,
Au bout d'un cap, au front d'un mont,
Dans la vierge blancheur du gel hieratique,
Qu'avec de lourds et purs cristaux profonds,
On explore l'orgueil des cieux mathematiques
Dont l'immensite d'or et de tenebres
Se fixe en des algebres;

Et c'est encor,
En des salles funebres,
Ou sont couches, sur des tables, les morts,
Qu'avec des couteaux fins et des pinces cruelles,
On mord
Les arteres du coeur et les nerfs des cervelles
Pour en scruter la vie ample et dedalienne;
Et c'est enfin
La-bas, au bord d'un lac, ici, pres d'un ravin,
Un tel acharnement
A delier la terre ancienne
De l'etreinte innombrable et compacte du temps,
Que ce qui fut la vie et la mort millenaires
Et les faunes des eaux et les faunes des bois
Et les hommes hurlant sous les premiers tonnerres,
Tout apparait enorme et minime a la fois.

Ainsi l'apre science et la recherche sure
Tirant de l'univers les lois et les mesures
Dedient aux penseurs purs leurs taches graduees;
Et les grappes des faits et des preuves sans nombre
Melent leurs feux precis aux feux melanges d'ombres
Que les hauts constructeurs empruntent aux nuees.

Descartes et Spinoza, Leibniz, Kant et Hegel,
Vous, les cerveaux armes pour unoeuvre eternel,
Dites, en quels etaux de logique profonde,
Vous enserriez le monde
Pour le ployer et le darder vers l'unite?
Chacun de vous plantait la fixite
Des merveilleux concepts et des fortes methodes,
Dans les pourpres vapeurs que le reve echafaude;
Tout y semblait prevu, magnifique et complet;
Mais tout a coup vos plans l'un sur l'autre croulaient;
Du fond des horizons, d'autres ombres roulaient
Et de neuves clartes trouaient la brume epaisse,
Comme autant de chemins, vers quelque autre synthese.

L'oeuvre nouvelle a peine illuminait les yeux,
Qu'une autre encor aussi puissante et aussi claire
Melait sa feerie a la splendeur solaire;
Toutes tremblaient dans le brouillard dore des cieux,
Ramifiant jusqu'au zenith leurs harmonies,
Puis s'en allaient en s'ecroulant,
Tenebreuses et solitaires,
A mesure qu'apparaissaient sur terre,
De nouveaux abstracteurs et de recents genies.

О ces batailles d'or entre ces dieux humains!
Et quel fervent eclair ils lancaient de leurs mains
Quand leur vaste raison, heroique et profonde,
Saccageait l'infini et recreait le monde!
Ils tressaient le multiple et ses branches dardees
En guirlande innombrable, autour de leur idee;
Et le temps et l'espace, et la terre et les cieux,
Tout se nouait, avec des liens judicieux,
Depuis l'humble vallon jusqu'aux ardentes cimes,
De bas en haut, a chaque etage des abimes
Et qu'importe que leuroeuvre fait de nuages,
Au vent toujours plus froid des siecles et des ages,
Desagrege l'orgueil geant de ses sommets?
Ne sont-ils point admirables a tout jamais,
Eux qui fixaient a leurs fleches d'argent pour cibles
Les plus hauts points des problemes inaccessibles,
Et qui portaient en eux le grand reve entete
D'emprisonner quand meme, un jour, l'eternite,
Dans le gel blanc d'une immobile verite?


La Louange du corps humain

Dans la clarte pleniere et ses rayons soudains
Penetrant jusqu'au coeur des ramures profondes,
Femmes dont les corps nus brillent en ces jardins,
Vous etes des fragments magnifiques du monde.

Au long des buis ombreux et des hauts escaliers,
Ouand vous passez, joyeusement entrelacees,
Votre ronde simule un mouvement espalier
Charge de fruits pendus a ses branches tressees.

Si dans la paix et la grandeur des midis clairs
L'une de vous, soudain, s'arrete et plus ne bouge,
Elle apparait debout comme un thyrse de chair
Ou flotterait le pampre en feu de ses crins rouges.

Lasses, quand vous dormez dans la douce chaleur,
Votre groupe est semblable a des barques remplies
D'une large moisson de soleil et de fleurs
Qu'assemblerait l'etang sur ses berges palies.

Et dans vos gestes blancs, sous les grands arbres verts,
Et dans vos jeux noues, sous des grappes de roses,
Coulent le rythme epars dans l'immense univers
Et la seve tranquille et puissante des choses.

Vos os minces et durs sont de blancs mineraux
Solidement dresses en noble architecture;
L'ame de flamme et d'or qui brule en vos cerveaux
N'est qu'un aspect complexe et fin de la nature.

Il est vous-meme, avec son calme et sa douceur,
Le beau jardin qui vous prete ses abris d'ombre;
Et le rosier des purs etes est votre coeur,
Et vos levres de feu sont ses roses sans nombre.

Magnifiez-vous donc et comprenez-vous mieux!
Si vous voulez savoir ou la clarte reside,
Croyez que l'or vibrant et les astres des cieux
Songent, sous votre front, avec leurs feux lucides.

Tout est similitude, image, attrait, lien;
Ainsi que les joyaux d'un bougeant, diademe,
Tout se penetre et se mire, o femmes, si bien
Qu'en vous et hors de vous, tout est vous-memes.


Les Reves

О ces iles au bout de l'univers perdues,
Et leurs villes, leurs bois, leurs plaines et leurs plages
Que les mirages
Projettent tout a coup jusqu'aux nuages
Et retiennent, avec quels fils d'argent,
Avec quels noeuds en or bougeant,
Aux clous des astres suspendues!

Mon coeur et mon esprit en ont reve souvent.
Mon coeur disait: " Sur leurs forets, le vent
Passe plus doux qu'en aucun lieu du monde;
L'ombre y est tendre, ample, profonde,
Et se parfume, avant d'entrer dans la maison,
Au toucher clair des floraisons
Dont les seuils s'environnent.
La lumiere que jette a la mer le soleil
S'y brise, ainsi qu'une couronne
Dont chaque flot emporte un diamant vermeil.
Aucun ongle de bruit n'y griffe le silence;
Sans alourdir le temps, les heures s'y balancent,
De l'aube au soir, ainsi que lianes en fleur,
Autour des arbres bleus dans la molle chaleur;
L'unanime sommeil des bois gagne les plaines;
La brise passe, avec ses doigts fleurant le miel;
Les lignes d'ambre et d'or des montagnes lointaines
Dans le matin leger, tremblent au fond du ciel."
Et mon esprit disait: " Les plus beaux paysages
Sont heureux d'abriter, sous leurs roses, les sages.
L'homme desire en vain etre celui
Oui pousse une lumiere au-dela de sa nuit
Et s'evade de la blanche prison
Oue lui font les rayons de sa propre raison.
Tout est mirage: espace, effets, temps, causes.
L'esprit humain, depuis qu'il est lui-meme, impose
Au tumulte total de l'enorme nature
Sa fixe et maigre et personnelle architecture.
Il s'avance, s'egare et se perd dans l'abstrait.
Les clous des verites ne s'arrachent jamais,
Malgre l'acharnement des ongles et des mains,
D'entre les joints soudes d'une cloison d'airain.
Nous ne voyons, nous ne jugeons que l'apparence.
Qui raisonne, complique un peu son ignorance.
L'ample realite se noue aux rets des songes
Et le bonheur est fait avec tous les mensonges".

Mon coeur et mon esprit parlaient ainsi,
Un soir d'effort lasse et de morne souci,
Quand le soleil n'etait plus guere
Qu'une pauvre et vieillotte lumiere
Errante aux bords de la terre.

Mais tout mon etre ardent, qui brusquement puisait
Une force rugueuse, apre et soudaine,
Dans le rouge tresor de sa valeur humaine,
Leur repondait:

"Je sens courir en moi une ivresse vivace.
J'ai la tete trop haute et le front trop tenace,
Pour accepter la paix et le calme mineurs
D'un doute raisonne et d'un savant bonheur,
En tels pays, la-bas, aux confins d'or du monde.
Je veux la lutte avide et sa fievre feconde,
Dans les chemins ou largement me fait accueil
L'apre existence, avec sa rage et son orgueil.
L'instinct me rive au front assez de certitude.
Que l'esprit pense ou non avec exactitude,
La force humaine, en son torrent large et grondeur,
Mele le faux au vrai, sous un flot de splendeurs.

Homme, tout affronter vaut mieux que tout comprendre;
La vie est a monter, et non pas a descendre;
Elle est un escalier garde par des flambeaux;
Et les affres, les pleurs, les crimes, les fleaux,
Et les espoirs, les triomphes, les cris, les fetes,
Grappes de fer et d'or dont ses rampes sont faites,
S'y nouent, violemment, en une apre beaute.

Et qu'importe souffrir, si c'est pour s'exalter,
Jusque dans la douleur, la crainte et le martyre,
Et savoir seul combien on s'aime et on s'admire!"


La Conquete

Le monde est trepidant de trains et de navires.

De l'est a l'ouest, du sud au nord,
Stridents et violents,
Ils vont et fuient;
Et leurs signaux et leurs sifflets dechirent
L'aube, le jour, le soir, la nuit;
Et leur fumee enorme et transversale
Barre les cites colossales;
Et la plaine et la greve, et les flots et les cieux,
Et le tonnerre sourd de leurs roulants essieux,
Et le bruit rauque et haletant de leurs chaudieres
Font tressaillir, a coups tumultueux de gongs,
Ici la-bas, partout, jusqu'en son coeur profond,
La terre.

Et le labeur des bras et l'effort des cerveaux
Et le travail des mains et le vol des pensees,
S'enchevetrent autour des merveilleux reseaux
Que dessine l'elan des trains et des vaisseaux,
A travers l'etendue immense et angoissee.
Et des villes de flamme et d'ombre, a l'horizon,
Et des gares de verre et de fonte se levent,
Et de grands ports batis pour la lutte ou le reve
Arrondissent leur mole et soulevent leurs ponts;
Et des phares dont les lueurs brusquement tournent
Illuminent la nuit et rament sur la mer;
Et c'est ici Marseille, Hambourg, Glasgow, Anvers,
Et c'est la-bas Bombay, Syngapoure et Melbourne.

О ces navires clairs et ces convois geants
Charges de peaux, de bois, de fruits, d'ambre ou de cuivre
A travers les pays du simoun ou du givre,
A travers le sauvage ou torpide ocean!
О ces forets a fond de cale, o ces carrieres
Que transporte le dos ploye des lourds wagons
Et ces marbres dores plus beaux que des lumieres
Et ces mineraux froids plus clairs que des poisons,
Amas bariole de depouilles massives
Venu du Cap, de Sakhaline ou de Ceylan,
Autour de quoi s'agite en rages convulsives
Tout le combat de l'or torride et virulent!

О l'or! sang de la force implacable et moderne;
L'or merveilleux, l'or effarant, l'or criminel,
L'or des trones, l'or des ghettos, l'or des autels;
L'or souterrain dont les banques sont les cavernes
Et qui reve, en leurs flancs, avant de s'en aller,
Sur la mer qu'il traverse ou sur la terre qu'il foule,
Nourrir ou affamer, grandir ou ravaler,
Le coeur myriadaire et rouge de la foule.

Jadis l'or etait pur et se vouait aux dieux,
Il etait l'ame en feu dont fermentait leur foudre.
Quand leurs temples sortaient blancs et nus de la poudre,
Il en ornait le faite et refletait les cieux.
Aux temps des heros blonds, il se fit legendaire;
Siegfried, tu vins a lui dans le couchant marin,
Et tes yeux regardaient son bloc aureolaire
Luire, comme un soleil, sous les flots verts du Rhin.
Mais aujourd'hui l'or vit et respire dans l'homme,
Il est sa foi tenace et son dur axiome,
Il rode, eclair livide, autour de sa folie;
Il entame son coeur, il pourrit sa bonte;
Il met sa taie aux yeux divins de sa beaute;
Quand la brusque debacle aux ruines s'allie,
L'or bouleverse et ravage, telle la guerre,
Le formidable espoir des cites de la terre.

Pourtant c'est grace a lui
Que l'homme, un jour, a redresse la tete
Pour que l'immensite fut sa conquete.

О l'eblouissement a travers les esprits!
Les metaux conducteurs de rapides paroles,
Par-dessus les vents fous, par-dessus la mer folle,
Semblent les nerfs tendus d'un immense cerveau.
Tout parait obeir a quelque ordre nouveau.
L'Europe est une forge ou se frappe l'idee.
Races des vieux pays, forces desaccordees,
Vous nouez vos destins epars, depuis le temps
Que l'or met sous vos fronts le meme espoir battant;
Havres et quais gluants de poix et de resines,
Entrepots noirs, chantiers grincants, rouges usines,
Votre travail geant serre en tous sens ses noeuds
Depuis que l'or sur terre aveugle l'or des cieux.
C'est l'or de vie ou l'or de mort, c'est l'or lyrique
Oui contourne l'Asie et penetre l'Afrique;
C'est l'or par-dela l'Ocean, l'or migrateur
Rue des poles blancs vers les roux equateurs,
L'or qui brille sur les gloires ou les desastres,
L'or qui tourne, autour des siecles, comme les astres;
L'or unanime et clair qui guide, obstinement,
De mer en mer, de continent en continent,
Ou que leur mat se dresse, ou que leur rail s'etire,
Partout! l'essor dompte des trains et des navires.


La Mort

- Triste dame, mon ame,
De quel sejour de deuil et d'or,
Viens-tu, ce soir, parler encor,
Triste dame, mon ame?

- Je viens d'un palais de flambeaux
Dont j'ai brise les portes closes;
Je tiens, entre mes mains, les roses
Qui fleuriront sur ton tombeau...

- Douce dame, mon ame,
Puisque la mort doit survenir,
J'ai la crainte de l'avenir,
Douce dame, mon ame.

- Ce que tu crains, c'est ta beaute.
La vie en haut, la mort sous terre
Tressent les fleurs de leur mystere
Au front de ton eternite.

- Belle dame, mon ame,
Le temps s'avance en tres grand deuil
Avec sa faulx, jusqu'a mon seuil,
Belle dame, mon ame.

- Le temps n'est qu'un mensonge: il fuit;
Seul existe celui qui cree,
Emprisonnant l'ample duree
Dans l'heure ou son genie ecrit.


La Joie

О ces larges beaux jours dont les matins flamboient!
La terre ardente et fiere est plus superbe encor
Et la vie eveillee est d'un parfum si fort
Que tout l'etre s'en grise et bondit vers la joie.

Soyez remercies, mes yeux,
D'etre restes si clairs, sous mon front deja vieux,
Pour voir au loin bouger et vibrer la lumiere;
Et vous, mes mains, de tressaillir dans le soleil;
Et vous, mes doigts, de recueillir les fruits vermeils
Pendus au long du mur, pres des roses tremieres.

Soyez remercie, mon corps,
D'etre ferme, rapide, et fremissant encor
Au toucher des vents prompts ou des brises profondes;
Et vous, mon torse droit et mes larges poumons,
De respirer, au long des mers ou sur les monts,
L'air radieux et vif qui baigne et mord les mondes.

О ces matins de fete et de calme beaute!
Roses dont la rosee orne les purs visages,
Oiseaux venus vers nous, comme de blancs presages,
Jardins d'ombre massive ou de frele clarte!

A l'heure ou l'ample ete tiedit les avenues,
Je vous aime, chemins, par ou s'en est venue
Celle qui recelait, entre ses mains, mon sort;
Je vous aime, lointains marais et bois austeres
Et sous mes pieds, jusqu'au trefonds, j'aime la terre,
La terre fidele et sure ou reposent mes morts.

J'existe en tout ce qui m'entoure et me penetre.
Gazons epais, sentiers perdus, massifs de hetres,
Eau lucide que nulle ombre ne vient ternir,
Vous devenez moi-meme etant mon souvenir.

Ma vie, infiniment, en vous tous se prolonge,
je forme et je deviens tout ce qui fut mon songe;
Dans le vaste horizon dont s'eblouit mon?il,
Arbres frissonnants d'or, vous etes mon orgueil;
Ma volonte, pareille aux noeuds dans votre ecorce,
Aux jours de travail ferme et sain, durcit ma force.

Quand vous frolez mon front, roses des jardins clairs,
De vrais baisers de flamme illuminent ma chair;
Tout m'est caresse, ardeur, beaute, frisson, folie,
Je suis ivre du monde et je me multiplie
Si fort en tout ce qui rayonne et m'eblouit
Que mon coeur en defaille et se delivre en cris.

О ces bonds de ferveur, profonds, puissants et tendres
Comme si quelque aile immense te soulevait,
Si tu les as sentis vers l'infini te tendre,
Homme, ne te plains pas, meme en des temps mauvais;
Quel que soit le malheur qui te prenne pour proie,
Dis-toi qu'un jour, en un supreme instant,
Tu as goute quand meme, a coeur battant,
La douce et formidable joie,
Et que ton ame hallucinant tes yeux
Jusqu'a meler ton etre aux forces unanimes,
Pendant ce jour unique et cette heure sublime,
T'a fait semblable aux dieux.


Les Idees

Sur les villes d'orgueil vers leurs destins dardees,
Regnent, sans qu'on les voie,
Plus haut que la douleur et plus haut que la joie,
Vivifiantes, les idees.

Aux premiers temps de force et de ferveur sereines,
Des que l'esprit fut devenu flambeau,
Elles se sont demelees
Et envolees
Du beau dedale d'or des cervelles humaines,
Pour s'en venir briller et s'eployer, la-haut;
Et depuis lors, elles s'imposent
A nos craintes, a nos espoirs et a nos gloses,
Hantant nos coeurs et nos esprits
Et regardant les etres et les choses,
Comme si, sous leurs paupieres decloses,
S'ouvraient les yeux de l'infini.

Elles vibrent ainsi dans l'immense matiere,
Formant autour du monde une ronde de feux,
Sans qu'aucune ne soit une clarte premiere.

Pourtant, a voir leur or perdurer dans les cieux,
L'homme qui les crea de sa propre lumiere,
Ivre de leur splendeur, en fit un jour: les Dieux.

Meme aujourd'hui leur flamme apparait eternelle,
Mais ne se nourrit plus de force et de beaute
Oue grace au sang de la realite
Toujours mobile et sans cesse nouvelle,
Que nous jetons vers elles.

Plus les penseurs d'un temps seront exacts et clairs,
Plus leur front sera fier et leur ame ravie
D'etre les ouvriers exaltes de la vie,
Plus ils dirigeront vers eux-memes l'eclair
Qui rallume, soudain, d'un feu nouveau, les tetes,
Plus leurs pas sonneront, au chemin des conquetes,
Plus ils s'admireront entre eux, etant vraiment
Ce qui vit de plus haut, sous le vieux firmament,
Plus s'epanouiront, larges et fecondees,
Aux horizons, la-haut, les supremes idees.


Les Rythmes souverains

Michel-Ange

Quand Buonarotti dans la Sixtine entra,
Il demeura
Comme aux ecoutes,
Puis son oeil mesura la hauteur de la voute
Et son pas le chemin de l'autel au portail.
Il observa le jour verse par les fenetres
Et comment il faudrait et dompter et soumettre
Les chevaux clairs et effrenes de son travail.
Puis il partit jusques au soir vers la campagne.

Les lignes des vallons, les masses des montagnes
Peuplerent son cerveau de leurs puissants contours.
Il surprenait dans les arbres noueux et lourds
Que le vent rudoyait et ployait avec force
Les tensions d'un dos, ou les galbes d'un torse,
Ou l'elan vers le ciel de grands bras exaltes,
Si bien qu'en ces instants toute l'humanite
- Gestes, marches, repos, attitudes et poses -
Prenait pour lui l'aspect amplifie des choses.
Il regagna la ville au tomber de la nuit,
Tour a tour glorieux et mecontent de lui,
Car aucune des visions qu'il avait eues
Ne s'etait, a ses yeux, apaisee en statue.

Le lendemain avant le soir,
Sa lourde humeur crevant en lui comme une grappe
De raisins noirs,
Il partit tout a coup chercher querelle au pape.

"Pourquoi l'avoir choisi,
Lui, Michel-Ange, un statuaire;
Et le forcer a peindre en du platre durci
Une sainte legende au haut d'un sanctuaire?
La Sixtine est obscure, et ses murs mal construits:
Le plus roux des soleils n'en chasse point la nuit!
A quoi bon s'acharner sur un plafond funebre
д colorer de l'ombre et dorer des tenebres.
Et puis encor, quel bucheron lui fournirait
Le vaste bois pour un si large echafaudage?"

Le pape repondit sans changer de visage:
"On abattra pour vous ma plus haute foret."

Michel-Ange sortit et s'en alla dans Rome,
Hostile au pape, hostile au monde, hostile aux hommes,
Croyant heurter partout aux abords du palais
Mille ennemis qui le guettaient, groupes dans l'ombre.
Et qui raillaient deja la violence sombre
Et la neuve grandeur de l'art qu'il preparait.
Son sommeil ne fut plus qu'une enorme poussee
De gestes orageux a travers sa pensee;
Qu'il s'etendit, le soir, dans son lit, sur son dos,
Ses nerfs restaient brulants jusque dans son repos;
Il etait fremissant toujours, comme une fleche
Qui troue une muraille et vibre dans la breche:
Pour augmenter encor ses maux quotidiens
Il s'angoissait des maux et des plaintes des siens:
Son terrible cerveau semblait un incendie
Plein de feux ravageurs et de flammes brandies.

Mais plus son coeur souffrait,
Plus l'amertume ou la rancoeur y penetrait,
Plus il se preparait a soi-meme d'obstacles
Pour eloigner l'instant de foudre et de miracle
Qui tout a coup eclairerait tout son labeur,
Mieux il elaborait en son ame croyante
L'oeuvre sombre et flamboyante
Dont il portait en lui le triomphe et la peur.

Ce fut au temps de Mai, quand sonnaient les matines,
Que Michel-Ange, enfin, rentra dans la Sixtine.
Avec la force en son cerveau
Il avait ramasse son idee en faisceaux:
Des groupes nets et surs, d'une ligne ample et fiere,
Se mouvaient devant lui dans l'egale lumiere;
L'echafaudage etait dresse si fermement
Qu'il aurait pu mener jusques au firmament.
Un grand jour lumineux se glissait sous la voute,
En epousait la courbe et la fleurissait toute.
Michel-Ange montait les echelles de bois,
Alerte, et enjambant trois degres a la fois.

Une flamme nouvelle ardait sous sa paupiere,
Ses doigts, la-haut, palpaient et caressaient les pierres
Qu'il allait revetir de gloire et de beaute.
Puis il redescendit d'un pas precipite
Et verrouilla, d'une main forte,
La porte.

Il se cloitra pendant des jours, des mois, des ans,
Farouche a maintenir l'orgueil et le mystere
Autour de son travail nombreux et solitaire;
Chaque matin, il franchissait, au jour naissant,
De son meme pas lourd, le seuil de la chapelle,
Et comme un tacheron violent et muet,
Pendant que le soleil autour des murs tournait,
Il employait ses mains a leur?uvre immortelle.

Deja,
En douze pendentifs qu'il leur departagea
Sept prophetes et cinq sibylles
Cherchaient a penetrer de vieux livres obscurs
Dont le texte immobile
Arretait devant eux, le mobile futur.
Le long d'une corniche aux aretes carrees,
De beaux corps lumineux se mouvaient hardiment
Et leur torse ou leur dos peuplait l'entablement
De leur vigueur fleurie et de leur chair doree.
Des couples d'enfants nus soutenaient des frontons,
Des guirlandes jetaient ci et la leurs festons,
Le long serpent d'airain sortait de sa caverne,
Judith se pavanait dans le sang d'Holopherne,
Goliath s'ecroulait ainsi qu'un monument
Et, vers les cieux, montait le supplice d'Aman.

Et sans erreurs, et sans ratures,
Et jour a jour, et sans repos,
L'oeuvre s'affermissait en sa pleine structure;
Bientot
La Genese regna au centre de la voute:
On y pouvait voir Dieu comme un lutteur qui joute
Avec le chaos sombre et la terre et les eaux;
La lune et le soleil marquaient d'un double sceau,
Dans l'etendue ardente et nouvelle, leur place.
Jehovah bondissait et volait dans l'espace,
Baigne par la lumiere ou porte par le vent;
Le ciel, la mer, les monts, tout paraissait vivant
D'une force ample et lente, et dument ordonnee;
Devant son createur, la belle Eve etonnee
Levait ses tendres mains et ployait le genou,
Tandis qu'Adam sentait le doigt du Dieu jaloux
Toucher ses doigts et l'appeler aux?uvres grandes;
Et Cain et Abel preparaient leurs offrandes;
Et le demon devenu femme et tentateur
Ornait de ses seins lourds l'arbre dominateur;
Et, sous les pampres d'or de son clos tributaire,
L'ivresse de Noe s'echouait sur le sol;
Et le deluge noir epandait comme un vol
Ses larges ailes d'eau sur les bois et la terre.
Dans ce travail geant que seul il acheva
Michel-Ange brulait du feu de Jehovah;
Un art sureleve jaillit de sa cervelle;
Le plafond fut peuple d'une race nouvelle
D'etres majestueux, violents et pensifs.
Son genie eclatait, austere et convulsif,
Comme celui de Dante ou de Savonarole.
Les bouches qu'il ouvrait disaient d'autres paroles,
Les yeux qu'il eclairait voyaient d'autres destins.
Sous les fronts releves, dans les torses hautains,
Grondait et palpitait sa grande ame profonde;
Il recreait, selon son coeur, l'homme et le monde
Si magnifiquement qu'aujourd'hui pour tous ceux
Que hantent les splendeurs et les gloires latines,
Il a fixe, sur la voute de la Sixtine,
Son geste tout puissant, dans le geste de Dieu.

Ce fut par un jour frais d'automne,
Que l'on apprit enfin
Que le travail, dans la chapelle, avait pris fin
Et que l'oeuvre etait bonne.
La louange monta comme un flux de la mer
Avec sa vague ardente et son grondement clair.
Mais Jules deux, le pape, hesitant a conclure,
Son silence fit mal ainsi qu'une brulure,
Et le peintre s'enfuit vers son isolement.
Il rentra, comme heureux, en son ancien tourment,
Et la rage, et l'orgueil, et leur tristesse etrange,
Et le soupcon mal refrene
Se remirent a dechainer
Leur tragique ouragan a travers Michel-Ange.


La Priere

Que bondisse soudain mon ame aventuriere
Vers l'avenir,
Et tout a coup je sens encor,
Comme au temps de l'enfance, au fond de moi, fremir
L'aile qui dort
Des anciennes prieres.

D'autres phrases et d'autres mots sont murmures,
Mais le vieux rythme avec ses cris est demeure,
Apres combien de jours, le meme;
Les temps l'ont imprime aux sursauts de mon coeur,
Des que je suis allegre et violent d'ardeur,
Et que je sens combien je m'aime.

О l'antique foyer dont survit l'etincelle!
О priere debout! О priere nouvelle!
Futur, vous m'exaltez comme autrefois mon Dieu,
Vous aussi dominez l'heure et l'age ou nous sommes,
Mais vous, du moins, un jour, vous deviendrez les hommes
Et serez leur esprit, leur front, leur bras, leurs yeux.

Dussiez-vous etre moins que ne le veut mon reve,
Que m'importe, si chaque fois
Que mon ardeur vous entrevoit
Elle s'attise et se releve.

Des aujourd'hui mon coeur se sent d'accord
Avec vos cris et vos transports,
Hommes d'alors
Quand vous serez vraiment les maitres de la terre.
Et c'est du fond du present dur
Que je dedie a votre orgueil futur
Mon temeraire amour et son feu solitaire.
Je ne suis point de ceux
Dont le passe doux et pieux
Tranquillise l'ame modeste;
La lutte et ses perils font se tendre mon corps
Vers le toujours vivace et renaissant effort,
Et je ne puis songer a limiter mes gestes
Aux seuls gestes qu'ont faits les morts.

J'aime la violente et terrible atmosphere
Ou tout esprit se meut, en notre temps, sur terre,
Et les essais, et les combats, et les labeurs
D'autant plus temeraires
Qu'ils n'ont pour feux qui les eclairent
Que des lueurs.

Dites, trouver sa joie a se grandir soi-meme,
En ces heures ou de ferveur ou d'anatheme,
Lorsque l'ame angoissee est plus haute qu'aux jours
D'uniforme croyance et de paisible amour;
Dites, aimer l'elan qui refoule les doutes,
Dites, avoir la peur de s'attarder en route,
Et de n'etre vaillant assez pour faire accueil
Au jeune, alerte et dangereux orgueil.

Dites, vouer a tous son verbe autoritaire,
Qu'admirera peut-etre et chantera la terre
Quand elle en comprendra la fervente aprete;
Donner un sens divin aux passions humaines
Pour que leurs noeuds formidables fassent les chaines
Qui relient l'avenir, avec temerite,
Au present deja surmonte.

Dites, ne reculer que pour bondir plus fort,
Au rebours de l'habitude qui est la mort;
Savoir que d'autres mains imposeront la gloire
Au front encor voile des finales victoires.
Que le geste qu'on fait n'est point pour notre temps,
Mais le faire quand meme avec un coeur battant;
Aimer toute oeuvre ou s'ebauchent les destinees
Et pour les jours ou reviendraient l'ombre et l'effroi,
Nourrir toujours, armer toujours, au fond de soi,
Une confiance acharnee.

Et guetter l'heure ou les soirs d'or
Reveillent, doucement, la belle aile qui dort
Des prieres profondes
Pour imprimer l'elan a la nouvelle foi
Qui fait du monde l'homme, et de l'homme le monde,
Et lentement s'impose et se condense en loi.


Toute la Flandre

Les Pas

L'hiver, quand on fermait,
A grand bruit lourd, les lourds volets,
Et que la lampe s'allumait
Dans la cuisine basse,
Des pas se mettaient a sonner, des pas, des pas,
Au long du mur, sur le trottoir d'en face.

Tous les enfants etaient rentres,
Rompant leurs jeux enchevetres;
Le village semblait un amas d'ombres
Autour de son clocher,
D'ou les cloches deja laissaient tomber,
Une a une, les heures sombres
Et les craintes sans nombre:
Paquets de peur, au fond du coeur,

Et malgre moi, je m'asseyais tout contre
Les lourds volets et j'ecoutais et redoutais
Ces pas, toujours ces pas,
Qui s'en allaient a la rencontre
De je ne savais quoi d'obscur et de triste, la-bas.

Je connaissais celui de la servante,
Celui de l'echevin, celui du lanternier,
Celui de l'apre et grimacante mendiante
Qui remportait des blaireaux morts, en son panier;
Celui du colporteur, celui du messager,
Et ceux de Pieter Hoste et de son pere
Dont la maison, pres du calvaire,
Portait un aigle d'or a son pignon leger,
Je les connaissais tous: ceux que scandait la canne
De l'horloger, ou bien les bequilles de Wanne
La devote, qui priait tant que c'etait trop,
Et ceux du vieux sonneur, humeur de brocs,
Et tous, et tous - mais les autres, les autres?

Il en etait qui s'en venaient - savait-on d'ou? -
Monotones, comme un debit de patenotres,
Ou bien furtifs, comme les pas d'un fou,
Ou bien pesants d'une marche si lasse
Qu'ils semblaient trainer l'espace
Et le temps infini aux clous de leurs souliers.

Il en etait de si tristes et de si mornes,
Surtout vers la Toussaint, quand les vents cornent
Le deuil illimite par le pays entier:
Ils revenaient de France et de Hollande
Ils se croisaient sur la route marchande,
Ils s'etaient fuis ou rencontres - depuis quel temps? -
Et se reenfoncaient dans l'ombre refondue,
A cette heure des morts, ou des bourdons battants,
Aux quatre coins de l'etendue,
Comme des pas, sonnaient aussi.
Oh! tous ceux-la, avec leur fievre et leurs soucis!
Oh! tous ces pas en defile par ma memoire!
Qui donc en redira le deuil ambulatoire,
Lorsque je les guettais l'hiver, en tapinois,
Rapetisse dans mon angoisse et mon effroi,
Derriere un volet clos, au fond de mon village?
Un soir, qu'avaient passe des attelages,
Avec des bruits de fers entrechoques,
On trouva mort, le long du quai,
Un roulier roux qui revenait de Flandre.

On ne surprit jamais son assassin.
Mais, certes, moi, oh! j'avais du l'entendre
Froler les murs, avec sa hache en main.
Une autre fois, a l'heure ou le blanc boulanger,
Ses pains vendus, fermait boutique,
Il avait vu la dame enigmatique
Qu'on dit sorciere ici, et sainte un peu plus loin,
En vetement de paille et d'or tourner le coin
Et vivement, entrer au cimetiere;
Tandis que moi, j'avais oui, en meme temps,
Son dur manteau flottant,
Comme un rateau gratter la terre.

Mon coeur avait battu si fort
Que, pendant toute une semaine,
Je ne revai que de la mort.
Et puis, qu'allaient-ils faire au fond des plaines
Ces autres pas qu'on entendait, vers le Noel,
Venir en masse, a travers neige et gel,
D'au-dela de l'Escaut massif et lethargique?
Une lueur rouge et tragique
Mordait le ciel. Ils se rendaient, au long des bois,
Depuis quels temps, toujours au meme endroit,
Pres des mares que l'on disait hantees;
On entendait des cris, pareils a des huees,
Monter. Et seul, le lendemain,
Le fossoyeur partait, la beche en main,
Cacher la-bas, sous les neiges etincelantes,
Un tas de rameaux morts et de betes sanglantes.

Mon ame en tremble encore et mon esprit
Revoit toujours le fossoyeur qui passe,
Et quand la fievre ameute en moi, la nuit,
Les troubles visions de ma cervelle lasse,
Les pas que j'entendis etant enfant,
Oreille au guet, genoux serres et coeur battant.
Fn mes heures de veille ou de souffrance bleme,
Terriblement, me traversent moi-meme
Et font courir leur rythme dans mon sang.
Ils arrivent, des horizons de lune et d'ombre,
Sournois, tetus, compacts, mysterieux,
Le sol en est dement. Leur nombre?
- Feuilles des bois, grains de bles murs, greles des cieux!
Ils sont pareils aux menaces qui passent
Et leur deroulement, pendant la nuit,
Est si lointain qu'ils semblent faire,
De lieue en lieue, une ceinture a la terre
Et, maille a maille, et, bruit a bruit,
Serrer en eux tout l'infini.

Oh! qu'ils me sont restes imprimes dans la chair
Les pas que j'entendais, par les soirs de Decembre
Et les routes de l'hiver clair,
Venir du bout du monde et traverser ma chamber!


Un Toit, la-bas

Oh! la maison perdue, au fond du viel hiver,
Dans les dunes de Flandre et les vents de la mer.

Une lampe de cuivre eclaire un coin de chambre;
Et c'est le soir, et c'est la nuit, et c'est novembre.

Des quatre heures, on a ferme les lourds volets;
Le mur est quadrille par l'ombre des filets.

Autour du foyer pauvre et sous le plafond, rode
L'odeur du goemon, de l'algue et de l'iode.

Le pere, apres deux jours de lutte avec le flot,
Est revenu du large, et repose, la-haut;

La mere allaite, et la flamme qui diminue
N'eclaire plus la paix de sa poitrine nue.

Et lent, et s'asseyant sur l'escabeau boitant,
Le morne aieul a pris sa pipe, et l'on n'entend

Dans le logis, ou chacun vit a l'etouffee,
Que ce vieillard qui fume a pesantes bouffees.

Mais au-dehors,
La meute innombrable des vents
Aboie, autour des seuils et des auvents;
Ils viennent, d'au-dela des vagues effarees,
Dieu sait pour quelle atroce et nocturne curee;
L'horizon est battu par leur course et leur vol,
Ils saccagent la dune, ils depecent le sol;
Leurs dents apres et volontaires
Ragent et s'acharnent si fort
Qu'elles mordraient, jusqu'au fond de la terre,
Les morts.

Helas, sous les cieux fous, la pauvre vie humaine
Abritant, pres des flots, son angoisse et sa peine!

La mere et les enfants, et dans son coin, l'aieul,
Bloc du passe, debout encor, mais vivant seul,

Et recitant, a bras lasses, chaque antienne,
Cahin-caha, des besognes quotidiennes.

Helas! la pauvre vie, au fond du vieil hiver,
Lorsque la dune crie, et hurle avec la mer,

Et que la femme ecoute, aupres du feu sans flamme,
On ne sait quoi de triste et de pauvre en son ame,

Et que ses bras fievreux et affoles de peur
Serrent l'enfant pour le blottir jusqu'en son coeur,

Et qu'elle pleure, et qu'elle attend, et que la chambre
Est comme un nid tordu dans le poing de novembre.


Guillaume de Juliers

I

Avec ses necromants et ses filles de joie
Et ses pretres et ses soldats et ses devins,
Plus clair que Scipion, plus fier qu'Hector de Troie,
Guillaume de Juliers, archidiacre, s'en vint
Pour la defendre et l'affermir, chercher refuge,
Un soir que toutes les cloches sonnaient
Et s'acharnaient
Dans Bruges.

Il etait jeune, ardent et franc de volonte.
Il dominait la foule et la cite,
Sans le vouloir, par ce don d'etre,
Partout ou il passait, le maitre.
Son existence etait sa volupte.
Il melait tout: luxure et foi, rage et sagesse;
La mort meme n'etait pour lui qu'une allegresse
Et qu'une fete en un jardin de sang.

II

Forets d'armes et de drapeaux, eblouissant
D'or et d'acier une aurore de braise,
La-bas, sur les hauteurs qui dominent Courtrai,
Orgueil au clair, haine en arret,
S'amoncellent les vengeances francaises.
"Il me faut le pouvoir en Flandre" , a dit le roi,
Et ses troupes que commande Robert d'Artois,
Belles comme la mer eclatante et cabree,
Sont la, pour effrayer et pour broyer,
Ferocement,
Le dur, compact, mais entete Flamand,
Sous leur maree.
Oh! les heures que vecurent alors,
Sous la terre, les morts,

A voir leurs fils les invoquer et soudain prendre
Un peu du sol sacre ou se melait leur cendre
Et le manger, pour se nourrir le coeur!

Guillaume etait present. Il regardait ces hommes
Frustes surgir plus haut que les heros de Rome
Et plus il ne douta qu'il ne serait vainqueur.

Il avait ordonne qu'on mit d'enormes claies
Sur les mares, sur les fosses et sur les plaies
Du sol mordu par la riviere et ses remous;
La terre semblait ferme et n'etait qu'un grand trou.
Les tisserands de Bruges etaient masses derriere.
L'apre charrue avait fourni l'arme de guerre.
Nul ne bougeait. Ils attendaient qu'on vint a eux,
Blocs de courage et de ferveur silencieux.

Legers et clairs et bouillonnants, comme l'ecume
Qui blanchissait aux mors de leurs chevaux,
Heaumes d'argent, houppes de plumes,
Temeraires, comme autrefois a Roncevaux,
Ceux de France se ruerent en pleine lutte.
Et ce ne fut en un instant que heurts, chocs, chutes,
Cris et rages. Et puis la mort dans un marais.

Us choient larges et drus, comme, au vent, les javelles",
pit Guillaume, tandis que des charges nouvelles
Tombaient et s'ecrasaient sur des cadavres frais
Et que d'autres suivaient et puis d'autres encore
Et puis d'autres, si loin que l'horizon entier
- Feux d'armures meles aux lumieres d'aurore -
Semblait d'un elan fou bondir vers les charniers.

La France etait atteinte et la Flandre sauvee.

Aussi, quand, apres mille efforts,
La rage au coeur, mais la force enervee,
Sur le point mou que leur faisaient les morts,
Les ducs et les barons, sur leurs chevaux de guerre,
Passerent,
Leur fougue se brisa contre le fer flamand.

Ce fut un rouge, feroce et merveilleux moment.
Guillaume de Juliers marchait de proie en proie,
Ses narines saignaient, ses dents crissaient de joie
Et son rire sonnait pendant regorgement.
Comme un buisson mouvant de haine carnassiere
Il se dardait. A ceux qui levaient leur visiere
Et imploraient merci son poing fendait le front,
Et leur donnait la mort en leur criant l'affront
D'avoir ete vaincus par des manants de Flandre,
Sa maladive ardeur ne pouvait plus ascendre:
Il eut voulu les mordre avant de les tuer.

Et les cardeurs, les tisserands et les bouchers
L'accompagnaient, comme en frairie,
En ces banquets de rage et de tuerie.
Autant que lui, ils se soulaient et s'affolaient
De leur travail;
Pesants comme des pieux, fermes comme des proues,
Ils refoulaient des chevaliers, comme un betail,
Dans de la boue,
Ils leur broyaient les dents, les bras, les francs, les corps
Et, les talons plantes dans les trous des blessures,
Ils saccageaient ce large ecroulement d'armures
Et leur volaient l'eclair de leurs eperons d'or.

III

Et les cloches ivres comme les ames
Dans la ville sonnaient, la-bas;
On deversait hors des paniers,
Par tes,
Les eperons princiers
Sur les autels de Notre-Dame.
Cordiers, macons, vanniers, foulons,
Dansaient, au bruit balourd des gros bourdons;
Des tisserands qui s'affublaient de heaumes
Et des filles de joies et des soudards,
Sur un pavois geant couvert d'un etendard
Hissaient Guillaume;
Et tandis que coulaient cidre, cervoise et vin,
Lui souriait, en se penchant vers ses devins
Qui, grace a leur nocturne et tragique science,
Lui donnaient le pouvoir de faner de ses mains,
Devant le monde entier, le lys royal de France.


L'Escaut

Et celui-ci puissant, compact, pale et vermeil.
Remue, en ses mains d'eau, du gel et du soleil;
Et celui-la etale, entre ses rives brunes,
Un jardin sombre et clair pour les jeux de la lune;
Et cet autre se jette a travers le desert,
Pour suspendre ses flots aux levres de la mer;
Et tel autre, dont les lueurs percent les brumes
Et tout a coup s'allument,
Figure un Walhallah de verre et d'or,
Ou des gnomes velus gardent les vieux tresors.
En Touraine, tel fleuve est un manteau de gloire.
Leurs noms? L'Oural, l'Oder, le Nil, le Rhin, la Loire.
Gestes de Dieux, cris de heros, marche de Rois,
Vous les solennisez du bruit de vos exploits.
Leurs bords sont grands de votre orgueil; des palais vastes
Y soulevent jusques aux nuages leur faste.

Tous sont guerriers: des couronnes cruelles
S'y refletent - tours, burgs, donjons et citadelles -
Dont les grands murs unis sont pareils aux linceuls,
Il n'est qu'un fleuve, un seul,
Qui mele au deploiement de ses meandres
Mieux que de la grandeur et de la cruaute,
Et celui-la se voue au peuple - et aux cites
Ou vit, travaille et se redresse encor, la Flandre!

Tu es doux ou rugueux, paisible ou arrogant,
Escaut des Nords - vagues pales et verts rivages -
Route du vent et du soleil, cirque sauvage
Ou se cabre l'etalon noir des ouragans,
Ou l'hiver blanc s'accoude a des glacons torpides,
Ou l'ete luit dans l'or des facettes rapides
Que remuaient les bras nerveux de tes courants.

T'ai-je adore durant ma prime enfance!
Surtout alors qu'on me faisait defense
De manier
Voile ou rames de marinier,
Et de roder parmi tes barques mal gardees.
Les plus belles idees
Qui rechauffent mon front,
Tu me les as donnees:
Ce qu'est l'espace immense et l'horizon profond,
Ce qu'est le temps et ses heures-bien mesurees,
Au va-et-vient de tes marees,
Je l'ai appris par ta grandeur.
Mes yeux ont pu cueillir les fleurs tremieres
Des plus rouges lumieres,
Dans les plaines de ta splendeur.
Tes brouillards roux et farouches furent les tentes
Ou s'abrita la douleur haletante
Dont j'ai longtemps, pour ma gloire, souffert;
Tes flots ont ameute, de leurs rythmes, mes vers;
Tu m'as petri le corps, tu m'as exalte l'ame;
Tes tempetes, tes vents, tes courants forts, tes flammes
Ont traverse comme un crible, ma chair;
Tu m'as trempe, tel un acier qu'on forge,
Mon etre est tien, et quand ma voix
Te nomme, un brusque et violent emoi
M'angoisse et me serre la gorge.
Escaut,
Sauvage et bel Escaut,
Tout l'incendie
De ma jeunesse endurante et brandie,
Tu l'as epanoui:
Aussi,
Le jour que m'abattra le sort,
C'est dans ton sol, c'est sur tes bords,
Qu'on cachera mon corps,
Pour te sentir, meme a travers la mort, encor!

Je sais ta gloire, Escaut, violente ou sereine:
Jadis, quand la louve romaine
Mordait le monde au coeur,
La machoire de sa fureur,
Dans les plaines que tu proteges
N'eut a broyer que pluie et boue, que vent et neige,
Et tes hommes libres et francs,
De loin en loin, du haut des barques,
Lui laisserent a coups de javelots la marque
De leur courage, au long des flancs.

Une brume, longtemps, pesa sur ton histoire:
Bruges, Ypres et Gand regnent avant Anvers.
Mais aussitot que ta cite monte, sa gloire
Jette ton nom marin aux vents de l'univers.

Tu es le fleuve immense aux larges quais, ou tronent
Les banquiers de la ville et les marchands du port;
Et tous les pavillons majestueux des nords
Mirent leurs blasons d'or dans l'or de tes eaux jaunes.

On construit ton clocher; et ses tonnants bourdons
Livrent bientot dans l'air leur bataille de sons;
Il monte, et chante, et regne, et celebre sa vierge,
Droit comme un cri, beau comme un mat, clair comme un cierge.

Tes navires charges de seigle et de froment
Semblent de lourds greniers d'abondance doree,
Qui vont, sous le soleil et sous le firmament,
Nourrir la terre avec le pain de tes contrees.

Le lin qu'on file a tes foyers, le chanvre vert
Qu'on travaille en tes bourgs, sont devenus la toile
Dont sont faites, de l'Est a l'Ouest, toutes les voiles
Qui, la poitrine au vent, partent dompter la mer.

Tu es le nourricier qui enseigne l'audace;
Tes fils sont paysans ou matelots, ils sont
Balourds, mais forts; apres, mais surs; lents, mais tenaces:
L'aventure n'est que l'elan de leur raison.

Et ta ville grandit, toujours, encor: ses Hanses
Remuent l'or fermentant en leur geant brassin;
Voici qu'elle a vaincu Venise, et sa main tient
Les fortunes du monde, au creux de ses balances.

Eclat supreme et long frisson de son orgueil.

Quand tout a coup
Depuis sa tour qui prie et son havre qui bout,
Jusque sur ses campagnes
Et sur leurs toits, et sur leurs seuils,
Passe le geste fou
Et s'etend l'ombre au loin de Philippe d'Espagne.

О fleuve Escaut, de quel recul geant,
Vers l'Ocean,
Ont du sauter tes ondes,
Quand s'est rue vers ta splendeur calme et profonde,
Tout un torrent feroce et bondissant
De sang?
La belle gloire a deserte tes rives;
Et tes espoirs ont tout a coup sombre,
- Larges bateaux desempares -
L'un apres l'autre, a la derive.

Un soir mortel sur tes vagues s'est epandu.
Au long des ports qui dominent tes plaines,
On t'a charge de chaines,
On t'a fletri, on t'a vendu.
Oh! le desert de tes lourds flots amers!
Quand plus aucune grande voile
De toile,
Partie avec orgueil
Des vagues d'or qui allument ton seuil,
Ne cingla vers la mer!

Helas! qu'il te fallut longtemps attendre
Avant qu'un cri ne soulevat tes Flandres,
Si farouches jadis pour soutenir leurs droits.
Escaut, tu n'etais plus qu'une meute captive
De flots hurlants entre deux rives,
Dont trafiquaient en leurs traites les rois.
Ou'un d'eux luttat pour t'affranchir, sitot les haines
Se redressaient et aggravaient le poids des chaines
Que tu trainais en gemissant.
Enfin, apres des ans, et puis encor des ans,
L'homme d'ombre et de gloire,
Bonaparte, mela ta vie a sa victoire
Et assouplit ton cours hautain
Superbement aux meandres de son destin.

Alors, tu fus geant comme naguere,
Tes solides bassins de pierre
Serrerent,
Entre leurs bords,
Tous les butins de fievre et d'or
Qui s'en venaient du bout des mers et de la terre,

Et sur la robe de tes eaux
Scintillerent tous les anciens joyaux;
Et sur l'avant de tes coques bien arrimees,
Les deesses aux seins squameux
Projeterent, comme autrefois, ton nom fameux,
Dans le buccin des renommees.

Escaut! Escaut!
Tu es le geste clair
Que la patrie entiere
Pour gagner l'infini fait vers la mer.
Tous les canaux de Flandre et toutes ses rivieres
Aboutissent, ainsi que des veines d'ardeur,
Jusqu'a ton coeur.
Tu es l'ample auxiliaire et la force feconde
D'un peuple ardu, farouche et violent,
Qui veut tailler sa part dans la splendeur du monde.
Tes bords puissants et gras, ton cours profond et lent
Sont l'image de sa tenacite vivace,
L'homme d'ici, sa famille, sa race,
Ses tristesses, ses volontes, ses voeux
Se retrouvent en tes aspects silencieux.
Cieux tragiques, cieux exaltes, cieux monotones,
Escaut d'hiver, Escaut d'ete, Escaut d'automne,
Tout notre etre changeant se reconnait en toi;
Vainqueurs, tu nous soutiens; vaincus, tu nous delivres,
Et ce sera toujours et chaque fois
Par toi
Que le pays foule, gemissant et pantois,
Redressera sa force et voudra vivre et vivre!


Les Fumeurs

"C'est aujourd'hui,
Au cabaret du Jour et de la Nuit,
Qu'on sacrera
Maitre et Seigneur des vrais fumeurs,
Celui
Qui maintiendra
Le plus longtemps,
Devant les juges competents,
Une meme pipe allumee.
Or, qu'a tous soit legere
La biere,
Et soit docile la fumee."
Ont pris place, sur double rang,
Pres des tables, le long des bancs
Les grands fumeurs de Flandre et de Brabant.
Deja, depuis une heure ils fument,
A petits coups, a mince brume,
Le gros et compact tabac,
Qu'a resserre, avec une ardeur douce,
Leur pouce,
En des pipes neuves de Gouda.

Ils fument tous, et tous se taisent,
La bouche au frais, le ventre a l'aise;
Ils fument tous et se surveillent
Du coin de l'oeil et de l'oreille.
Ils fument tous, meticuleusement,
Sans nulle hate aventuriere,
Si bien que l'on n'entend
Que l'horloge de cuivre et son tictaquement,
Ou bien encor, de temps en temps,
Le flasque et lourd ecrasement
D'un crachat blanc contre les pierres.
Et tous, ils fumeraient ainsi,
Inepuisablement, tout un apres-midi,
N'etait que les novices
Ne se doutent bientot, a maints indices,
Que leur effort touche a sa fin,
Et que le feu, entre leurs mains,
S'eteint.

Mais eux, les vieux, restent fermes. En vain
Les petites volutes
Tracent peut-etre, avec leurs fins reseaux,
Le nom du vainqueur de la lutte,
Pres du plafond, la-haut;
Ils s'entetent a n'avoir d'yeux
Minutieux
Que pour leur pipe, ou luit et bouge
Le seul point rouge,
Dont leu, pensee ait le souci.
Ils le tiennent a leur merci,
Ils le couvent a l'etouffee,
Laissant de moins en moins les subtiles bouffees
Passer entre leurs levres minces
Comme des pinces.

О leur savoir malicieux,
Et leurs gestes mysterieux,
Et ce qu'il faut de temps et d'heures
Avant
Qu'un foyer clair, entre leurs doigts fervents,
Ne meure!
Ils etaient dix, les voici cinq; ils restent trois;
Et de ceux-ci, le moins adroit,
Malgre les cris et les disputes,
Se leve et deserte la lutte.
Enfin, les deux plus forts, les deux derniers,
Un corroyeur, un batelier,
Barbe roussatre et barbe grise
Le coeur ardent et sur, se maintiennent aux prises.

Et c'est alors un unanime enfievrement:
On se bouscule et l'on regarde
Ces deux maitres restant superbement
Calmes, parmi la foule hagarde,
Et qui fument, et se taisent jusqu'au moment
Ou, tout a coup, celui de Flandre,
Tatant du doigt le fond du fourneau d'or,
Palit, en n'y trouvant que cendres;
Tandis que l'autre emet encor
Patiemment, a petites secousses,
Un menu flot de brouillard bleu,
Et ne pretend cesser le jeu
Qu'apres avoir verse trois derniers brins de feu,
Victorieux,
Sur l'ongle pale de son pouce.

Et les grands juges reunis
Au cabaret du Jour et de la Nuit
Conferent dans la grand'chambre,
Au champion du Vieux Brabant,
Luttant
Contre celui de Flandre,
Une pipe d'ecume et d'ambre
Avec des fleurs et des rubans.


Les Heures

Les Heures claires

XII

Au temps ou longuement j'avais souffert,
Ou les heures m'etaient des pieges,
Tu m'apparus l'accueillante lumiere
Qui luit, aux fenetres, l'hiver,
Au fond des soirs, sur de la neige.

Ta clarte d'ame hospitaliere
Frola, sans le blesser, mon coeur,
Comme une main de tranquille chaleur.

Puis lentement s'en vint la confiance,
Et la franchise et la tendresse, et l'alliance
Enfin de nos deux mains amies,
Un soir de claire entente et de douce accalmie.

Depuis, bien que la brise ait succede au gel,
En nous-memes, et sous le ciel
Dont les flammes recomposees
Pavoisent d'or tous les chemins de nos pensees,
Et que l'amour soit devenu la fleur immense
Naissant du fier desir
Qui sans cesse, pour mieux encor grandir,
En notre coeur se recommence,
Je regarde toujours la petite lumiere
Qui me fut douce la premiere.

XVII

Pour nous aimer des yeux
Lavons nos deux regards, de ceux
Que nous avons croises, par milliers, dans la vie
Mauvaise et asservie.

L'aube est en fleur et en rosee
Et en lumiere tamisee
Tres douce;
On croirait voir de molles plumes
D'argent et de soleil, a travers brumes,
Froler et caresser, dans le jardin, les mousses.
Nos bleus et merveilleux etangs
Tremblent et s'animent d'or miroitant;
Des vols emeraudes, sous les arbres, circulent;
Et la clarte, hors des chemins, des clos, des haies,
Balaie
La cendre humide, ou traine encor le crepuscule.

XVIII

Au clos de notre amour, l'ete se continue:
Un paon d'or suit l'avenue
Et traverse le gazon vert;
Nos etangs bleus luisent, couverts
Du baiser blanc des nenuphars de neige;
Aux quinconces nos groseilliers font des corteges;
Un insecte de prisme irrite un coeur de fleur;
De merveilleux sous-bois se jaspent de lueurs;
Et, comme des bulles legeres, mille abeilles,
Sur des grappes d'argent, vibrent au long des treilles.
L'air est si beau qu'il parait chatoyant;
Sous les midis profonds et radiants,
On dirait qu'il remue en roses de lumiere;
Tandis qu'au loin, les routes coutumieres
Telles de lents gestes qui s'allongent vermeils,
A l'horizon nacre, montent vers le soleil.

Certes, la robe en diamants du bel ete
Ne vet aucun jardin d'aussi pure clarte,
Et c'est la joie unique eclose en nos deux ames,
Qui reconnait sa vie en ces bouquets de flammes.


Les Heures d'apres-midi

IV

L'ombre est lustrale et l'aurore irisee.
De la branche d'ou s'envole la-haut
L'oiseau,
Tombent des gouttes de rosee.


Une purete lucide et frele
Orne le matin si clair
Que des prismes semblent briller dans l'air.
On ecoute une source; on entend un bruit d'ailes.

Oh! que tes yeux sont beaux, a cette heure premiere
Ou nos etangs d'argent luisent dans la lumiere
Et refletent le jour qui se leve la-bas.
Ton front est radieux et ton artere bat.
La vie intense et bonne et sa force divine
Entrent si pleinement, tel un battant bonheur,
En ta poitrine,
Que pour en contenir l'angoisse et la fureur,
Tes mains soudain prennent mes mains
Et les appuient, comme avec peur,
Contre ton coeur.


далее: V >>

Эмиль Верхарн. Избранные стихотворения
   V
   IX
   XIII
   XIX
   X X X
   X X X
   X X X
   X X X
   X X X
   X X X


На главную
Комментарии
Войти
Регистрация